Pour réduire le changement climatique, faisons évoluer la société vers des régimes alimentaires à base de plantes

Pour réduire le changement climatique, faisons évoluer la société vers des régimes alimentaires à base de plantes

Par Saphirnews, le 05/11/2021

A l’occasion de la la Conférence internationale des Nations Unies sur le changement climatique (COP 26) à Glasgow, plus de 100 leaders religieux et quelque 70 organisations confessionnelles ont adressé une lettre ouverte aux dirigeants du monde les appelant à adopter un « Traité végétalien ». La campagne vise à « faire évoluer la société vers des régimes alimentaires à base de plantes », une proposition présentée comme « la meilleure approche pour tenter d'éviter une catastrophe climatique ». Saphirnews reproduit la lettre ouverte.

Cher président de la COP26, M. Alok Sharma,

Nous, soussignés, leaders religieux de nombreuses confessions, demandons instamment aux leaders mondiaux, aux gouvernements et aux délégués de la Conférence de Glasgow sur le changement climatique d'approuver le Traité sur les plantes en tant que composante essentielle des efforts visant à éviter une catastrophe climatique.

Nous faisons cela parce que notre monde, le monde que Dieu a pu initialement appeler « très bon » (Genèse 1:31), est aujourd'hui menacé comme jamais auparavant, l'extinction de l'humanité étant une possibilité très réelle. Veuillez y réfléchir :

- Les récents événements climatiques graves se sont produits à un moment où la température mondiale a augmenté d'environ 1,1 degré Celsius (environ deux degrés Fahrenheit) depuis le début de la révolution industrielle. Les experts en climatologie prévoient que cette augmentation se situera entre 2C et 5C degrés d'ici la fin du siècle si les affaires continuent comme si de rien n'était, ce qui déclenchera des événements climatiques bien pires.

- Les experts en climatologie craignent que les boucles de rétroaction positive qui se renforcent mutuellement (cycles vicieux) n'aboutissent à un point de basculement irréversible où le climat deviendrait incontrôlable, avec des résultats catastrophiques.

- Il y aura probablement des dizaines de millions de réfugiés désespérés fuyant les vagues de chaleur, les sécheresses, les incendies de forêt, les tempêtes, les inondations et autres événements climatiques. Ces catastrophes rendront l'instabilité et la guerre beaucoup plus probables.
En raison de ce qui précède, tout doit être fait pour réduire le changement climatique, en commençant le plus tôt possible. Le passage à des sources d'énergie renouvelables, la production de voitures, d'ampoules et d'autres articles plus efficaces, le recyclage et le compostage sont autant de mesures positives.

Cependant, la meilleure approche pour tenter d'éviter une catastrophe climatique consiste à faire évoluer la société vers des régimes alimentaires à base de plantes.

Une telle évolution présente un avantage majeur que les autres changements positifs n'ont pas. Non seulement il réduit considérablement les émissions de gaz à effet de serre, car il y aurait beaucoup moins de vaches et d'autres animaux d'élevage émettant du méthane, un gaz à effet de serre très puissant qui a une capacité bien plus grande à réchauffer la planète que le CO2 par unité de poids. Il est également possible de réduire considérablement le CO2 actuellement présent dans l'atmosphère en permettant la reforestation de plus d'un tiers des terres libres de glace dans le monde, actuellement utilisées pour le pâturage et la culture de plantes fourragères pour les animaux. Cela pourrait ramener les 420 parties par million de CO2 actuellement présentes dans l'atmosphère à un niveau beaucoup plus sûr, inférieur à 350 ppm, qui est une valeur seuil selon les experts du climat.

Heureusement, il est beaucoup plus facile d'adopter un régime végétal aujourd'hui en raison de l'abondance de substituts végétaux à la viande et aux autres produits animaux. Nombre d'entre eux ont une apparence, une texture et un goût si semblables à ceux des produits animaux que même les mangeurs de viande de longue date ne peuvent faire la différence.

Le passage à une alimentation végétale et à la reforestation présenterait de nombreux autres avantages, notamment la réduction de la perte actuelle de biodiversité, l'épidémie de maladies liées à l'alimentation, l'utilisation très inefficace de la terre, de l'énergie, de l'eau et d'autres ressources, les mauvais traitements massifs infligés aux animaux et les perspectives de futures pandémies, ce qui serait beaucoup plus conforme aux valeurs religieuses fondamentales.

Plus important encore, cela permettrait de laisser un monde habitable aux générations futures. Alors, rejoignez-nous pour approuver le traité sur les plantes et aidez-nous à faire de la prévention d'une catastrophe climatique une priorité sociétale.

L’ensemble des signataires sont ici


Qu'est-ce que le Traité végétalien, appelé en anglais « Plant-based Treaty » ?

En complément de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et de l'accord de Paris, le Traité végétalien est présenté par ses promoteurs comme « une campagne populaire destinée à mettre les systèmes alimentaires au premier plan de la lutte contre la crise climatique ». Inspiré du Traité sur les combustibles fossiles, le Traité végétalien « vise à mettre un terme à la dégradation généralisée des écosystèmes critiques causée par l'agriculture animale et à promouvoir une transition vers des régimes alimentaires plus sains, durables et végétaux ».

Le traité appelle à « renoncer » en mettant fin à l'aggravation du réchauffement climatique, ce qui implique, entre autres, « aucun changement d'affectation des sols, y compris le déboisement, pour l'agriculture animale » ; à « réorienter » en éliminant « les forces motrices du problème », grâce à la « promotion des aliments d'origine végétale » et à une « transition active des systèmes alimentaires d'origine animale vers des systèmes d'origine végétale » ; et enfin, à « restaurer » en guérissant activement le problème, ce qui passe par une « restauration des écosystèmes clés » et un « reboisement de la terre ». Pour connaître l'ensemble des revendications, c'est ici.