Jean-François Bour nommé à la direction du Service pour les relations avec les musulmans

Jean-François Bour nommé à la direction du Service pour les relations avec les musulmans

Par Hanan Ben Rhouma le 05/05/2022

Le Service national pour les relations avec les musulmans (SNRM), rattaché à l'Eglise catholique, a désormais en ce mois de mai un nouveau directeur en la personne de Jean-François Bour, qui succède ainsi à Vincent Feroldi.

Le poste de directeur du Service national pour les relations avec les musulmans (SNRM) vacant depuis des mois après le départ de Vincent Feroldi. Il ne l'est désormais plus. La Conférence des évêques de France a nommé, mardi 3 mai Jean-François Bour, 52 ans, à la tête de cette instance au service du dialogue islamo-chretien, a-t-on appris jeudi 5 mai.

Religieux dominicain depuis 1992, ordonné prêtre en 2001, Jean-François Bour est présenté comme un spécialiste en islamologie, en dialogue interreligieux et en anthropologie sociale théologique.

Et pour cause : il a résidé dix ans au Caire où il fut membre de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire (IDEO). Le religieux de l'ordre des Prêcheurs, diplômé de sciences politiques et titulaire d’une licence canonique en théologie, a par ailleurs été secrétaire de la revue d’islamologie MIDEO et enseignant au Centre d’études philosophiques et théologiques de l’Église copte catholique du Caire.

« Qu'il continue à tisser des liens de confiance, de fraternité et de solidarité avec tous les musulmans »

Après son retour en France en 2008, il est nommé adjoint du directeur du Service des relations avec l'iIslam, devenu plus tard SNRM, alors dirigé par Christophe Roucou, ainsi que délégué diocésain et accompagnateur pour le dialogue interreligieux dans le diocèse de Tours.

En 2019, Jean-François Bour est nommé directeur de l'organisation DECERE (Démocratie, Construction Européenne et Religions), fondée en 2005 à Strasbourg par les dominicains et le diocèse de Strasbourg pour promouvoir la contribution des religions dans la construction européenne et l’évolution des sociétés. Il est actuellement enseignant vacataire à la faculté de théologie catholique de Strasbourg et expert auprès de la Région Grand Est pour le dialogue interreligieux.

A son successeur, non encore désigné en décembre 2021, « qu’il continue à tisser des liens de confiance, de fraternité et de solidarité avec tous les musulmans, dans leur diversité, que ce soit en France ou à l’étranger ! », appelait Vincent Feroldi de ses voeux dans une interview à Saphirnews, au cours de laquelle il affirmait la nécessité d'« aider les Eglises chrétiennes à mettre le dialogue interreligieux au cœur de leur vie ecclésiale ».

Lire aussi :
Dialogue islamo-chrétien : Vincent Feroldi, la fraternité chevillée au corps, sa vie après le SNRM
Après le discours sur le séparatisme, « l’heure est venue de passer aux actes et de se donner les moyens d’une politique »
Fratelli Tutti : Vivre la fraternité, « un défi que nous devons relever ensemble dans la diversité de nos croyances et de nos cultures »