Avant son discours sur le séparatisme, Macron espère rassurer les représentants des cultes

Avant son discours sur le séparatisme, Macron espère rassurer les représentants des cultes

Rédigé le 01/10/2020
Myriam Attaf

Emmanuel Macron a reçu à l’Elysée, mercredi 30 septembre, les représentants cultes en France. L’occasion pour lui de leur présenter les grands axes de sa stratégie gouvernementale de lutte contre « les séparatismes » avant son grand discours attendu vendredi 2 octobre.

Le dirigeant de la Fédération protestante de France François Clavairoly, par ailleurs président Conférence des représentants des cultes de France, étaient des personnes présentes avec le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Mohammed Moussaoui, celui de la Conférence des évêques de France Eric de Beaufort-Moulins, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le métropolite orthodoxe Emmanuel Adamakis et e président de l'Union bouddhiste de France (UBF), Olivier Wang-Genh.

A l’issue de cet entretien, les responsables des cultes ont assuré qu'ils recevront un premier texte de travail le 15 octobre prochain et qui s’articulera autour de quatre grandes thématiques, avant d'être présenté dans le cadre d’un projet de loi d'ici à la fin de l’année en Conseil des ministres puis au Parlement en début d'année 2021. Le gouvernement assure que la concertation sera au rendez-vous avec les dirigeants des cultes.

Lire aussi : Séparatisme : Gérald Darmanin précise le calendrier d’un texte qu'il ne veut « pas dirigé contre les musulmans »

« Lutter contre ceux qui instrumentalisent la religion musulmane à des fins politiques »

Le premier axe, rapporte François Clavairoly à l'AFP, portera ainsi sur « un rappel de la neutralité du service public et des délégations de service public », le deuxième sur « l’exigence, pour toutes les associations qui veulent demander des subventions, de respecter l’égalité hommes/femmes et de ne pas être sujette à des dérives sectaires » et le troisième sur les écoles confessionnelles hors contrat.

La quatrième partie de ce texte sera, quant à elle, consacrée à l’évolution législative des associations du culte musulman actuellement constituées par la loi de 1901 afin qu’elles soient à l'avenir encadrées par la loi de 1905. Un régime juridique qui permet aux structures d'obtenir des avantages fiscaux mais plus contraignant en matière administratif.

« Nous partageons totalement les finalités et les objectifs », qui sont de lutter « contre ceux qui instrumentalisent la religion musulmane à des fins politique. Après, nous attendons de voir qu’il n’y ait pas de dégâts collatéraux aux mesures mises en œuvre », a indiqué, pour sa part, Mohammed Moussaoui.

Emmanuel Macron avait déjà évoqué les grandes lignes de ce projet de loi à venir en février à Mulhouse.. Il avait alors affirmé que le texte devait permettre de « reprendre le contrôle et lutter contre les influences étrangères, en particulier à l’école et dans les lieux de culte » « favoriser une meilleure organisation du culte musulman en France, dans le respect de la laïcité », « lutter avec détermination contre toutes les manifestations séparatistes et le repli communautariste » et « ramener la République là où elle a démissionné, là où elle n’a pas toujours été au rendez-vous ».

Cette réunion à l'Elysée avec les cultes intervient notamment après une rencontre entre la présidence du CFCM et Emmanuel Macron intervenue vendredi 25 septembre. Une initiative qui a été suivie d'une autre rencontre le lendemain entre Gérald Darmanin et une délégation plus élargie de l'instance musulmane, qui attend désormais ce que la suite leur réserve en des termes plus concrets.

Lire aussi :
Marlène Schiappa dresse les contours de son ministère dédié à la Citoyenneté
Séparatisme : à quand une lutte sincère contre ce qui pousse au repli ?
https://www.saphirnews.com/Lutte-contre-le-separatisme-la-crainte-d-une-stigmatisation-annoncee-des-musulmans-grandit_a27260.html
Lutte contre le séparatisme : la crainte d’une stigmatisation annoncée des musulmans grandit

2