Un homme, un regard, un mystère : hommage à Roland Michaud

Un homme, un regard, un mystère : hommage à Roland Michaud

Par Abd el-Hafid Benchouk, le 11/06/2020

Roland Michaud a formé avec Sabrina Michaud un couple de grands photographes voyageurs qui tenaient en admiration les civilisations de l'islam. Ensemble, ils ont parcouru le monde, particulièrement l'Asie. Célèbres grâce à leurs nombreux reportages et ouvrages photographiques, les Michaud ont été auréolés en 2015 du Prix International Planète Albert Kahn pour l’ensemble de leur œuvre. Roland Michaud est décédé à Paris le 26 mai 2020 à l'âge de 89 ans. Si la notoriété de son travail est incontestable, son engagement dans la voie soufie est, quant à lui, moins connu. Après son inhumation le 4 juin dans le Massif central, Abd el-Hafid Benchouk, directeur de la Maison soufie, apporte ici un témoignage précieux de l'homme que fut Roland Michaud, un globe-trotter qui a su refléter avec son épouse Sabrina la beauté de ce monde à travers l'art de la photographie.

Sage, profond, exigeant, vrai, patient, sensible, sincère, tendre, constant, lucide, intelligent, à l’écoute, fidèle, courageux, juste, soucieux, perfectionniste, sociable, véridique, reconnaissant... C’est avec ces quelques mots que j’aimerais commencer mon témoignage sur qui fut, qui est Roland Michaud.

C’est avec une grande émotion que la nouvelle du départ de Roland Michaud m’est parvenue le 26 mai dernier par mon ami Stéphane Herbert. Curieusement, cette date correspond également à la date du départ de ce monde du grand homme et illustre représentant de la voie soufie, l’émir Abd El-Kader. C’est Stéphane qui m’a permis de rencontrer Roland fin 2016. Stéphane est aussi photographe, il considère d’ailleurs Roland Michaud comme un de ses principaux maîtres, à l’image de nombreux autres photographes se considérant élèves de Roland Michaud.

L’art incarné de la photographie

Roland Michaud a longtemps été pour moi un mystère. La première fois que je me suis interrogé à son sujet, c’était il y a environ 30 ans, en lisant le magnifique ouvrage de Titus Burckhardt, L’Art de l’Islam - Langage et signification, paru aux éditions Sindbad et fort malheureusement épuisé. En parcourant ce livre extraordinaire, je découvrais sous la plume d’un Occidental, la profondeur, la beauté, la majesté et la connaissance qui sous-tend à toutes les formes d’art de la civilisation islamique.

Titus Burckhardt était certes un Occidental mais il parlait aussi en tant que musulman puisqu’il s’était rattaché à la voie soufie et avait pris le nom d’Ibrahim. Cela, je l’ai su en lisant le livre, toutes les photos du livre sont signées Roland et Sabrina Michaud. Je m’interrogeais sur eux : Qui étaient les auteurs de ces magnifiques photos ? Etaient-ils aussi rattachés à la voie soufie ?

Il me vint à l’esprit que, pour illustrer totalement un ouvrage de Titus Burckhardt, il fallait nécessairement être proche de lui. Après quelques recherches, je ne parvins pas à répondre à cette question, puis au fil du temps, étant moi-même adepte de l’art de la photographie, je découvris quelques-uns de leurs chefs d’œuvres à travers les différents Beaux Livres qu’ils avaient publiés.

Dans l’un d’eux, L’Orient dans un miroir, voici les mots avec lesquels Roland et Sabrina Michaud commencent leur préface : « Un livre qui a pour thème le miroir se doit à la fois de réfléchir quelque chose et de faire réfléchir sur quelque chose. L’Orient dans un miroir se veut reflets de la seule Beauté et réflexions sur la civilisation islamique. Si on admet avec le Prophète Muhammad que "Dieu est Beau et Il aime la beauté", on est en droit de déclarer qu’il n’y a de beauté que la Beauté. Platon affirme, lui, que "le beau est la splendeur du vrai", et à celui qui doute, le poète arabe suggère seulement "qu’il contemple une rose rouge !" A la formule de salutation traditionnelle : "As Salam alaykum" - la Paix sur vous - le musulman répond comme le ferait un miroir : "Alaykum as Salam" - sur vous la Paix. »

La naissance d’une longue amitié

C’est après l’ouverture de la Maison soufie qui eut lieu en 2016 que Stéphane Herbert qui nous rendait visite de manière assez régulière, lui-même fils de Jean-Loup Abd Al-Halim Herbert, un autre de ces grands intellectuels occidentaux ayant nourri de la fraicheur et de la profondeur de leurs regards, la vision que les musulmans pouvaient avoir d’eux-mêmes et de l’immensité de l’héritage qui était le nôtre sans que nous en soyons véritablement conscient.

