Marame : « Il ne progresse pas au niveau de sa foi, je doute de mon amour pour lui »

Marame : « Il ne progresse pas au niveau de sa foi, je doute de mon amour pour lui »

Par Lalla Chams En Nour, le 07/08/2020

Pour résumer, j’ai été mariée religieusement à mon premier amour pendant huit années. Nous nous sommes séparés deux ans et, depuis environ un an, nous nous sommes retrouvés.

Étant à distance et le connaissant, j’ai décidé de me remarier pour éviter le haram. J’ai pris soin de discuter très brièvement de mes attentes. Je suis convertie, je recherchais un mari avec qui avancer dans le din (religion), lui étant une bonne personne avec un grand cœur. Il prie mais est entouré de mauvaises fréquentations, il fume, sort en soirée et boit. Il a accepté d’arrêter tout ça.

Mais depuis que j’ai emménagé avec lui dans une nouvelle ville loin de mes proches, je me suis sentie super mal. Ne voyant pas de changement, j’en suis venue à douter de mes sentiments. Peut-être que d’avoir voulu me marier précipitamment, je me rends compte que je n’ai pas pris le temps de savoir si je l’aimais vraiment… Je doute énormément de mon amour pour lui. Je ne vois que ses défauts malgré qu’il soit un mari très attentionné et aimant.

Depuis deux mois, je suis partie de notre domicile, nous n’avons pas divorcé car je suis partie précipitamment sur le coup d’une dispute que je regrette car je n’ai pas eu la patience d’attendre son changement et que mon amour progresse (trois mois de vie commune).

Depuis, je me pose beaucoup de questions. Je me demande si c’est le destin qu’Allah a voulu pour nous cette séparation ou si c’est moi qui ai mal fait les choses. Si je devrais persister et que l’amour reviendrait comme auparavant ? Est-ce qu’avec de la patience mon mari pourra un jour progresser au niveau de sa foi ? J’ai fait beaucoup de prières de consultation mais je suis toujours autant perdue. Merci pour votre réponse.

Lalla Chems En Nour, psychanalyste

Chère Marame,

Essayez de voir le plus important : vous dites que c’est une bonne personne, avec un grand cœur, qu’il prie, qu’il est aimant et très attentionné. Franchement, n’est-ce pas là le plus important ?

Son rapport intime avec la religion, cela ne regarde que lui. De quel droit voulez-vous le façonner à votre conception ? Est-ce pour vous rassurer ?

Il est vrai qu’au moment de revenir vers lui, vous semblez avoir précipité les choses, vous dites que, « très brièvement, j’ai pris soin de discuter de mes attentes ». Trois mois de vie commune et vous doutez déjà ? Il me semble que vous doutez surtout de vous-même. D’après vous, lui ne doute pas de vous. Une vraie relation, cela se construit peu à peu. De discussions en discussions, de conflit dépassé en conflit dépassé. Essayez plutôt de le comprendre, il semble qu’il ait de bonnes intentions.

Auriez-vous tendance à l’autorité ? A la domination ? A vouloir qu’il soit comme vous le souhaitez ? Non, l’amour c’est accepter l’autre avec ses faiblesses, puisqu’elles ne menacent pas son amour pour vous. Laissez le mûrir, laissez-lui un peu de temps, parlez ensemble, au lieu de partir à la moindre déception.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com