Commentaires

F
François Carmignola
le 29/04/2019 à 20:04
@nisrine: j'allais le dire... bravo ! Cela étant, il y a bien un risque de terrorisme "à l'envers". Tout comme c'est le cas dans les pays que vous citez, il est généralement le fait des majorités et tout le monde trouve ça normal...
N
Nisrine
le 29/04/2019 à 08:48
On attend avec impatience un article "Il ne fait pas bon d'être chrétien au Sri Lanka, athée en Arabie Saoudite, hazara au Pakistan, dé-jeûneur en Algérie, femme libre au Bengladesh, agnostique en Inonésie, mère refusant l'excision de sa fille au Mali, homosexuel en Afghanistan, libre-penseur en Iran, Yezidi en Syrie, apostat à Grigny etc etc etc etc etc etc...." Mais je crois qu'on pourra attendre longtemps. le seul article paru sur Saphir News après les attentats au Sri Lanka est un article gluant de bon sentiments où, contrairement à celui-ci, la cause des attentats n'est pas mentionnée : l'islam fanatique (l'islam, quoi !).
F
Fatima
le 24/04/2019 à 20:31
Un terme comme les pays musulmans sert à désigner quel pays. Aucun. Il vise juste à désigner les lieux ou se trouvent des musulmans, des endroits ou des personnes sont majoritairement de confession musulmane. L'Algérie est t-elle un pays musulman. Oui. L'expression les pays musulmans sert à dire une confession, une culture. Ils sont majoritairement musulmans. Ils sont de nulle part et de partout et sont un seul homme en somme. Comment ensuite trouver étrange que d'autres puissent ne voir dans l'occident, que des identités religieuses, des origines. Et je crois et je suis meme presque sure c'est pour cette raison que Rem à trouver ma formule, les pays chrétien blessante et déplacée. On dit résume une flopée de pays à l'identité de leurs habitants. Mais un terme comme les pays chrétien ça ne passe pas. Et pourtant c'est nous qui le disons. Les pays musulman est juste mis pour dire que quant à nous ne le sommes pas. Et pour aucune autre raison. Lorsque nous autres le faisons nous trouvons cela normal, les pays ont des cultures, une Histoire et du coup une confession ou une autre et il n'y a pas de mal à le dire. Mais dès lors que des lambdas belliqueux se mettent à le faire on les dits dérangés. Le paramètre pris en compte est le fait d'etre belliqueux et pas de voir dans des origines des confessions. Puisque nous le faisons. Ou se trouve le musulmanistan. Nulle part. Ou se trouve le christianistan. Nulle part. Et dans un meme temps, tous les pays ayant leurs minorités, il se trouve partout.
F
Fatima
le 22/04/2019 à 22:23
Etre français ça se mérite si j'ai bien suivi nos élites. Comment se fait-ce alors qu'on l'aie donnée. Etant fille de harki et orpheline je me trouvée etre française. On me l'a donnée. La France m'a dit je suis ton père. Lol. Je n'ai pourtant absolument rien fait pour la mériter. Absolument rien. Je suis née juste. S'il est vrai qu'elle se mérite pourquoi on me l'a donnée. Et s'agissant de tous les autres français d'ailleurs. Si elle se mérite pourquoi on la leur donne. C'est complètement con.
F
Fatima
le 22/04/2019 à 21:03
Touche pas à mon identitarisme. Bas les pattes. Mais abats celui des autres. Les Etats font des simagrées. Man Dieu. Des victimes chrétiennes. Man Dieu. Des victimes juives. Man Dieu. Des victimes musulmanes. Et chacun selon la confession qu'il a, ou la confession dont son pays à hérité de dire son émoi dès lors que celui qui est touché lui ressemble, tandis qu'en vérité qu'il s'en fout éperdument et qu'il dit juste son émoi envers lui meme en réalité. Les autres (ceux d'une autre confession que la sienne) quant à eux comptent avec le mobilier.
F
Fatima
le 22/04/2019 à 19:55
