UneNewsSociétéPolitiqueReligionsEconomieMédias
Par Lola Ruscio, le 17/11/2017

Lucie Rwakana Umukundwa, réfugiée rwandaise, à la tête d’une start-up

Exilée en France depuis 2006, Lucie Rwakana Umukundwa se lance dans une aventure entrepreneuriale pour vendre des produits africains. Un projet en écho avec son passé d’activiste. C’est un jour joyeux pour Lucie Rwakana Umukundwa. À 43 ans, cette femme originaire du Rwanda expose fièrement de l’art africain dans une boutique parisienne de commerce équitable. Sacs en tissu wax, vanneries, bijoux en corne de vache, sculptures en bois, objets design en écorce de ficus… Le savoir-faire traditionnel kényan, ougandais, rwandais, tanzanien brillent dans la pièce. Le chemin est encore long, toutefois, pour en vivre : « Je revois en ce moment mon business plan », raconte Lucie, qui fait des allers-retours entre la Picardie et Paris pour participer aux formations de l’incubateur La Fabrique, conçu par la start-up Singa.

Par Paul Kerneïs, le 15/11/2017

Steves Hounkponou : « Création d’entreprise : il ne faut pas avoir peur de se lancer ! »

Steves Hounkponou a créé sa marque de maroquinerie, BlackHats Paris, qui mélange le savoir-faire français au wax, ce tissu africain aux motifs colorés. Parti de rien, il s’apprête aujourd’hui à vendre en France et au Japon. Le Parisien de 33 ans nous livre ses conseils pour monter sa propre boîte. SE LANCER. Il ne faut pas avoir peur de se lancer ! C’est un projet qui peut paraître effrayant quand on part de rien, mais si la passion est là, on y arrive. Je me lève à 6 heures tous les matins et me couche à 1 heure, mais je ne sens pas la fatigue car c’est mon projet et que ça me passionne. Je travaillais dans une entreprise qui me disait : « Tu n’es pas là pour créer. » Je ne m’épanouissais pas, du coup je me suis lancé. C’était de l’insouciance, pas de l’inconscience. Il faut se dire : « Tu peux le faire, tu l’as imaginé, comme Walt Disney. » CROIRE EN SOI. On fait toujours face à des événements ou des personnes qui découragent. Cela…

Par Mylène Berteaux, le 07/11/2017

Comment et où apprendre à coder gratuitement ?

Devenir le prochain Steve Jobs, le rêve… Oui, mais comment ? Difficile de se projeter quand on n’a pas un sou en poche. Pas de panique, il existe de multiples solutions on et off line pour devenir un-e pro de la programmation pour zéro euro. Steve Jobs, le fondateur d’Apple, l’assurait déjà dans les années 1990 : « Chacun devrait savoir programmer un ordinateur, car cela apprend à réfléchir. » Créer son site, acquérir de nouvelles compétences pour trouver un travail ou devenir son propre patron, les opportunités qu’offre le Web sont phénoménales. La Commission européenne estime à 50 000 le nombre de postes disponibles chaque année dans ce secteur, en Europe. Mais, pour en profiter, il faut souvent passer par la case « apprendre à coder ». Oui, mais comment ?

Par Jeannie Samnick, le 06/11/2017

Devenir un as de la couture avec un petit budget, c’est possible !

Confectionner ses propres tenues, lancer sa marque de vêtements, se faire un nom dans le milieu de la mode… Un rêve pour de nombreux-ses passionné-e-s mais le rêve a un coût et pas des moindres puisqu’il faut débourser entre 6 000 et 12 000 € par an pour intégrer une école de mode parisienne. Comment apprendre les bases de la couture et espérer vivre de sa passion quand on a un petit budget ? La bonne idée au bon moment. Voilà comment est née MboaWax, la marque de vêtements lancée par Alexandra Nack, il y a trois ans. « Je rentrais de mes vacances au Cameroun avec des vêtements en wax que j’avais fait faire pour moi-même. Une amie m’a dit qu’elle adorait ce type de pièces mais que c’était généralement hors de prix », explique l’étudiante en master en management commercial.

