Syrie : avec la loi César, Washington veut mettre la pression sur le régime de Bachar Al-Assad

Syrie : avec la loi César, Washington veut mettre la pression sur le régime de Bachar Al-Assad

Rédigé le 17/06/2020
Lina Farelli

Le régime syrien de Bachar Al-Assad est visé par de nouvelles sanctions américaines. La loi César (Caesar Syria Civilian Protection Act of 2019), votée par le Congrès américain et promulguée en décembre 2019 par Donald Trump, est entrée en vigueur mercredi 17 juin.

Cette loi, du nom de code d’un photographe militaire syrien qui avait exfiltré en 2013 des dizaines de milliers de photos de Syriens torturés à mort pour prouver les crimes commis par le régime depuis mars 2011, cible aussi bien les personnes et les entreprises collaborant avec Bachar Al-Assad. Elle vise des individus et des entités aussi bien syriennes qu’étrangères, qui apportent « un soutien significatif au gouvernement syrien, financier, matériel ou technologique », notamment dans les secteurs des hydrocarbures, de l’aéronautique militaire, des finances et de la construction.

Lire aussi : Opération Cesar, un témoignage choc sur les crimes de guerre en Syrie

Les Etats-Unis entendent ainsi faire pression sur le régime de Bachar Al-Assad pour la mise en oeuvre d'une résolution politique du conflit en Syrie, plongée dans un marasme économique. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la guerre a fait plus de 384 000 morts depuis 2011.

Lire aussi :
Syrie : face au drame humanitaire à Idlib, l'appel de 14 ministres d'Etats européens à la fin de l'offensive

4