Mon islam, ma liberté, le plaidoyer de Kahina Bahloul pour un islam spirituel et universel

Mon islam, ma liberté, le plaidoyer de Kahina Bahloul pour un islam spirituel et universel

Par Hanan Ben Rhouma, le 24/09/2021

10

Reçu à Saphirnews

La rentrée littéraire est foisonnante. Mais c'est Mon islam, ma liberté signé de Kahina Bahloul, que nous choisissons aujourd’hui de mettre en lumière. Depuis sa parution en avril aux éditions Albin Michel, la presse écrite et audiovisuelle a marqué son intérêt pour dresser le portrait atypique de cette Franco-Algérienne dont l’étiquette de « première femme imame de France » a fait d'elle un sujet de curiosité.

Cette nouvelle figure de l'islam libéral, ancrée dans la tradition soufie, a en effet fondé en 2019 la mosquée Fatima, « un lieu pour mettre en œuvre cette égalité ontologique entre les femmes et les hommes », en totale adéquation avec les valeurs islamiques. Des valeurs de liberté, d’égalité et de pluralisme qu’elle puise notamment dans son héritage familial, elle qui est issue d'une famille aux origines multiples composée d’un père kabyle, algérien et musulman et d'une mère française dont le père est catholique et la mère juive polonaise.

« En Algérie (qu’elle a quitté à l'âge de 24 ans, ndlr), j'ai reçu une éducation à cette foi musulmane empreinte de valeurs humaines et fraternelles, par tradition et parce que c'était la religion de ma famille. En France, j'ai choisi d'être musulmane car je me suis donné l'autorisation de douter, de tout questionner, de tout remettre en cause », raconte celle pour qui les épreuves de la vie dont la mort de son père quand elle avait 30 ans l'ont appelé à Dieu.

Avec le temps, « j'ai finalement compris que sans le doute, aucun processus de recherche ne peut-être entamé, que rien ne peut être désiré et découvert. (…) Le doute et le questionnement suscitent, alimentent, et renouvellent la foi à chaque instant, ils la gardent vivante et en mouvement ».

Voir aussi la vidéo de La Casa del Hikma : Le doute, l'ennemi juré de la foi ?

Rendre à l'islam sa vocation universelle

Défendant bec et ongles l'imamat féminin – avec Eva Janadin et Anne-Sophie Monsigny, fondatrices de la mosquée Simorgh, – qui est l'objet de vifs débats parmi les musulmans, Kahina Bahloul veut contribuer à battre en brèche les idées reçues qui mettent à mal le courant réformiste. Celui-ci, souligne l'auteure, n’a « pas pour objectif de faire table rase de la tradition et de la production intellectuelle musulmane jusque-là » mais de « redynamiser la pensée musulmane (…) et avoir une connaissance éclairée des fondements" de l'islam » comme le firent avant elle Muhammad Abduh, Fazlur Rahman, ou encore, plus proches de nous, Mohammed Arkoun et Amina Wadud.

Voir aussi la vidéo de La Casa del Hikma : Le réformisme, un nouveau courant pour pervertir l'islam ?

Forte de la conviction qu’il est « possible d'embrasser la modernité par un islam ouvert et précurseur qui affirme la concordance entre la tradition, la culture, la foi, ses principes et le monde dans lequel nous vivons. Un islam qui accorde à la connaissance une place prépondérante », elle appelle à « renouer avec l'usage de la raison et de la libre pensée » qui « ne constitue pas une innovation (au sens de bida’a, ndlr) en islam », « c'est au contraire pratiquer les recommandations du Saint Coran ». Son livre est une invitation à « se réapproprier son islam afin de rendre celui-ci à sa vocation universelle ». Aussi précieuse qu’urgente par les temps qui courent.

Présentation de l'éditeur

Kahina Bahloul est la première femme imame en France. Née d’un père kabyle issu d’une famille de marabouts et d’une mère française d’origines juive et catholique, elle a grandi en Algérie où elle a vécu au plus près la montée de l’intégrisme. Spécialiste de la mystique musulmane et plus particulièrement de l’œuvre d’Ibn ‘Arabi, le grand mystique andalou, elle décide de s’engager plus activement à la suite des attentats de 2015.

Revendiquant, sur la base de sources classiques, la légitimité pour une femme d’être imame, de diriger les prières et d’enseigner, elle fonde en 2019 la mosquée Fatima, d’inspiration soufie, ouverte aux femmes voilées ou non, mais aussi aux non-musulmans. À l’image de la reine berbère résistante dont elle a hérité le prénom et le caractère, Kahina Bahloul est aujourd’hui présente sur tous les fronts pour évoquer la possibilité d’un islam moderne et libéral.

Pour la première fois, cette femme de dialogue et de paix nous fait partager sa pensée. C’est l’occasion pour elle d’explorer la diversité et la spiritualité inscrite dans ses origines, de témoigner de son parcours et d’expliquer sa vision d’un islam enfin affranchi des peurs et des scléroses.


Kahina Bahloul, Mon islam, ma liberté, Albin Michel, avril 2021, 208 pages, 18,90 €