Il ne fait pas bon etre nulle part de toute façon. Chez nous, les citoyens français de quelque confession qu'ils soient sont décris et perçus comme étant bizarres, étranges, anormaux. La perception qu'ont les lambas vis à vis d'eux est devenue un rejet, une haine. Salop de musulman. Salop de juif. Salop de chrétien. C'est ce qu'est devenu notre pays. Because la laicité prise en otage et dévoyée par certains militants qui pourtant ne sont personne. Ces derniers se sont couronnés plus français que les autres français. A mort les religions. Abats les bondieusards. Dehors le bigots etc... Les basanés n'ayant pas la religion blanche de souche quant à eux chargent plus que les autres. Après c'est probablement pareil ailleurs que chez nous. C'est meme certain. Lorsque l'on lit leurs mœurs il est évident qu'à peu près tous les Etats sont identitaires. Nous sommes un pays judéo-chrétien. Attention on est pas n'importe qui. Nous sommes un pays judéo-chrétien. Les hulies (ceux qui ont la parole dans les médias nous le cornent en long en large et en travers) On a fait de l'Histoire une identité. On a fait de l'Histoire (du passé) une arme politique. Et les memes de dire en montrant du doigt, regardez ces connards, ils sont arabo-musulmans, ils sont juifs ou hindous ces bandes de salops. Les dirigeants déroulent une certaine vision politique du monde, ils flattent les populaces en beuglant nous sommes (tandis qu'ils en ont rien à foutre de ceux qui les élisent) nous sommes notre passé en résumé. Et les connards de citoyens de se sentir flattés à l'extreme. P'tain, on est pas n'importe qui nous dis donc, on est musulman. On est quelqu'un nous dis donc, on est juif. Nous autres sommes chrétiens, attention, qu'on se le dise. Et tout ça fait des pays de connards.
F
Fatima
le 22/04/2019 à 18:46
Je viens d'aller me relire Rem. Il n'y a rien dans ce que j'ai dit qui vaille d'etre outragé. Il m'arrive d'avoir la main un peu lourde parfois, j'avais hier un petit coup dans le nez, je vous ai donc cru et j'ai pensé, j'ai du peut etre y aller un peu fort. Escroc que vous etes. Mais vous n'avez pas parlé pour rien, vous m'avez fait en rajouter une couche. Et vlan.
F
Fatima
le 22/04/2019 à 18:13
Rem. Il est possible que mon commentaire eut été mal formulé. S'il semble douteux j'imagine qu'il sera bien entendu invalidé, mis en retrait. Mais pourquoi vous le dites ici et pas sur le bon article. Vous me surveillez ou bien! Et vous! Qu'avez vous dit ailleurs qu'ici. Vous y faites quoi sur internet. Vous y dites quoi et ou! Je veux voir tous vos écrits depuis le début. Tous. Lol. Ne me faites pas croire que ce que peut bien dire un lambda sur le net peut avoir une importance. Autrement, et c'est ce que je disais plus haut on y trouverait pas des propos visant à rejeter les cultures, les confessions des autres en quantités industrielles partout et en premier lieu sur des médias traditionnels depuis des années. J'ai internet depuis 2007, des commentaires visant à incriminer des confessions, des identités, des cultures j'en ai donc lu des millions. Et pas sur des sites identitaires, sur des sites traditionnels, chez des mastodontes. Bref. La lecture étant une affaire d'interprétation il est vrai qu'il faut mettre les formes à ce que l'on dit. On est soi meme très mauvais juge lorsqu'il est question de se critiquer. Mais si comme tout le monde il peut arriver que je puisse avoir des formulations qui paraissent etre douteuses, si tel est le cas, j'imagine qu'elles seront mises au rebut. Enfin dans un monde normal c'est ainsi que ça devrait etre. Il faut donc, comme si chacun d'entre nous étions des éditorialistes, comme si chacun de nous étions très important faire attention à la façon dont on formule les choses. Si je suis méchante envers la France, attention je vais prendre une fiche S. La France est identitaire, elle prend des postures humanistes tandis qu'elle n'en a pas une once, elle est criminelle. J'ai critiqué son altesse sérénissime. La Fronçe. Aie. Aie. Aie. Ouille. Et pourtant tout le monde le fait. Depuis que je suis née je n'entends que cela. Pas un français qui ne le fasse pas. Ou bien alors c'est parce que je m'appelle Fatima que vous ne me logez pas à la meme enseigne. Vous n'avez rien aux deux énergumènes au dessus de mon commentaire à moi. Pourquoi pour ma part je devrait etre révérencieuse et quant aux autres vous ne trouvez rien à redire. M'est avis que c'est mon pseudo qui me vaut d'etre incriminée. Pourquoi les autres ont t-ils le droit de vilipender la