Attaque à Conflans - Français musulmans, levons-nous !

Attaque à Conflans - Français musulmans, levons-nous !

Par Nassurdine Haidari, le 17/10/2020

La France est touchée au cœur. Un professeur d'histoire a été décapité en France. Jamais, nous n'aurions pensé qu'un jour, dans la patrie des droits de l'Homme, un hussard de la République puisse connaitre pire châtiment. Décapité, en pleine rue, par l'un de ces bouchers de l'apocalypse qui, dans un geste barbare, a voulu par le sang versé détruire une liberté collective.

Le crime de ce professeur est d'avoir voulu, en cours d'histoire, dans un collège public, parler d'une liberté que nous devons tous enseigné à nos enfants : la liberté d'expression, valeur cardinale de notre vivre ensemble. Un bien sacré. Une disposition commune qui permet aussi de séparer par sagesse le pouvoir temporel et certaines prétentions d'un certain pouvoir spirituel.

Vendredi, ce n'est pas un homme qui est tombé, ce n'est pas une tête qui a été tristement arraché ; c'est tout un édifice qui a été souillé. La République a été clairement attaquée.

Nous devons néanmoins, dans les confins de l'atrocité humaine, sans jeu de mot car les heures que nous vivons sont graves, garder nos têtes sur nos épaules. Penser collectivement le vivre ensemble, laisser de côté, dans ce deuil national, nos oppositions stériles, nos polémiques infécondes et réaffirmer ensemble notre volonté de faire France et de lutter ensemble contre toutes les formes d'obscurantisme. Nous ne pouvons point nous permettre de fermer les yeux ou de détourner nos regards, face à une situation traumatisante, douloureuse, voire explosive.

De même, ce moment nous oblige à dépasser la fragilité de nos invectives mutuelles, de nos positionnements de façade et de nos nombreuses pétitions de principe qui, malheureusement, restent souvent lettre morte.

Inscrire le slogan « Not in my name » dans un combat frontal contre toutes les formes de radicalisation

Nous, Français de confession musulmane, devons avoir le courage de dire que, parmi « nous », existent des monstres qui, au nom de notre foi en Dieu, souillent le message par leur haine pour justifier leur soif de sang. Ces monstres sont légion dans toutes les religions mais, aujourd'hui, nous devons condamner sans ambiguïté les actes de ces monstres qui dévoient l’islam.

Nous, Français de confession musulmane, devons avoir le courage de dire sans ambiguïté que nous nous inscrivons par filiation citoyenne au droit à la liberté d'expression.

Nous, Français de confession musulmane, devons avoir également le courage de dire que la pensée musulmane en France est en crise profonde de régénération et de contextualisation.

Le slogan « Not in my name » (« Pas en mon nom »)devra dorénavant s'inscrire dans un combat frontal contre toutes les formes de radicalisme et de radicalisation.

Cependant, les Français de confession musulmane ne pourront pas gagner ce combat vital sans le concours de toute la nation mais aussi de politiques et de médias dont certains se sont malheureusement vautrées dans l'islamobashing pour tenter de grignoter des parts de marché au détriment de la raison commune.

Nous, Français de confession musulmane, demandons que la lutte contre les radicalismes et la promotion du vivre ensemble devienne une cause nationale.

Nous demandons aussi que l'architecture de l'islam de France puisse fortement évoluer vers une inclusion de toutes les sensibilités de l'islam œuvrant pour une représentation digne et fidèle à l'émergence d'un islam de France.

Dans ces heures de tristesse nationale, nous devons puiser encore dans ces valeurs qui ont bâti cette maison commune et réaffirmer dans les actes l'unité de la nation autour cette belle idée-socle du vivre ensemble : la fraternité.

*****
Nassurdine Haidari est vice-président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN). Il est aussi ancien imam du Panier à Marseille.

Lire aussi :
Un professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine, l’effroi unanime des musulmans de France exprimé
« L'unité est indispensable » : Macron dénonce un attentat après la décapitation d'un enseignant à Conflans
Gérald Darmanin : « C’est la grandeur des musulmans de France de constater qu'il existe des dérives au nom de leur religion »

Du même auteur :
Contre la radicalisation, ne tombons pas dans le piège tendu par les charognards de l'unité nationale
Nassurdine Haidari : Contre les bouchers de l’apocalypse, invoquer la force de la République