Six pieds sur terre : trouver un sens à la vie au contact des morts

Par Hanan Ben Rhouma, le 19/06/2024

PENDANT LE RAMADAN, SOUTENEZ UNE PRESSE INDÉPENDANTE PAR UN DON DÉFISCALISÉ !
4

« Six pieds sur terre » suit la trajectoire d'un jeune Algérien paumé dont l'expérience professionnelle dans une pompe funèbre musulmane va l'aider à retrouver son chemin et à se réconcilier avec lui-même.

Sous la menace d’une expulsion, Sofiane est contraint de chercher un travail. Son père, diplomate algérien, n’y peut rien. Aux portes de la retraite, il se dit même prêt à rentrer à Sétif. Hors de question pour « Souf » qui, bien qu'issu d'une classe aisée, se retrouve donc à devoir bosser, par dépit, pour une entreprise de pompes funèbres musulmanes tenue par un cousin paternel, dans l’objectif purement matériel de décrocher un contrat, précieux sésame pour rester sur le territoire français. Plus habitué aux fêtes qu’au travail, Sofiane va devoir faire ses preuves. S’ouvriront bientôt à lui les portes d'une nouvelle destinée qu’il n’aurait pas soupçonnée emprunter.

Six pieds sur terre est un film au scénario bien construit, sans caricature, autour de la quête identitaire d’un jeune adulte perdu (Hamza Meziani), tiraillé entre son héritage algérien, son enfance rythmée par les nombreux voyages et son désir ardent de ne pas être assigné à un Arabe, encore moins à un musulman, aux yeux de la société. « Moi, je m’en fous de l’islam, je ne suis pas musulman », lâche-t-il même à son superviseur, El Haj, en entamant son nouveau job aux pompes funèbres. Un travail bien difficile mais qui transforme Sofiane.

Renaître au contact de la mort

C'est en effet en étant confronté à l'expérience de la mort que Sofiane parvient à retrouver son chemin, à se réconcilier avec lui-même… à renaître. A mieux apprécier cette vie dont il ne savait que faire avant ses débuts aux pompes funèbres. Dans ce cheminement, le rôle d’El Haj – brillamment interprété par Kader Affak – est central : voilà un homme peu loquace, dur en apparence, sans doute écrasé par le poids d’années de travail au contact des morts mais qui fait très bien son métier « car il ne s'attache pas » selon les mots de son patron. Une personnalité qui dérange, met très mal à l’aise Sofiane mais de qui il apprend bien plus que les ficelles du métier. El Haj fera naître en lui une vocation à laquelle il ne se destinait pas.

Six pieds sur terre, au titre excellemment bien trouvé, est un film touchant et sensible. Le choix, original, du réalisateur Karim Ben Salah de situer l’histoire dans un environnement musulman, là aussi sans céder aux caricatures, est des plus intéressants. Il contribue à ancrer une réalité méconnue – à visage humain, bien plus tranquille que les discours politico-médiatiques ne laissent croire – dans l'imaginaire de spectateurs encore trop peu habitués à s’en approcher sous un aspect non anxiogène. Une belle surprise cinématographique à découvrir sur grand écran.

Six pieds sur terre, de Karim Bensalah
Avec Hamza Meziani, Kader Affak, Souad Arsane, Mostefa Djadjam, Magdalena Laubish, Abbes Zahmani, Karina Testa, Mehdi Djaadi
France, Algérie, 1h36
Sortie en salles le 19 juin 2024

Lire aussi :
Roqya, les dérives de l'occultisme au cinéma
Le jeune imam : « Un hommage à ces personnages que nous croisons tous les jours mais qui n'existent pas au cinéma »
Kim Chapiron livre sur grand écran un jeune imam sous dopamine