Vaucluse : la conférence musulmane controversée est annulée, voici pourquoi

Vaucluse : la conférence musulmane controversée est annulée, voici pourquoi

Par Hanan Ben Rhouma le 07/01/2023

La tenue d'une conférence, dans le sud de la France, avec des imams « largement contestés » aux yeux des mosquées du Vaucluse est l'objet d'une controverse depuis des jours. Une polémique qui se solde, la veille de l'événement, par une annulation. Retour sur l'affaire.

L'association D'clic a annoncé, samedi 7 janvier, l'annulation de la conférence « pour cause logistique ». Par crainte d'une affluence par « milliers » à la conférence « pour une capacité de salle de 600 personnes », les organisateurs, qui déplorent avoir reçu de « sérieuses menaces » de la fachosphère, déclarent « impossible de gérer la sécurité dans ces conditions » et indiquent en conséquence le report de l'événement à une date ultérieure.

Si l'association fait valoir des raisons de sécurité auprès de son public, c'est surtout la cause logistique qui est à retenir. Initialement prévue à Avignon, dans le Vaucluse, la conférence devait se tenir finalement à Cabannes, dans les Bouches-du-Rhône. Du moins, c'est ce qu'espérait D'clic.

Or le gérant de la salle où était prévue la conférence a décidé de ne pas donner suite à la demande de l'association avec laquelle il devait signer le contrat de location ce samedi 7 janvier, rapporte La Provence. Le loueur, harcelé par téléphone, a declaré ne vouloir avoir de problèmes avec personne pour justifier sa décision : « Trop de fous m'ont appelé ! »

Les mosquées du Vaucluse s'expriment

Alors que l'extrême droite locale avait reclamé à corps et à cris l'interdiction de la conférence, la préfecture du Vaucluse avait decidé d'autoriser la tenue de l'événement au nom de la liberté d'expression.

Le CDCM du Vaucluse, qui avait fait valoir ses craintes et sa méfiance envers les organisateurs de la conférence, a salué la toute dernière décision prise par D'clic mais a tenu à préciser auprès de Saphirnews « qu’il n’a jamais demandé aux pouvoirs publics de l’interdire », une telle démarche n’étant « pas dans le périmètre de ses prérogatives et que les pouvoirs publics sont les mieux placés pour évaluer les risques encourus ».

Le CDCM dénonce également « l’instrumentalisation politico-politicienne qui a été faite par des extrémistes de tout bord, et notamment de l’extrême droite, autour de cette rencontre ainsi que la campagne mensongère sur la situation de la composante musulmane de notre département ».

Lire aussi :
Une association musulmane autorisée par la préfecture à maintenir sa conférence à Avignon
Les mosquées du Vaucluse affichent leur méfiance envers une association musulmane de la Drôme