Stéphane Herbert, au cours d’une conversation, me dit qu’il était proche de Roland et Sabrina Michaud et que, si je souhaitais les rencontrer, cela lui serait un plaisir de faciliter cette rencontre. C’est comme cela que j’ai eu l’honneur de rencontrer pour la première fois Roland et Sabrina dans leur appartement du 17e arrondissement de Paris. À partir de ce moment, une amitié est née et nous avons eu le bonheur de côtoyer les Michaud à maintes occasions chez eux, à la Maison soufie et au cours du Festival Soufi de Paris 2018 auxquels ils assistaient avec un grand intérêt et ce, à presque tous les événements !

Nous avons d’ailleurs préparé un projet « L’Orient en 99 miroirs » qui, je l’espère, verra le jour prochainement comme une manière d’honorer sa mémoire, peut-être lors du prochain Festival soufi de Paris, si Dieu le veut

Un reflet de la Beauté divine

Malgré son grand âge, quand venait l’heure de la prière canonique, la salat, Roland Michaud prenait part à l’assemblée, et cela sans s’aider d’une chaise. Son appartenance à l’islam, il n’en a jamais fait étalage dans le monde de la photographie.

Dans son dernier et seul livre scripturaire, le seul qui ne soit pas photographique mais qui sonne comme un testament, au titre de La dernière caravane, racontant leur traversée du Pamir afghan entre 1967 et 1971, Roland Michaud dit : « Aujourd’hui, cette caravane (de chameaux) n’existe plus. Elle est devenue la dernière caravane de Haute Asie. Avec le recul, elle a acquis une dimension non seulement historique mais symbolique, qui nous dépasse infiniment. Il nous fallait la raconter avant qu’il ne soit trop tard. »

Le livre est paru aux éditions Nevicata fin 2019 ! Le côté grand voyageur de Roland, je ne l’aborderai pas, il y a bien des hommages et des résumés de sa vie qui en parle. Le témoignage de son rattachement à la voie soufie est lui moins connu, mentionné au tout début de son dernier ouvrage, à sa manière toujours très pudique presque en passant.

Il dit : « Nous nous marions à Rabat en octobre 1958, en toute simplicité, avec pour témoin un universitaire américain, Victor Danner, qui enseignera plus tard le soufisme à l’Université de Bloomington, en Indiana, et deviendra le représentant d’une confrérie soufie, fondée et dirigée par un métaphysicien suisse, Frithjof Shuon…dont nous deviendrons nous-même des disciples en 1970. »

Puis, dans la dernière page du livre, il écrit : « La caravane disparue, les caravaniers à leur tour disparaissent. Pas avant cependant de remercier le Ciel. Merci au Maître de nos destinées. A Lui qui est plus grand que tout, nous adressons notre gratitude pour sa générosité et Sa miséricorde. À Lui vont nos louanges. Prêtons un instant l'oreille au poète Jalal-ud-din Rûmi qui écrivait au XIIIe siècle dans ses Odes mystiques - 833 :

"Notre mort, c'est nos noces avec l'éternité. Quel est son secret ? Dieu est Un",

Et dans son Diwân du Soleil de Tabriz :

"Debout, amis, partons, il est temps de quitter ce monde

Du ciel résonne à l'oreille de mon âme le tambour du retour

Réveillé, chaque chamelier met de l'ordre dans la caravane

Et exige de chacun son dû. Pourquoi dormir encore ?

De tous côtés le tintement des clochettes appelle au grand voyage

À chaque instant, une âme, un esprit s’envole là

Où n’est plus de lieu." »


La Beauté Divine ne cessant de se refléter aussi bien dans le monde qu’au cœur de l’humanité aura été le témoignage de l’œuvre qu’a laissé Roland Michaud. Je crois que c’est à travers la lecture attentive des mots que l’on peut mieux découvrir cet être d’exception qu’il fut. Il nous dit avec sa chère Sabrina à la fin de la préface de L’Orient dans un miroir : « Nous restons confondus devant la beauté de la Création et la signification des choses que donnent et transmettent les traditions. C’est cette beauté qui sans cesse nous émeut et nous émerveille. Nous sommes d’éternels amoureux qui captons des reflets de la beauté divine et qui pensons qu’amour, amant et aimé ne sont qu’une seule et même chose. »

Le mardi 2 juin, nous avons eu avec quelques proches, l’heureuse charge de lire sourate Yâ-Sîn à son chevet et de préparer son dernier voyage, le plus grand. Il fut inhumé jeudi 4 juin à 14h30 dans l'ancien cimetière de Saint-Agrève (Massif Central), dans le caveau familial.

Merci cher Roland, ou cher Ya’qûb devrais-je dire, pour La Dernière Caravane que tu m’as dédicacé avec Sabrina le 9 février 2020 et pour lequel je n’ai pas eu le temps de te remercier. A bientôt.

*****
Abd el-Hafid Benchouk est directeur de la Maison soufie et représentant de la voie soufie naqshbandî en France. Il est aussi l’auteur de l’ouvrage « Le Langage du cœur » (Hachette, 2018).

Lire aussi :
« Le Langage du cœur », un avant-goût de la sagesse soufie
Abd el-Hafid Benchouk : « Les soufis sont avec Dieu intérieurement et avec le monde extérieurement »

Du même auteur :
Bariza Khiari, une intuition soufie au cœur de la République