Par Yassin Alami, le 02/11/2017

Amzat Boukari-Yabara : « Ceux qui défendent le franc CFA savent que les jours de cette monnaie sont comptés »

Une monnaie unique entre les 15 Etats membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ne verra pas le jour en 2020, a fait savoir fin octobre Marcel De Souza, président de l’organisation régionale. Huit des 15 pays rassemblés au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont en commun le franc CFA, une monnaie qui cristallise toujours plus de critiques en Afrique mais également en France. L'historien Amzat Boukari-Yabara, auteur de « Africa Unite » (La Découverte), un ouvrage historique très documenté sur le panafricanisme, revient ici sur l’origine des mobilisations contre le franc CFA et leur avenir.

Par Lola Ruscio, le 01/11/2017

Start-ups solidaires : des tremplins professionnels pour les réfugiés

L’accueil des migrants ne saurait se limiter à l'apprentissage de la langue française et des valeurs de la République. Des start-up solidaires prennent le relais de l’État pour accompagner les réfugiés à s’insérer professionnellement. Yasser a intégré, en juillet, l’incubateur parisien La Fabrique pour fonder une plateforme numérique. « J’ai trouvé des solutions de financement, j’ai bon espoir que ça marche », se réjouit cet entrepreneur en herbe. Arrivé en France en 2013, ce réfugié iranien de 36 ans a fait du chemin. Une fois son statut de réfugié obtenu, il s’inscrit à Pôle Emploi et arrache un CDD dans une société d’informatique. Son contrat terminé, il travaille au noir pour joindre les deux bouts, alors qu’il était gérant d’une société d’informatique et administrateur d’un journal politique, à Téhéran. « Pôle emploi ne m’a pas vraiment aidé », reconnaît-il. Yasser découvre sur Internet la start-up Singa, créatrice…

Par Juliette Messikat, le 26/10/2017

Mariame Tighanimine : « L'entrepreneuriat inné est une supercherie collective »

Mariame Tighanimine est entrepreneuse dans l'âme. Après avoir créé un webzine féminin à destination des femmes françaises de culture musulmane, Hijab and the City, elle se consacre à deux nouveaux projets : Babelbusiness, une start-up qui fournit une méthodologie de travail aux personnes désireuses de créer leur entreprise et un livre, « Différente comme tout le monde ». « Pour moi, nous avons tous en nous un capital business, il suffit de se lancer et de croire en soi », constate Mariame Tighanimine, auteur du livre « Différente comme tout le monde ». Un discours plein d’entrain et de détermination que ses cheveux courts et des vêtements à l'allure graphique amplifient. Mais entreprendre n’est pas chose aisée, reconnaît Mariame Tighanimine. Surtout quand on vient des quartiers populaires ou que l’on est une femme. Dans les deux cas, on se sent souvent illégitime dans le monde de l’entrepreneuriat. C’est un fait que les chiffres ne contredisent pas.…

Par Juliette Messikat, le 26/10/2017

Mariame Tighanimine : « L'entrepreneuriat inné est une supercherie collective »

Mariame Tighanimine est entrepreneuse dans l'âme. Après avoir créé un webzine féminin à destination des femmes françaises de culture musulmane, Hijab and the City, elle se consacre à deux nouveaux projets : Babelbusiness, une start-up qui fournit une méthodologie de travail aux personnes désireuses de créer leur entreprise et un livre, « Différente comme tout le monde ». « Pour moi, nous avons tous en nous un capital business, il suffit de se lancer et de croire en soi », constate Mariame Tighanimine, auteur du livre « Différente comme tout le monde ». Un discours plein d’entrain et de détermination que ses cheveux courts et des vêtements à l'allure graphique amplifient. Mais entreprendre n’est pas chose aisée, reconnaît Mariame Tighanimine. Surtout quand on vient des quartiers populaires ou que l’on est une femme. Dans les deux cas, on se sent souvent illégitime dans le monde de l’entrepreneuriat. C’est un fait que les chiffres ne contredisent pas.…