Fronçe et pas moi. Je vous le demande un peu. Je suis pourtant moi aussi chez moi. Merde alors. Lol. Bref. En somme, il faut, tous autant que nous sommes faire attention à ce que l'on dit (écrit) comme si chacun d'entre nous étions des hommes ou femmes politiques. Nous ne sommes personne, tout le monde se fiche en réalité éperdument de ce qui peut etre dit par un inconnu, un anonyme. Mais vous trouvez Fatima a dit que. Moi donc. Pour ma part je ne connais du monde que ce qui peut se dire chez nous, en France. Je suis monolingue. Je suis aussi alcoolique, chomeuse, athée, célibataire, fille de harki, orpheline et je ne vois pas bien quoi d'autre. Ha si. Fronçaise aussi. Voilà. Je suis ça. Vous y piochez ce que vous voulez Rem. Je ne suis vraiment rien ni personne. J'ai oublié. J'ai critiqué la Fronçe aussi. Là, d'un coup je deviens quelqu'un. Wahou! rock'n roll! En résumé je ne connais de la France que ce que les gens (les français) en dise. Dont moi. Enfin normalement. C'est peut etre pareil ailleurs et les autres médias, les autres Etats sont identiques au notre. Je n'en sais rien, je ne connais du monde que la France. Je ne connais du monde que ce que la France m'en donne à lire. Je ne peux donc parler que d'elle. S'agissant des autres c'est en principe le role des journalistes que de nous le dire. Re bref. Je vois à peu près ce que j'ai du écrire. J'évoquais l'attaque, dont je ne sais d'ailleurs rien, au Sri Lanka. J'ai présumé et surement que vous aussi, qu'elle émanait d'anonymes. De Sri lankais. Ce que j'ai voulu dire et je maintiens c'est que les Etats dès lors que se produit des attaques, des crimes émanant d'anonymes, ils sont tous au garde à vous, la larme à l'œil et la main sur le cœur entrain de nous venter les valeurs de paix et d'amour tandis qu'eux memes tuent à tour de bras. Il y a dans ce monde un terrorisme officiel (celui des Etats) et un terrorisme officieux (celui émanant de lambdas. Les uns défendent les valeurs d'amour et de paix, les autres sont des ploucs, des ordures, des arriérés. Alerte info! Il y a des morts musulmans. Breaking news! Il y a des morts chrétiens. Actu info! Il y a des morts juifs. Alerte news! Il y a des morts hindous.
A
Assimilation
le 21/04/2019 à 22:18
L’histoire démontre qu'une minorité organisée, déterminée et aggressive, l'emporte souvent sinon toujours face a une majorité apathétique, lache et peureuse comme le sont majoritairement les Francais avec des hommes de plus en plus effemines (L’evolution du genre!). Hitler n'a eu besoin que de 5% de Nazis au depart pour qu’il soit suivit après par des millions d"Allemands ,consentants ou sous la menace comme cela se passe dans les banlieues francaise avec les radicaux islamistes… . Les 600 Bolchevicks au depart ont réussient a faire la meme chose en Russie , car le pays était mure pour cette revolution tout comme en France les Musulmans dit “ Modérés ou Mauvais mulsulmans ”, une fois en nombre suffisants suivront les radicaux car ils n’iront pas contre le Coran." C’est la raison pour laquelle les ‘amis’ autour de vous qui sont musulman n’agissent JAMAIS contre les guerriers de l’Islam car ces dernier appliquent à la lettre a 100% les traditions de l’islam . le moment venu, les musulmans "réputés" modérés, devront choisir entre nous et le "vrai" Islam; ils n'hésiteront pas longtemps...comme les allemands n'ont pas hésité longtemps à courber le dos devant les nazis dans les années 30 En Syrie Il a suffi que la situation tourne en faveur des djihadistes de Daech pour que ces musulmans apparemment pacifiques deviennent des tortionnaires et des bourreaux. Ils ont laissé tomber le masque et ont montré leur vrai visage. En trahissant leur voisins et amis chrétiens avec qui ils entretenaient jusque là de très bons rapports. Il a suffit que des musulmans égorgeurs arrivent pour que leurs frères modérés oublient tout les bons souvenirs qu’ils avaient partagé avec les chrétiens ou yézidis pour les livrer aux barbares.
R
Rem
le 21/04/2019 à 21:12
