Affaire Hassan Iquioussen : son fils dénonce la « spectacularisation » du dossier, « indigne d’un Etat de droit »

Affaire Hassan Iquioussen : son fils dénonce la « spectacularisation » du dossier, « indigne d’un Etat de droit »

Par Lina Farelli le 02/09/2022

Depuis la décision du Conseil d'Etat validant l'expulsion de Hassan Iquioussen, l'affaire prend une tournure telle qu'elle pousse la famille du prédicateur à hausser le ton pour condamner la « chasse à l’homme » tant politique que médiatique.

Hassan Iquioussen dont le domicile à Lourches et ceux de ses enfants ont été perquisitionnés, est introuvable. Un mandat d'arrêt européen a été délivré par un juge d'instruction de Valenciennes, dans le Nord contre Hassan Iquioussen pour « soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement », apprend-t-on vendredi 2 septembre. Le prédicateur est aujourd'hui présenté comme un homme « en fuite » après la validation, quelques jours plus tôt, de son arrêté d'expulsion par le Conseil d’Etat.

Tandis que le préfet Georges-François Leclerc a qualifié le prédicateur de « délinquant » dans la mesure où il s’est « soustrait à un arrêt d’expulsion », le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a affirmé sur le plateau de C à Vous que l'imam est « manifestement en Belgique ». Pourtant, dans ce cas, pour le juriste Serge Slama, « il a exécuté l’arrêté d’expulsion. Il n’y a donc plus lieu de le rechercher. Il n’a pas commis d’infraction. Ça devient un problème de droit des étrangers belge ».

Une « chasse à l’homme indigne »

« Depuis quelques jours Hassan Iquioussen est traqué par la police française qui a mis en œuvre des moyens sans précédents pour "l’expulser". (…) Pourtant, l’expulsion a bien été exécutée puisqu’il a quitté le territoire français suite à la notification de l’arrêté. Seulement, cela s'est fait loin des caméras », a signifié un des fils du prédicateur, Soufiane Iquioussen, sur ses réseaux sociaux.

« La chasse à l’homme dans laquelle s’est lancé l’exécutif est non seulement indigne, mais elle n’a aucun fondement légal. Nous nous inquiétons des motivations du préfet du Nord et du ministère de l’Intérieur à mettre en scène de tels moyens pour un homme qui a respecté la décision d’expulsion. Hassan Iquioussen n’est pas un délinquant, c'est un grand-père respectable et apprécié de ses voisins », a-t-il dénoncé. « Cette spectacularisation de son dossier est indigne d’un Etat de droit. »

Gérald Darmanin a fait savoir, jeudi 1er septembre, que Hassan Iquioussen serait interpellé et placé en centre de rétention administrative s'il est retrouvé en France. Quid alors de la suite ? Elle dépendra aussi du Maroc. Or le royaume chérifien a, selon une source proche du dossier cité par l’AFP, suspendu le laissez-passer consulaire qui permet l'expulsion du prédicateur par la France.

Lire aussi :
Expulsion de Hassan Iquioussen : le prédicateur introuvable, des appels à mobilisation lancés
L’expulsion de Hassan Iquioussen, une décision complexe dans une séquence politique à hauts risques pour les musulmans de France
Le Conseil d’Etat tranche en faveur de l’expulsion de Hassan Iquioussen, voici pourquoi
Affaire Hassan Iquioussen : les mosquées de Seine-et-Marne dans le viseur de l'Etat ?
Justice : le tribunal administratif suspend l'expulsion de Hassan Iquioussen
Affaire Hassan Iquioussen : les témoignages de soutien des mosquées se multiplient en France