Par Ezzedine Ghlamallah, le 12/10/2017

KT Bank, première banque islamique d’Europe continentale, s'installe à Cologne

KT Bank AG, première et unique banque islamique d’Allemagne et de la zone euro, vient d’ouvrir sa quatrième agence à Cologne après Francfort, Berlin et Mannheim. L'agence est stratégiquement placée dans le complexe de la mosquée centrale de l’Union des affaires culturelles turco-islamiques (DITIB), et marque une nouvelle étape dans le développement des affaires de la banque. L’ouverture de l’agence a coïncidé avec la « Journée portes ouvertes des mosquées », qui a vu la participation d'un millier de lieux de culte musulmans à travers l'Allemagne mardi 3 octobre. C'est aussi ce même jour qu'a été inaugurée la galerie commerciale de la mosquée centrale à Cologne, inauguration ayant été présidée par le maire de la ville, Henriette Reker. La galerie commerciale du complexe est un lieu de rencontre pour les visiteurs de la mosquée et les habitants de Cologne. Des boutiques de vêtements, des restaurants halal en passant par les produits bancaires…

Par Ezzedine Ghlamallah, le 27/09/2017

Finance islamique : l’Algérie dans les starting blocks

En dépit de l’introduction de la banque Al Baraka d’Algérie au début des années 1990 et en l’absence d’un cadre juridique et réglementaire, la finance islamique est restée relativement peu développée en Algérie, la guerre civile n’ayant également pas facilité son développement. Seules certaines banques privées disposant de capitaux étrangers, telles que les banques Al Baraka d’Algérie, Algeria Gulf Bank, AlSalam Bank Algeria et Trust Bank Algeria proposent actuellement des produits financiers islamiques. Dans le but de combler son déficit budgétaire causé par la baisse du prix du baril et la faiblesse des exportations, le gouvernement algérien souhaite, dans les prochains mois, faire évoluer rapidement ce secteur. Dans un premier temps, et d’ici la fin de l’année, une offre financière conforme à la jurisprudence musulmane sera offerte par deux banques publiques (dont les noms n’ont pas encore été dévoilés), puis par quatre autres en 2018. Le…

Par Samba Doucouré, le 21/09/2017

Noirs et Arabes payent plus cher le crédit bancaire que les Blancs

Jacques Toubon a présenté son soutien aux travaux de la ville de Villeurbanne (Rhône) concernant des testings effectués auprès de banques. Dans un communiqué publié jeudi 21 septembre, le Défenseur des droits affirme que « ce test démontre l’existence de pratiques discriminatoires, à la fois dans l’accès au prêt immobilier en lien avec l’origine des clients-demandeurs mais aussi dans l’accès au crédit à la création d’entreprise en lien avec l’origine ou le sexe des clients ». Les 90 tests de l’enquête ont été entrepris par l’institut Ism Corum, dans 63 agences de 12 banques différentes implantées dans l’agglomération lyonnais. Plusieurs faux-clients au profil « rigoureusement équivalents » mais à la couleur de peau différente ont sollicité des entretiens pour des crédits immobiliers. Selon que les clients étaient Blancs ou supposé d’origine africaine, l’accueil était différencié. Les clients « supposés comme d’origine…

Par Linda Lefebvre et H. Ben Rhouma, le 15/09/2017

Halal : l’AFNOR met en place une norme expérimentale française sans parler abattage

Au terme de longues tractations qui se sont étalées sur plusieurs années, l’Association française de normalisation (AFNOR) a publié, vendredi 15 septembre, une norme expérimentale d’application volontaire pour les aliments halal transformés. Une norme élaborée sous la forme d’un « guide de bonnes pratiques » dans lequel il n’est pas question de trancher sur le caractère halal ou non de l’abattage avec étourdissement de l’animal, sujet à controverse pour des associations musulmanes. « Gagner des nouveaux marchés et répondre à la demande croissante d’aliments transformés halal est un objectif pour les industriels alimentaires français », relaye l’AFNOR pour annoncer le lancement d’une norme française pour les denrées alimentaires transformées halal. Le ton est donné. Avec l’instauration de cette norme, l’organisme français de normalisation estime que les industriels peuvent désormais « s’appuyer sur un socle commun » garantissant la…