Fatima... quand vous parlez de répeter tel un mouton ce qu'on inculque, vous vous incluez j'espère ? Parce que quand on sort des saloperies du genre "quand les pays chrétiens tuent au nom de valeur" et etc sous le sujet des attentats de Paques, je pense qu'on a le cerveau aussi crasseux que ceux qu'on fustige par ailleurs.
F
Fatima
le 21/04/2019 à 19:07
La France est un pays ultra identitaire. La France n'est pas républicaine. Elle n'a pas une once de républicanisme. Elle est identitaire. Elle ne l'assume pas juste. Elle trouve donc la parade en incriminant les français. Ils seraient des ploucs, des racistes, des abrutis... Et ces derniers comme des abrutis d'adhérer à ce que l'on attend d'eux. A savoir reprendre à leur compte ce que les élites (ce qui comprend les médias) diffusent. Bééé! Je répète. Bééé! Je répète.
F
Fatima
le 21/04/2019 à 18:42
Les personnes qui ont fait leurs commentaires trash au dessus du mien, elles ont pensé cela toutes seules. On sait très bien que non. Leur sont donné à lire et à écouter dans les médias ce type d'analyse qu'ils reprennent à leur compte juste. Il faut cesser de faire croire que le racisme, le rejet émane de ceux d'en bas. Les concepts racistes sont élaborés par ceux d'en haut qui le diffusent à grande échelle. Et ces memes élites de dénoncer ensuite les ploucs de français racistes et pecnauds qui ne fait pourtant que répéter ce qu'elle leur diffuse. Depuis des années on peut lire ce type de commentaires un peu partout sur le net. Et meme sur des sites traditionnels tel le Figaro par exemple ou d'autres qui perçoivent des subventions de l'Etat. Ceux d'en bas ne font que reprendre les analyses qui sont diffusées par ceux d'en haut. L'extreme droite n'existe pas. Elle est de tout les partis. Les deux commentateurs illuminés ci dessus répètent comme des chèvres ce qui leur à été inculqué. Mais ça n'émane absolument pas d'eux. Ils ne sont que des chèvres qui répètent. Bééé! je répète. Bééé!
A
Assimilation
le 19/04/2019 à 19:40
Ah tiens donc ? Les Européens deviendraient-ils islamo-réfractaires ? Mais comment se fait-ce ? Les musulmans nous apportent tellement ! Comment ferait on sans leur incivilité, leur agressivité, leur orgueil et leur obsequiosité, leur terrorisme, leurs voilées aux fragrances huileuses qui empestent nos magasins avec leurs chiards mal éduqués qui courent partout, et puis nos rues à Barbès qui seraient à nouveau vides le vendredi le jour de la prière vous y pensez ? Et à quoi nos fonctionnaires de la CAF occuperaient-ils leurs journées ? Et que deviendraient tous nos matons avec des prisons vides à 80% ? Non non, il faut arrêter de les déranger les pauvres, car sans eux on est foutus.
G
Georges Fair
le 19/04/2019 à 19:06
Justement, s'il ne fait pas bon en Europe pour les islamiques, qu'ils restent chez eux. On n'est jamais aussi bien que dans sa mère-patrie, auprès des siens, de sa mosquée et de ses traditions. Pourquoi donc aller ailleurs, loin de ses racines, de ses traditions culinaires et vestimentaires, loin du soleil, en terre étrangère, d'autant qu'ils haïssent tous ceux dont l'islam n'est pas l'horizon. Ils ont pourtant le choix ! S'ils viennent en Europe, c'est uniquement pour importer leur islam puant et l'imposer aux autochtones par l'envahissement, le surnombre, les exigences, les pleurnicheries, le mensonge, les attentats.C'est dans le Coran : il faut que l'Islam règne partout. C'est une idéologie de conquête par la soumission. Ils viennent également pour les avantages sociaux qu'ils sont incapables d'instaurer dans leurs pays de crasseux). Quel peuple rampant ! Ceux qui veulent les défendre au lieu de s'y opposer pour sauver les leurs ne sont que des vendus et des soumis.
G
Georges Audouet
le 19/04/2019 à 19:05
Comment convaincre quelqu’un qui est persuadé d’avoir raison ? Un idéologue est forcément un fanatique. Voilà, avec cette phrase, il a expliqué pourquoi il ne voudra entendre aucun argument contre sa thèse. Il est persuadé d'avoir raison ; c'est un fanatique ; donc il est inutile de lui mettre la vérité sous le nez : il a déjà décidé ce qui était à croire et à imposer à tous comme dogme de foi.
SaphirNews.com

