Le pèlerinage à La Mecque, une affaire française : une histoire du hajj sous la loupe de Luc Chantre

Le pèlerinage à La Mecque, une affaire française : une histoire du hajj sous la loupe de Luc Chantre

Par Hanan Ben Rhouma, le 08/07/2022

Reçu à Saphirnews


L'avis de Saphirnews

Après Pèlerinages d’empire. Une histoire européenne du pèlerinage à La Mecque, Luc Chantre est l’auteur d’une très riche anthologie sur le hajj avec l’ouvrage Le pèlerinage à la Mecque, une affaire française dans lequel l’historien nous offre une plongée historique captivante dans l'organisation du pèlerinage par la France et l'évolution de son regard sur le cinquième pilier de l'islam. Car oui, il fut un temps, la France s’y impliquait activement, jusqu'à bâtir une « culture coloniale du Hajj ».

Avec son recueil volumineux qui compte un millier de pages, le chercheur au Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Koweït (CEFAS) entend combler un vide, celui de la publication d’archives en langue française relative au hajj. Luc Chantre part d’un constat simple : la France est un grand absent des hajj studies « malgré leur essor spectaculaire au cours de la décennie 2010 ».

« Le pèlerinage français est peu traité alors que, paradoxalement, la France fut, juste après la Grande-Bretagne, l'un des tous premiers États européens à s'implanter diplomatiquement au Hedjaz et à organiser les flux de pèlerinage depuis l'Algérie. En effet, rares sont les empires qui peuvent se prévaloir d'une telle continuité dans l'organisation de leur pèlerinage : si l'on fait exception de la courte période que constitue l'expédition d'Égypte de Bonaparte, la France témoigne d'un intérêt continue pour la péninsule arabique depuis la décennie 1830 jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962 », explique-t-il. « Cet intérêt ne saurait se réduire à une nouvelle forme de diplomatie religieuse ou à la seule manifestation d'un paternalisme colonial. Car la construction dans la longue durée d'une "politique du pèlerinage" est allée de pair avec une perception croissante de la centralité géopolitique de cette région du monde. »

Une lumineuse contribution à la connaissance

Pour preuve de cet intérêt, les textes de nature et de sources diverses ne manquent pas. Mais jusqu’à très récemment, ils étaient encore dispersés et, en conséquence, sous-exploités « alors même que le rapprochement et leur traitement conjoint permettent d'éclairer sous un nouvel angle la politique musulmane de la France dont l'organisation du hajj est peut-être l'une des manifestations les plus abouties ».

Luc Chantre a pu compiler plus de 200 documents variés comptant des rapports administratifs, des télégrammes, des extraits de relations de voyage, de romans, articles ou reportages et des documents iconographiques autour du hajj dans toutes ses dimensions (religieuse mais aussi sanitaire, sociale, géopolitique ou encore anthropologiques). Ce sont autant de regards français sur le hajj qui permettent de « mieux comprendre comme cette manifestation religieuse est devenue au fil des années un lieu d'observation privilégié pour qui cherche à comprendre les évolutions contemporaines de l'islam et du monde musulman ».

Collectés au cours des dix années de recherches, ces documents, accompagnés d'explications contextuelles nécessaires, sont rassemblés dans le livre autour de trois grandes périodes. La première partie couvre le 19e siècle depuis l'expédition d'Égypte jusqu'au déclenchement de la Grande Guerre (1798-1914) ; la deuxième est consacrée aux deux guerres mondiales et à l'entre-deux-guerres, décrit comme « un épisode de l'ingérence européenne dans les affaires du hajj » qui permet de « mettre en lumière un aspect souvent méconnu des rapports entre la France laïque et l'islam » ; enfin la troisième aborde le hajj à l'heure de la décolonisation (1945-1963).

« La publication de ce recueil est donc une invitation à poursuivre les approches comparatistes entre empires, en même temps qu'elle vient alimenter, à une échelle plus micro-historique, l'étude des "sociétés coloniales" », signifie le spécialiste qui, « contre toute tentative d'essentialisation », appelle les lecteurs « à une lecture plus inclusive des relations entre la France et le monde musulman : des relations conçues davantage comme une communauté de destin, un jalon parmi tant d'autres de cette "histoire solidaire en gestation" que Mohamed Arkoun a si souvent appelée de ses vœux ». Le pèlerinage à la Mecque, une affaire française est une lumineuse contribution à une meilleure connaissance historique du hajj dont Luc Chantre s'en fait brillamment le passeur.

Présentation de l'éditeur

Pendant toute la période coloniale, la France s'est fortement impliquée dans l'organisation des déplacements et du séjour des pèlerins musulmans de son empire à La Mecque. C'est cette longue familiarisation des Français avec les lieux saints de l'islam que ce recueil propose au lecteur de découvrir. Les différentes dimensions du hajj politiques, religieuses, diplomatiques, sanitaires ou encore anthropologiques - y sont abordées selon une double entrée, chronologique et thématique, à travers toute une série de documents inédits. Les récits de voyage côtoient les rapports sanitaires, et les témoignages de pèlerins font écho aux dépêches diplomatiques et autres reportages inédits.

L'ensemble de ces documents comme les correspondances qu'ils entretiennent les uns avec les autres nous invitent à considérer les relations contemporaines de la France et du monde musulman sous une lumière différente, et on pourra mesurer à quel point le pèlerinage à La Mecque fut bien à cette époque une affaire française.


Luc Chantre, Le pèlerinage à La Mecque : une affaire française, Presses universitaires de Rennes (PUR), août 2021, 1021 pages, 32 €