En Italie, un joueur de l'AS Roma suspendu pour blasphème

En Italie, un joueur de l'AS Roma suspendu pour blasphème

Rédigé le 16/12/2020
Myriam Attaf

Le milieu de terrain de l’AS Roma, Bryan Cristante, ne disputera pas le prochain match de championnat opposant son équipe à Torino jeudi 17 décembre. La Ligue italienne de football, la Lega Serie A, a annoncé, lundi 14 décembre, que le jeune homme a été suspendu pour blasphème. Elle lui reproche d’avoir « prononcé une expression blasphématoire » à la 23e minute de la première mi-temps lors du match contre Bologne dimanche 13 décembre, après qu’il a marqué un but contre son camp.

Dans un communiqué publié lundi 14 décembre, la Ligue affirme que « le joueur en question a été clairement capté par les images télévisées en train de prononcer une expression blasphématoire identifiable et audible sans que cela ne laisse place à un quelconque doute raisonnable. », sans préciser les propos incriminés.

Bryan Cristante n’est pas le premier joueur à faire face à ce type d'accusation dans le monde du sport italien. En 2018, l'international italien de l'Udinese, Rolando Mandragora, avait écopé d’un match de suspension après avoir insulté la Vierge Marie et comparé Dieu à un chien. Le capitaine du rugby italien, Sergio Parisse, a aussi été contraint de s'excuser après avoir été filmé en train de prononcer une phrase blasphématoire avant un match des Six Nations contre la France.

La Fédération italienne de football, qui interdit aux joueurs le port de T-shirts affichant des messages personnels à leur famille ou faisant référence à leurs croyances religieuses, rend le blasphème passible de sanctions disciplinaires depuis 2010, rappelle La Croix. Une réglementation conforme au Code pénal italien dans lequel figure plusieurs articles de loi condamnant le blasphème. Le délit est néanmoins très rarement reconnu par la loi. Selon la Fédération italienne, les joueurs qui portent des T-shirts affichant des messages personnels à leur famille ou qui font référence à leurs croyances religieuses sont également punis.

Lire aussi :
Don Diego Maradona et le royaume de Naples
[Un clip contre le racisme dans le football dévoilé par la LFP (vidéo)

6