Stéphane François : « Il ne fait pas bon d’être musulman en Europe »

Par Linda Lefebvre le 19/04/2019

Dans un contexte où les extrêmes droites semblent plus fortes que jamais en Europe, à la veille des élections européennes, Stéphane François, politologue spécialiste des droites radicales et chercheur associé au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) du CNRS, décrypte les causes et conséquences éventuelles en France des attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, survenus le 15 mars. Analyse.


Qu’est-ce-que l'extrême droite ou les extrêmes droites ?

Stéphane François : J'emploie rarement le terme d'extrême droite. J'emploie celui d'extrême droite radicale ou d'extrême droite identitaire. On entend par là, et je ne suis pas le seul, les mouvements qui (…) ont du mal à accepter les valeurs des Lumières. Ce sont des mouvements antirépublicains et antidémocrates, même s'ils jouent le jeu de la démocratie. En plus, ils définissent un ennemi. En l'occurrence, depuis quelques années, l'ennemi est clairement affiché : l'Arabo-musulman.

Depuis le milieu des années 1990, avec la guerre en Yougoslavie et l'arrivée de jihadistes en Bosnie, ces milieux ont développé un discours qui s'affirme de plus en plus antimusulman. Le discours s’est radicalisé ensuite avec les attentats du 11-Septembre et, pour le cas français, avec les attentats de Mohamed Merah en 2012.

De quelle idéologie s’est inspiré l’auteur du double attentat de Chrischurch ?

Stéphane François : Le titre de son manifeste s'appelle « Le grand remplacement », théorie issue d’une tradition radicale dans le monde anglo-saxon, très ancienne et nativiste. A l'époque où elle a été formulée, au début du XXe siècle, la théorie indiquait qu’il fallait favoriser les WASP (qui se traduit en français par le « protestant anglo-saxon blanc », ndlr) et donc la race blanche.

Pour les adhérents de cette théorie, il vaut mieux dire que l'on est pour le grand remplacement plutôt que de dire, de manière un peu brutale, que l’on est contre le génocide des peuples blancs par les peuples de couleur. Il y a une utilisation stratégique du terme.

Lire aussi : Nouvelle-Zélande : après les attentats de Christchurch, la théorie du grand remplacement sur le grill

La France est-elle un laboratoire de l’extrême droite en Europe ?

Stéphane François : C’est le prisme franco-français qui donne cette impression. En Allemagne, par exemple, la même extrême droite monte aussi, avec les mêmes thèmes (comme le « grand remplacement », ndlr). Ce que l’on a tendance à ne pas voir, c’est que ces milieux d’extrême droite communiquent. Je pense par exemple aux opérations des identitaires en Méditerranée (contre le sauvetage des migrants, ndlr) : vous avez dedans des Allemands, des Français, des Italiens, des Autrichiens... Ces milieux communiquent, ils ne sont pas fermés sur eux-mêmes et cela ne date pas d’aujourd’hui.

L’extrême droite américaine, elle, lit, commente et traduit des auteurs européens. Guillaume Faye, essayiste et ancien cadre du GRECE (Groupement de recherches et d’études pour la civilisation européenne, dite la Nouvelle Droite, ndlr), islamophobe en chef, est traduit en anglais. Son cas est intéressant car il était le théoricien en second du GRECE des années 1970 jusqu’au milieu des années 1980. A cette époque, sa ligne était celle du soutien au monde arabo-musulman, contre les Américains. Dix ans plus tard, il est revenu avec des livres qui ont connu un succès en Europe. Il a alors basculé dans un courant islamophobe en disant qu’il avait fréquenté des Arabes trop longtemps et qu’il avait vu ce qu’ils voulaient faire... Son dernier ouvrage, publié en mars 2019, s’intitule La nouvelle guerre raciale. Tout est dans le titre.

