Covid-19 : le reconfinement des lieux de culte acté après Mawlid et la Toussaint

Covid-19 : le reconfinement des lieux de culte acté après Mawlid et la Toussaint

Par Hanan Ben Rhouma le 29/10/2020

Le confinement national est réinstauré à compter du vendredi 30 octobre. La suspension des offices religieux dans les lieux de culte en France est, quant à elle, actée à partir du lundi 2 novembre, après les célébrations du Mawlid et de la Toussaint.

Face à la progression inquiétante du Covid-19, Emmanuel Macron a pris la décision, mercredi 28 octobre, d’instaurer de nouveau une période de confinement qu’au moins quatre semaines à partir du vendredi 30 octobre. Si le chef de l’Etat n’a pas évoqué, lors de son allocution télévisée, le cas des cultes, des mesures sont naturellement appelées à être mises en œuvre par les responsables des lieux de culte compte tenu de la situation sanitaire préoccupante.

A l’issue d’une visioconférence organisée mercredi 28 octobre à 18h, avant l’annonce du président, entre les représentants des cultes et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, il a été décidé que les lieux de culte – églises, mosquées, synagogues, temples – resteront ouverts le temps du confinement mais leur fréquentation sera très encadrée et limitée.

Ils ne pourront plus célébrer d'offices religieux (prières collectives, mariages, obsèques…) à compter non pas du vendredi 30 novembre mais du lundi 2 novembre, « laissant ainsi la possibilité aux musulmans et aux catholiques de célébrer les fêtes du Mawlid et de la Toussaint », indique le Conseil français du culte musulman (CFCM).

La célébration du Mawlid, qui est une fête non canonique en islam visant à commémorer la vie et l'œuvre du Prophète Muhammad, « doit se faire dans la sobriété et le respect strict et rigoureux des mesures sanitaires. En effet, si d’une manière générale les lieux de culte ont fait preuve d’une grande vigilance face à la pandémie, c’est parfois au sein des rassemblements familiaux et entre amis que le plus grand nombre de contaminations s’est produit », alerte le CFCM.

Lire aussi : Le Mawlid 1442, l’occasion de valoriser l’œuvre du Prophète Muhammad et de son message de paix, d’amour et de miséricorde

Une fréquentation des lieux de culte très limitée

Les mesures d'encadrement de la fréquentation des lieux de culte devraient être similaires à celles pris lors du premier confinement décrété au printemps dernier. Les cérémonies funéraires comme la prière mortuaire (salat janaza) pourront se dérouler dans les lieux de culte ou dans les cimetières avec un nombre limité de participants qui sera précisé par le gouvernement jeudi 29 octobre.

Quant aux toilettes mortuaires et aux enterrements, ils s’effectueront « dans les conditions en vigueur avec le respect des mesures barrières, la distanciation physique et le port obligatoire du masque ».

Le CFCM « rappelle que la préservation de nos vies et celles de nos concitoyens doit être notre priorité absolue. N’oublions pas que nous sommes chacun le protecteur de notre prochain, notamment grâce au port soigneux du masque ».

Mise à jour : Le nombre de personnes pouvant assister à un mariage est de six personnes. La jauge pour les enterrements est, quant à elle, établi à 30 personnes.

Lire aussi :
Face à une grave progression du Covid-19, le confinement national réinstauré en France
Dossier spécial coronavirus : retrouvez tous nos articles sur la pandémie de Covid-19