Covid-19 : après Paris, ce qui va changer pour plusieurs agglomérations en zone d'alerte maximale

Covid-19 : après Paris, ce qui va changer pour plusieurs agglomérations en zone d'alerte maximale

Rédigé le 09/10/2020
Myriam Attaf

« Nous sommes dans une phase d’aggravation de la circulation du virus », a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors de son point hebdomadaire sur la crise sanitaire jeudi 8 octobre.

En réponse à ce constat, il a annoncé le basculement de plusieurs grandes villes en zone d’alerte maximale. C’est le cas pour Lille, Grenoble, Lyon et Saint-Etienne où les indicateurs conduisant à un passage au niveau supérieur ont été dépassés, parmi lesquels le taux d'occupation des lits de réanimation dans les hôpitaux (plus de 30 %).

De fait, de nouvelles restrictions entreront en vigueur dès samedi matin comme la fermetures des bars, des salles de sport et des piscines. Les restaurants devront appliquer le protocole sanitaire renforcé imposé par le gouvernement et la jauge de 50 % de capacité maximum dans les universités ne devra pas être dépassée. Les centres commerciaux doivent, pour leur part, respecter la règle des 4 m² pour un consommateur.

Ces quatre nouvelles agglomérations rejoignent donc Paris, et sa petite couronne, la métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe dans la zone des départements les plus touchés par le virus. Toulouse et Montpellier, dont les indicateurs sont très proches de la zone d’alerte maximale, pourraient gonfler les rangs dès lundi 12 octobre.*

*Mise à jour : Toulouse et Montpellier vont passer en zone d’alerte maximale mardi 13 octobre.

La circulation du virus ne ralentit pas non plus à Clermont-Ferrand et Dijon. Les deux villes passent en zone d’alerte renforcée avec l’application de contraintes sanitaires supplémentaires qui entreront en vigueur dès samedi matin.

Du mieux dans certaines agglomérations

Olivier Véran a toutefois indiqué qu’il y avait du mieux dans certaines régions et départements. Ainsi, la Nièvre et le Morbihan quittent toutes deux la zone d’alerte. Il a par ailleurs, mentionné une « amélioration sensible » à Nice et à Bordeaux et une « inflexion positive » à Rennes et à Aix-Marseille, sans pour autant évoquer un changement de statut.

La sortie de la zone d'alerte maximale qui n’est pas encore d’actualité à Paris et sa petite couronne. Dans la capitale et sa banlieue, tous les bars ont été contraints de fermer depuis le 6 octobre. Les restaurants ont été épargnés malgré des limitations sanitaires conséquentes : ils doivent afficher le nombre de places maximal disponibles dans leurs établissements et les clients ne peuvent pas être plus de six par table.

Face à ces contraintes aux conséquences non négligeables, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a annoncé un élargissement du fond de solidarité pour les entreprises impactées par la crise sanitaire et une exonération des cotisations sociales jusqu’à ce que les restrictions soient levées.

A l’approche des vacances de la Toussaint, le ministre de la Santé a appelé la population à rester prudente même s'il a pris la décision de ne pas limiter la circulation d’une zone à une autre : « Il faut rester très prudent pendant les vacances, la période estival nous l'a montré. Les vacances de la Toussaint sont souvent passées en famille, mon message est encore plus fort : protégez-vous, protégez les autres. »

Lire aussi :
Covid-19 en France : tout comprendre des nouvelles zones d'alerte et des restrictions
Dossier spécial coronavirus : retrouvez tous nos articles sur la pandémie de Covid-19