Par Linda Lefebvre, le 13/09/2017

Avec le Brexit, la City exhorte le gouvernement à encourager la finance islamique

TheCityUK, lobby représentant les banques et institutions britanniques, vient de publier un rapport appelant le gouvernement à « s’assurer que la nouvelle législation post-Brexit n’ait pas d’implications sur la finance islamique », a indiqué au Telegraph Wayne Evans, conseiller en stratégie internationale au sein du lobby. Le rapport souligne en effet que les avoirs des entreprises offrant des services en finance islamique ont dépassé les 5 milliards de dollars en 2016. « Londres est déjà le plus grand centre pour la finance islamique hors du monde musulman. (…) Je veux qu’elle soit, avec Dubaï et Kuala Lumpur, l’une des grandes capitales de la finance islamique dans le monde », avait lancé l’ancien Premier ministre Cameron en 2013, lors de la tenue du Forum islamique économique mondial (WIEF) dans la capitale britannique. Une ambition que la métropole britannique entend bien poursuivre avec une vingtaine de banques, dont le quart entièrement…

Par Samba Doucouré, le 05/09/2017

Baky du 235th Barber Street : « La barbe est devenu un atout de séduction »

Des artistes de la pop culture jusqu’au gouvernement Philippe, le port de la barbe a dépassé le cadre de la simple mode éphémère et se positionne aujourd’hui comme un phénomène de société. Cette nouvelle vague fait le bonheur des nouveaux salons de coiffure afro inspirés des Etats-Unis et ouverts en nombre en France, à l’image du 235th Barber Street. Porté par les nouvelles tendances capillaires, le salon de coiffure 235th Barber Street, lancé fin 2014, connaît depuis une ascension fulgurante. Situé au 235 de la rue de Crimée, dans le 19e arrondissement de Paris, il a été fondé par un gamin du quartier, Sambou Sissoko, 30 ans. Entrepreneur et propriétaire d’un magasin de vêtements, il décide avec des associés de reprendre le concept du barber shop à l’américaine, popularisé par la culture cinématographique afro des Etats-Unis. « On voulait développer un salon qui reproduit le style afro, que ce soit le style africain, noir-américain ou hip-hop…

Par Ezzedine Ghlamallah, le 14/08/2017

Sukuk souverain : l'Italie ferme la porte à la finance islamique

À l'heure où ses voisins européens comme le Royaume-Uni et le Luxembourg embrassent chaleureusement le développement de la finance islamique, l'Italie lui ferme la porte. La troisième plus grande économie de la zone euro, en dépit d'être ébranlée par des problèmes économiques et financiers inquiétants, semble fermer ses portes aux instruments islamiques : d’après Islamic Finance News, le gouvernement a rejeté un projet de proposition de loi pour une émission souveraine de sukuk lequel n’a jamais été présenté au Parlement. Stefano Padovani, associé du cabinet d'avocats milanais NCTM qui a présenté ce projet de proposition de loi, a ainsi déclaré : « Malheureusement, la proposition n'a jamais été considérée et n'a jamais été soumise au vote du Parlement parce qu’en l’absence de volonté politique le ministère des Finances n'était pas intéressé. » Le gouvernement de Paolo Gentilonia a sans aucun doute raté l’opportunité de donner une…

Par Huê Trinh Nguyên, le 22/04/2017

Soufiane Iquioussen : « Entrepreneuriat : ne freinons pas l’agilité de la jeunesse ! »

Le 14 avril dernier, le Garage solidaire du Hainaut fêtait sa 3e année d’existence. À la tête de cette entreprise sociale et solidaire : Soufiane Iquioussen, 31 ans, lauréat des Talents des cités 2013 et prix de l’entrepreneur de l’année 2016 catégorie « Engagement sociétal » pour la région Hauts-de-France. Son bilan du quinquennat Hollande : il y a encore tant à faire !

