La langue arabe, trésor de France défendu par Jack Lang

La langue arabe, trésor de France défendu par Jack Lang

Par Yousra Gouja et Lina Farelli, le 13/03/2020

1

Reçu à Saphirnews


L'avis de Saphirnews

Avec La langue arabe, trésor de France, Jack Lang, en collaboration avec Victor Salama, signe un manifeste pour contribuer au rayonnement de l’arabe, « cette langue de France depuis plus de cinq siècles », et lui rendre ses lettres de noblesse.

Le président de l’Institut du monde arabe (IMA) s’est ainsi donné pour mission de redonner à l’arabe « toute sa place dans l’enseignement public – et au-delà, toute sa reconnaissance et sa dignité dans notre société ». Dans son « livre de combat », il entend bien déconstruire les a prioris autour de cette langue « à la résonance sulfureuse ».

Reconnue comme langue officielle à l’ONU, la langue arabe est la cinquième la plus parlée au monde avec plus de 430 millions de locuteurs. Une langue « vivante et universelle », rendue « intemporelle » grâce à la révélation coranique, qui a une histoire millénaire, « passionnante à tous égards ».

C’est, entre autres, grâce à un intense travail de traduction initié par des érudits arabes dès le XIIe siècle que l’Occident doit au monde arabe « la redécouverte de grands textes de la philosophie grecque », qui en résulte « un apport intellectuel exceptionnel à la médecine, à la philosophie et à l’algèbre, pour ne citer que ces disciplines ». Jack Lang explique dans son livre combien la langue arabe appartient à l’Histoire de l’Occident mais aussi de France. Il rappelle, par exemple, que François 1er fut un « défenseur de l’arabe » en hissant l’étude de cette langue « au rang de discipline institutionnalisée » ou encore que le recueil mythique Kalila wa Dimna, a profondément inspiré les Fables de La Fontaine.

Lire aussi : Les célèbres fables de Kalila et Dimna exposées à l'Institut du monde arabe

Un combat « pour rétablir des vérités »

Malgré cette longue Histoire, l’état des lieux que Jack Lang dresse de la place de l’arabe en France est « alarmant », la langue d’Averroès ayant été « mise en quarantaine par les marchands de peur ou de haine qui rabâchent leur conception rabougrie de ce que devrait être la France ».

L’ancien ministre de la Culture met les mots sur des tabous et des politiques à géométrie variable concernant la langue arabe. « On associe très souvent l’enseignement de l’arabe à la pauvreté et à l’échec scolaire, cela devient stigmatisant », fait-il part. Et si des établissements scolaires refusent d’enseigner l’arabe, c’est aussi pour « éviter l’arrivée d’élèves issus de banlieues populaires pour de catégories sociales défavorisées ».

Non, la langue arabe n’est « pas l’apanage des hommes de religion, pas plus qu’elle n’est l’exclusive des Français d’origine arabe. Elle appartient à tous les citoyens, à toutes les générations avides de la découvrir ou de la redécouvrir », affirme-t-il aussi.

Au-delà des constats, Jack Lang entend valoriser les initiatives pour faciliter l’apprentissage de l’arabe. C'est le cas des outils connectés comme le MOOC d'arabe lancé par l’INALCO et de l’Arabothèque de Myriam Mouffok. L’apprentissage par l’immersion, « hors les murs », est tout aussi valorisé, tout comme la certification internationale de maîtrise de l’arabe (CIMA), lancée en 2019 par l’IMA pour « proclamer la dignité de tous ses locuteurs ».

La langue arabe, trésor de France met véritablement les points sur les i. Reconduit début mars à la tête de l’IMA, Jack Lang est décidé à poursuivre son « combat » pour défendre la langue arabe mais, bien au-delà, pour le plurilinguisme : « Il y a des combats à mener contre l’air du temps. Des combats pour rétablir des vérités, à rebours des manipulations idéologiques, démagogiques et populistes. »

Présentation de l'éditeur

Si elle est la cinquième langue la plus parlée au monde, la langue arabe reste en France une inconnue à la résonance sulfureuse. Insuffisamment enseignée, elle est au cœur de polémiques qui faussent sa perception.

Dans ce livre de combat, Jack Lang s'attaque à ces idées reçues. Il invite le lecteur à découvrir l'histoire étonnante et la richesse d'une langue introduite en France il y a des siècles, et qui appartient aujourd'hui à notre patrimoine culturel. Il plaide pour que l'école de la République accorde toute sa place à son enseignement.

Manifeste pour la reconnaissance d'une langue de France, cet ouvrage est aussi un plaidoyer pour l'ouverture culturelle et le plurilinguisme.

L'auteur

Ministre de la Culture du président François Mitterand, ministre de l'Éducation nationale du Premier ministre Lionel Jospin, Jack Lang est aujourd'hui président de l'Institut du monde arabe. Il y mène un combat pour la reconnaissance et le rayonnement de la langue et des cultures arabes.

Jack Lang, avec Victor Salama, La langue arabe, trésor de France, Cherche Midi, février 2020, 128 pages, 12,50 €