Pensez-vous que les différents extrémismes, de droite et islamistes, se font exister ?

Stéphane François : Clairement. C'est une construction en miroir, l'un répond à l'autre. Dans ces milieux de droite français ou européens, il y a une assimilation, une essentialisation même du musulman à l'islamiste ou au terroriste. Ceux qui n'embêtent jamais personne, que l'on ne voit pas, que l'on entend peu, qui vivent paisiblement leur foi, sont assimilés de fait à une cinquième colonne. (…) La théorie de la « rémigration » vise tous les musulmans.

Quelles sont les conséquences possibles des attentats de Christchurch en France ? Peut-on s’attendre à une prise de conscience de la dangerosité de certaines idéologies ou à une émulation pour certains adeptes de ces idées ?

Stéphane François : Les deux. Ces attentats sont terribles et une prise de conscience s’est opérée. Depuis le temps que je dis que l'on va vers des attentats, on y est. Pour l'instant, en France, on n’y est pas encore, heureusement. (…) Des services de police y travaillent, plusieurs attentats ont été déjoués. Mais l'acte en Nouvelle-Zélande peut servir d'exemple. Le fait de filmer (les massacres) avec une go-pro est un double message. Il vient signifier aux musulmans « Faites attention, regardez ce qui va vous arriver » et aux autres « Regardez ce que je suis capable de faire, imitez-moi ».

Existe-t-il un vrai risque pour les musulmans en France ?

Stéphane François : Oui, venant de personnes qui se radicalisent. On est, malheureusement, face à des gens qui se radicalisent seuls, via Internet, et qui peuvent passer à l'acte. S'ils passent à l’acte, comment vous pouvez les repérer ? Le mode de fonctionnement est horizontal : il n'y a pas de chef, mais il y a une doctrine ; il y a des groupes constitués, sans chefs. (…) Mais il y a derrière tout un matériel théorique. Depuis quelques années, il ne fait pas bon d’être musulman en Europe. C'est une population stigmatisée, associée aux islamistes.

Quelles solutions apporter face à cette situation ?

Stéphane François : Que les services de police fassent leur travail tranquillement. Il faudrait aussi renouer les liens entre les communautés qui sont fracturées depuis une vingtaine d'années. Mais c’est très dur car nous sommes face à des personnes qui sont dans une idéologie. Comment convaincre quelqu'un qui est persuadé d'avoir raison ? Un idéologue est forcément un fanatique.

Malheureusement, je n'ai pas de solutions. Comment anticiper l'action d'une personne qui s’est radicalisée seule ? (…) D'un côté, on ne peut pas les arrêter et, de l'autre, on ne sait pas qui va passer à l'acte alors qu'à la grande époque du terrorisme d'extrême gauche, dans les années 1970-1980, on savait très bien où on pouvait les trouver et qui était financé par qui. Autant, du côté des islamistes, il y a des réseaux que l'on peut suivre, autant pour ces personnes-là (de la droite radicale), on ne peut rien faire. La difficulté est ajoutée par une dissolution. Je suis contre la dissolution de ces partis-là car il vaut mieux qu'ils aient un fil à la patte et qu'on puisse les surveiller plutôt que d'avoir des militants dans la nature.

L'autre possibilité est de rompre avec la neutralité du Net, mais on bascule dans d'autres problématiques. Ces mouvements gagnent du terrain et, évidemment, il faut éduquer les gens. Malheureusement, on est dans un terreau où l’éducation ne marche plus tant que ça.

En partenariat avec Salamnews, qui consacre le dossier de son 70e numéro sur la montée des extrêmes droites en Europe.

Lire aussi notre dossier autour des attentats de Christchurch

Et aussi :
Budapest, un air brun européen souffle fort de l’Est
Pegida : bienvenue au cœur de l’extrême droite européenne