11-Novembre : la Grande Mosquée de Paris non invitée ? L'Elysée répond, le ton monte avec le CFCM

11-Novembre : la Grande Mosquée de Paris non invitée ? L'Elysée répond, le ton monte avec le CFCM

Par Hanan Ben Rhouma le 13/11/2021

Les commémorations du 11-Novembre ont été une occasion insoupçonnée de voir la Grande Mosquée de Paris et le Conseil français du culte musulman (CFCM) s'écharper de nouveau en public.

La présidence de la République a-t-elle oublié d'inviter la Grande Mosquée de Paris aux commémorations du 11-Novembre ? Deux jours après la colère piquée par son recteur, l'Élysée a fait savoir par son service de presse que l'institution religieuse a été conviée au 103e anniversaire de l'Armistice.

« Il y a aucune mauvaise intention derrière cela. Il s'agit sans doute d'une erreur logistique, alors que les invitations sont parties mercredi 10 novembre », indique-t-on à La Croix. « Je n'ai jamais rien reçu », déclare, pour sa part, à Saphirnews Chems-Eddine Hafiz, qui campe sur ses positions.

Le recteur réaffirme aussi ne pas contester l'invitation délivrée au Conseil français du culte musulman (CFCM) mais sa non-invitation, du fait de la charge historique et symbolique que revêt la présence de la Grande Mosquée de Paris aux commémorations. Pour lui, « c'est M. Moussaoui qui a créé la polémique en produisant son invitation et, au lieu de dire qu'il est anormal que la GMP ne soit pas invitée, Il a affirmé un genre de monopole de représentation ».

Le mécontentement marqué du CFCM

De son côté, le CFCM s'est fendu d'un communiqué, samedi 13 novembre, dans lequel il se déclare « profondément indigné par les dernières déclarations intempestives et diffamatoires du recteur (...) à l’égard de l’institution représentative du culte musulman ». Un homme qui, en « usant d’un langage injurieux, s’est montré indigne de la fonction du recteur de la mosquée de Paris », juge le bureau du CFCM, présidé par Mohammed Moussaoui.

« Au moment où l’islam et les musulmans de France sont la cible d’attaques hostiles et islamophobes, l’instrumentalisation par le recteur de la mosquée de Paris d’une prétendue non invitation à la cérémonie du 11 novembre 2021 est particulièrement choquante d’autant plus qu’il a bien été invité à cette cérémonie comme l’a précisé l’Élysée », a-t-il ajouté. Contester la légitimité de l'invitation faite au CFCM en alléguant que celui-ci « est "dans la défense d’intérêts étrangers", est une attitude irresponsable, dangereuse et condamnable ».

Le CFCM fait référence à un communiqué paru la veille et signé des délégués de la Fédération nationale de la Grande Mosquée de Paris. Ils y dénoncent un « boycott délibéré » de leur institution à la cérémonie du 11-Novembre et déclarent sans ménagement que le CFCM actuel, qui ne compte plus la présence de la Grande Mosquée de Paris et plusieurs autres fédérations en son sein depuis des mois, « sert exclusivement un politique individuelle qui n'est plus dans la représentation religieuse mais dans la défense d'intérêts étrangers ». Les tensions entre les deux organisations sont vives et elles ne sont pas prêtes de retomber.

Lire aussi :
Cérémonie du 11-Novembre : la Grande Mosquée de Paris, non invitée, affiche sa colère, bisbille avec le CFCM