Mosquée de Poitiers : les militants de Génération identitaire relaxés pour une erreur de procédure

Mosquée de Poitiers : les militants de Génération identitaire relaxés pour une erreur de procédure

Rédigé le 19/06/2020
Lina Farelli

En octobre 2012, des dizaines de militants du groupuscule d'extrême droite Génération Identitaire occupait le chantier de la mosquée de Poitiers, alors en construction. Huit ans après les faits, la cour d'appel de Poitiers a relaxé, vendredi 19 juin, les cinq militants qui avaient pourtant été condamnés en première instance fin 2017 pour « provocation à la haine raciale ou religieuse » et « dégradation de biens appartenant à autrui ».

La relaxe générale a été prononcée après… une erreur de procédure. Le tribunal de Poitiers a ainsi oublié, rapporte Libération, de suspendre la prescription pour les faits d'« incitation à la haine raciale » à la suite de la première condamnation.

La cour d’appel a également décidé de requalifier les « dégradations lourdes » en « dégradations légères », passibles de simples contraventions mais pour lesquelles le délai de prescription est aussi dépassé. Une décision qui a de quoi vraiment décevoir les responsables de la mosquée de Poitiers et ses fidèles pour qui justice n’aura pas été rendue dans cette affaire.

Lire aussi :
La mosquée de Poitiers envahie par l’extrême droite islamophobe

9