Par Huê Trinh Nguyên, le 19/04/2017

Saïd Hammouche : « L’inclusion économique pour lutter contre la discrimination systémique »

Président-fondateur de Mozaïk RH, cabinet de recrutement et de conseil spécialisé dans la promotion de l’égalité des chances et de la diversité, Saïd Hammouche est convaincu : c’est par le levier économique que l’on pourra renverser les discriminations dont font l’objet les jeunes issus des quartiers populaires. Celui qui, avec son équipe, facilite la mise en relation entre recruteurs et candidats, avec plus de 11 000 entretiens de recrutement, et booste l’embauche des jeunes, avec à son actif 4 000 contrats signés, tire le bilan du quinquennat et préconise plusieurs solutions.

Par Imane Youssfi, le 18/04/2017

RAMF 2017 : la foire commerciale du Bourget au défi de la baisse de fréquentation

La foire commerciale du Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) a accueilli cette année quelque 250 exposants sur 5 000 m² de stands au Parc des expositions du Bourget, en Seine-Saint-Denis. Une fréquentation globale en baisse, voilà ce que de nombreux exposants ont ressenti. Saphirnews est allé à leur rencontre. Reportage. La Foire du Bourget, c'est l'incontournable du Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF). Les commerçants qui ont installé leurs stands sont essentiellement dans les secteurs du textile, de l'édition, de la cosmétique et du bien-être, souvent importés du Moyen-Orient. Cette année, beaucoup sont d'accord : la fréquentation a baissé. Samir* l'a bien remarqué : s'il reste satisfait de la manifestation, gérée avec « toujours une bonne organisation », il estime que son chiffre d'affaires a chuté de « 30 à 40 % ». Sur son stand où il vend des robes traditionnelles, le commerçant, au taquet, jongle entre l'encaissement…

Par Ezzedine Ghlamallah, le 04/04/2017

KT Bank, la première banque islamique d’Europe continentale, poursuit sa croissance

La première banque islamique d’Europe continentale est allemande et elle s'appelle KT Bank AG. Domiciliée à Francfort, elle poursuit sa croissance. La filiale de la banque turque Turkish Kuveyt Türk Participation Bank dont les actionnaires incluent Kuwait Finance House, l'une des plus importantes banques islamiques du monde, dispose d’une assise financière solide. Kuveyt Türk est présente en Allemagne depuis 2004. En 2010, KT Bank AG a obtenu de l'Autorité fédérale de surveillance des finances (BaFin), une licence de courtage. En mars 2015, après qu’elle eut présenté une demande d’agrément en 2012, la BaFin lui a accordé une licence bancaire complète pour la fourniture d'activités de dépôts et de crédits.

Par Imane Youssfi, le 14/03/2017

La French Tech Diversité, à l'assaut de la diversité sociale parmi les start-ups

Les start-ups ont le vent en poupe dans les quartiers populaires. Après la première édition de la StartUpper Academy en Seine-Saint-Denis, le gouvernement lance la French Tech Diversité, un nouveau programme visant à promouvoir la diversité sociale parmi les start-ups français en accompagnant les meilleurs projets. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 17 avril. Présentation. Lancé dans la foulée de la StartUpper Academy le 2 mars par Christophe Sirugue, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances chargé de l’Industrie, du Numérique et de l’Innovation, la French Tech Diversité se présente comme un programme d'accompagnement pour les entrepreneurs, à travers le soutien des meilleurs projets de start-ups portés par des étudiants boursiers et des entrepreneurs issus de quartiers de la politique de la ville. Les candidats ont jusqu’au 17 avril pour postuler à ce programme. Passée cette date, 35 d’entre eux seront sélectionnés et…