L'appel à une rencontre entre les huit fédérations du CFCM resté lettre morte

L'appel à une rencontre entre les huit fédérations du CFCM resté lettre morte

Par Hanan Ben Rhouma le 13/01/2022

L'heure d'« une rencontre fraternelle » à la Grande Mosquée de Paris entre les huit fédérations musulmanes composant anciennement le Conseil français du culte musulman (CFCM) n'est pas venue. Explications.

Info Saphirnews. La Coordination, composée depuis mars 2021 des organisations dissidentes du Conseil français du culte musulman (CFCM), avait appelé le 7 janvier l'ensemble des fédérations musulmanes à « une rencontre fraternelle » à la Grande Mosquée de Paris.

Alors que la GMP a confirmé, mercredi 12 janvier, la tenue de cette réunion pour le lendemain, ce jeudi 13 janvier, en déclarant que les huit fédérations seront présentes, il n'en est rien. Aucune des quatre fédérations toujours membres du CFCM n'a confirmé sa présence à la rencontre organisée par la Coordination, assure auprès de Saphirnews Mohammed Moussaoui. L'Union des mosquées de France (UMF) qu'il préside ne fera pas acte de présence à la Grande Mosquée de Paris, nous signifie-t-il.

Si la Confédération islamique Milli Gorüs (CIMG) n'était pas joignable dans l'immédiat, le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) nous confirme aussi son absence, de même que Foi & Pratique.*

Une réunion qui doit s'organiser « dans la concertation »

« Nous ne devons jamais désespérer de pouvoir retrouver notre unité autour de l’intérêt général des musulmans de France. Mais, mettons-y les formes nécessaires pour créer un climat plus propice », nous fait part Mohammed Moussaoui, estimant que « l’appel de la coordination, malgré ses bonnes intentions, s’apparente à une convocation et non à une invitation fraternelle » « Une première réunion entre fédérations après cette longue interruption doit être ouverte et organisée dans la concertation », conclut-il.

Même son de cloche du côté de la fédération Foi & Pratique, qui fait partie depuis décembre 2021 des dernières signataires de la charte des principes pour l'islam de France. « Nous avons eu plusieurs échanges avec les principales fédérations afin de réfléchir à comment sortir de cette impasse de division préjudiciable aux musulmans de France », déclare-t-il.

Néanmoins, « participer à la réunion (à la Grande Mosquée de Paris), qui devait être uniquement une réunion d’échange avec toutes les composantes du culte musulman, ne peut être une réussite qu’avec tous les acteurs présents, ce qui ne semble pas être le cas. Dans ces conditions, nous ne participerons pas à la réunion ».

*Mise à jour : La CIMG nous a confirmé son absence à la Grande Mosquée de Paris. Son représentant, Farih Sarikir, « réaffirme la nécessité d’organiser une réunion avec l’ensemble des fédérations pour réamorcer un travail collectif dans l’intérêt des musulmans de France ». Toutefois, il souhaite qu’elle puisse être organisée « à une date ultérieure », ceci « pour organiser au mieux cette réunion entre les fédérations et donner les meilleurs conditions en vue de favoriser la participation de l’ensemble des acteurs ».

La Grande Mosquée de Paris a fait savoir, de son côté, que la rencontre a été reportée à une date ultérieure, choisissant d’invoquer non pas l’absence des fédérations encore membres du CFCM mais « les trop nombreux cas de Covid-19 et de cas contacts parmi les membres qui devaient y participer ».

Lire aussi :
Le CFCM appelle à capitaliser sur son expérience « avec ses réussites et ses échecs »
Avec le Forum de l’islam de France, l'après-CFCM se dessine avec une nouvelle organisation
Vœux de l’Elysée aux religions : une année charnière pour une nouvelle organisation de l'islam de France