Coup d’envoi des travaux donné pour la Grande Mosquée de Metz, « nécessaire » pour la France

Coup d’envoi des travaux donné pour la Grande Mosquée de Metz, « nécessaire » pour la France

Par Hanan Ben Rhouma le 20/12/2021

Le chantier de la Grande Mosquée de Metz, prévue pour être la plus grande en Lorraine, a officiellement été lancé en cette fin d'année 2021. Face à la multiplication des discours islamophobes à l'approche de l'élection présidentielle, l'occasion s'est présentée aux porteurs du projet comme à la municipalité de donner de la voix contre la haine et pour la concorde.

Les travaux de la Grande Mosquée de Metz sont officiellement lancés. Une cérémonie de lancement du chantier réunissant des responsables musulmans, des élus locaux, des consuls et des fidèles a été organisée samedi 18 décembre à l’endroit où le bâtiment principal du lieu de culte, qui sera édifié sur un espace de 5 500 m2, verra le jour d’ici à 2024.

Près de deux ans après la pose de la première pierre, l’Union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz (UACM) est bien décidée à faire avancer le projet d’un coût de 15 millions d'euros auquel la crise de la Covid-19 a porté un coup d'arrêt brutal. Au-delà de la construction d’une mosquée qui accueillera entre 2 000 et 4 000 fidèles, l’édification d’un musée « dédié à l’histoire de la civilisation musulmane et à l’apport de l’immigration » en Lorraine, d'une salle d’exposition, d'une librairie ou encore d’un pôle service comprenant notamment une salle de sport, un hammam, un service d’accompagnement au pèlerinage et une assistance funéraire est prévue.

Un acteur musulman signataire de la charte de l'islam de France

Le président de l’UACM, Mohamed Hicham Joudat, a profité de l’occasion pour faire valoir un message de paix en ces temps troublés par des discours haineux de certains candidats à l’élection présidentielle. « En ce jour historique qui sera gravé dans la mémoire de la communauté musulmane de notre région, faut-il rappeler à tous les citoyens français que la présence musulmane ne date pas d’aujourd’hui », a-t-il déclaré, rappelant l’engagement des soldats musulmans pour la France qui fut au cœur d’une exposition présentée en septembre 2021 à l’hôtel de Ville. « Plus que jamais, ce rappel est indispensable, surtout avec la montée malheureusement ces dernières années en France d’un discours de haine qui instrumentalise la religion musulmane. »

« Notre philosophie considère le respect des valeurs républicaines comme intrinsèque à l’éthique musulmane », a-t-il ajouté, qui rappelle la signature par l’UACM de la charte des principes de l’islam de France. Un acte salué par le maire de Metz, François Grosdidier, qui a déclaré croire au « rôle pédagogique » de la signature du document, en particulier auprès des non-musulmans afin de « lever tous les malentendus que certains s’ingénient à créer » vis-à-vis des fidèles de l’islam.

Des voix messines contre les discours de haine

Fustigeant « la théorie paranoïaque du grand remplacement » et la montée de « l’islamophobie », le premier magistrat de la ville veut combattre ces fléaux « par la raison ». Face aux peurs et à la haine, il faut « répondre à l’excitation par le calme, combler l’ignorance par la connaissance, combattre la démagogie par la pédagogie, désarmer l’agressivité par la fraternité », a-t-il assuré. « Céder à la peur, c’est donner la victoire intellectuelle aux terroristes et à tous les extrémistes. »

« Même si nous ne sommes pas sortis définitivement de cette crise sanitaire, nous savons au moins que la vie ne s’arrête pas et qu’il faut redémarrer et que, dans cette affaire, il faut aller jusqu’au bout », a signifié François Grosdidier, pour qui la construction de la mosquée est « nécessaire » tant pour Metz que pour la France au nom même de la laïcité.

Lire aussi : La laïcité, une liberté qui contribue à l'égalité et à l'idéal républicain de fraternité

La Grande Mosquée de Metz sera « un des piliers de cette concorde » entre les citoyens, une concorde « qui n’est pas de pierre mais de matière humaine », prédit le maire. Elle sera « une représentation de l’islam intégré à la société, ouverte sur la société », constituant « à la fois un enjeu pour la communauté musulmane et pour toute la ville ».

Lire aussi :
Depuis Epinay, une exposition itinérante sur l’histoire de l’islam et des musulmans de France inaugurée
La première pierre de la Grande Mosquée de Metz posée, priorité à la collecte des fonds