Mosquée d’Allonnes : l'espoir d'une réouverture prochaine renaît à condition d'y mettre le prix

Mosquée d’Allonnes : l'espoir d'une réouverture prochaine renaît à condition d'y mettre le prix

Par Lionel Lemonier le 26/12/2022

La fermeture administrative de la mosquée d'Allonnes n'a que trop durer. Les fidèles peuvent aujourd'hui espérer une réouverture prochaine du lieu de culte musulman mais devront, pour cela, mettre la main à la poche. Explications.

L’Association cultuelle de Chaoué, qui gère désormais la mosquée d’Allonnes avec l’Association allonnaise pour le vivre ensemble, annonce une réouverture de la mosquée de la ville sarthoise pour janvier 2023. Fermée administrativement depuis octobre 2021 pour cause de « promotion d’un islam radical et d’apologie du terrorisme », ce lieu de culte aurait pu rouvrir fin avril. Mais les deux associations qui géraient les lieux avaient entre-temps été dissoutes par le ministère de l’Intérieur. Il a fallu en créer d’autres et passer l’une d’entre elles sous statut de la loi 1905 pour se conformer à la loi dite séparatisme.

En avril 2022, la directrice de cabinet du préfet de la Sarthe indiquait que la préfecture allait « œuvrer pour que les pratiquants puissent rapidement réexercer leur culte dans les meilleures conditions qui soient ». Elle précisait cependant à France Bleu qu’il y avait « des délais liés à des organisations administratives et juridiques » et qu'il fallait que « l’association présente toutes les garanties nécessaires à l’exercice du culte dans le respect des règles qu’impose la loi ».

C’est maintenant chose faite et la réouverture est imminente, selon Mohamed Zantar, le nouveau gestionnaire de la mosquée. Le maire d’Allonnes, Gilles Leproust, s’en est félicité, mercredi 14 décembre, lors de son conseil municipal. « C’est une triste page qui se tourne. Et un soulagement pour la communauté musulmane, qui va retrouver un lieu de culte », a commenté l'édile, cité par Ouest France. Toutefois, les conditions de location de la salle Yvon-Luby, qui accueille la mosquée depuis 2010, ont changé.

L’Association cultuelle de Chaoué devra désormais payer un loyer de 26 325 € par an, soit quelque 2 200 € par mois dont le versement reposera principalement sur la générosité des fidèles. Selon la délibération du conseil municipal, la mise à disposition de l’espace de 325 m2 est aussi consentie en contrepartie d’une provision pour charges annuelles de 5 000 euros.

Vers une possible vente du local

Jusqu’à la fermeture temporaire de la mosquée, la municipalité d’Allonnes avait mis une aile de l’espace associatif interculturel Yvon Luby à la disposition des fidèles musulmans à titre gratuit. C’est devenu impossible avec la loi confortant le respect des principes de la République. En revanche, la municipalité peut signer un bail précaire en attendant de prendre les dispositions nécessaires pour sortir le local du parc municipal, ce qui permettrait une vente future à l’association cultuelle de Chaoué.

« La vente n'est pas encore décidé, indique à Saphirnews Alexis Braud, adjoint au maire chargé de la Culture et de la Vie associative. Mais c’est la piste la plus sérieuse à l’étude et qui est privilégiée par la préfecture. » Le bail précaire peut avoir une durée comprise entre 10 et 18 mois. L’élu promet que la réflexion sur la vente du local sera mis au programme du prochain conseil municipal.

Une réunion publique à laquelle une centaine de personnes ont assisté a été organisée, dimanche 25 décembre, par l’Association cultuelle de Chaoué, rapporte Ouest France. Mohamed Zantar s’est déclaré confiant pour ce loyer : « On a fait signer de nombreuses promesses de don lors de cette réunion. Je me réjouis que les Allonnais adhèrent au projet. » Si l'ouverture de la mosquée est espérée pour janvier 2023, seules les prières quotidiennes devraient pouvoir être assurées. En revanche, la prière du vendredi ne sera, pour le moment, pas organisée en l'absence d'un imam khatib capable de faire les prêches.

Lire aussi :
Loi séparatisme : pour mieux s'y conformer, un guide pratique destinée aux associations musulmanes
Loi séparatisme : le Conseil constitutionnel valide « un changement de nature dans la relation entre l'État et les cultes »