USA : une plainte déposée contre l'Alabama après l'exécution de deux hommes privés d'aumônier musulman

USA : une plainte déposée contre l'Alabama après l'exécution de deux hommes privés d'aumônier musulman

Rédigé le 08/02/2021
Myriam Attaf

Le Conseil des relations-américano islamiques (CAIR) a annoncé, jeudi 4 février, le dépôt d'une plainte contre le Département des services correctionnels de l’Alabama au nom de l’imam Yusef Maisonet. Les autorités lui ont interdit d’accompagner les derniers instants de vie de deux prisonniers convertis à l’islam en prison et condamnés à la peine capitale.

« Dominique Ray et Nathaniel Woods sont deux des hommes que l'imam Maisonet a accompagné. Pendant leurs années de prison, Dominique et Nathaniel ont consacré leur temps à servir les autres tout en apprenant davantage sur l'islam, qu'ils ont tous deux embrassé. », indique le CAIR, évoquant en premier lieu le cas de Dominique Ray, condamné à la peine capitale pour le meurtre et le viol d’une adolescente de 15 ans à Selma en 1995, et exécuté en février 2019.

« Lorsque l'État d'Alabama a fixé la date d'exécution de Dominique, il a refusé que l'imam Maisonet l'accompagne dans la chambre d'exécution. Seul un aumônier chrétien pouvait y assister. L'imam Maisonet a été forcé de regarder, en silence, d'une autre pièce, l'exécution de Dominique sans imam pour réciter le Coran ou l'aider à répéter la chahada », l'attestation de foi, raconte l'organisation musulmane. Le même refus a aussi été appliqué à Nataniel Wood, reconnu coupable en 2004 des meurtres de trois policiers alors que des doutes subsistaient sur sa culpabilité.

Après l'exécution de Dominique Ray mais avant celle de Nataniel Wood, cette interdiction faite aux aumôniers musulmans d'accompagner les condamnés à mort dans leurs derniers moments a été étendue aux cadres religieux de toutes les confessions. « Pourquoi ? Parce que l'Alabama préfère punir tous les prisonniers plutôt que d'accorder des droits égaux aux détenus musulmans », estime l’organisation, qui souhaite voir cette mesure discriminatoire disparaitre. « C'est pourquoi le CAIR poursuit le Département des services correctionnels en Alabama. Nous voulons nous assurer que cela ne se reproduira plus jamais. Les convertis musulmans, et toutes les personnes de foi, devraient recevoir un traitement juste et équitable dans les prisons d'Alabama. »

Lire plus :
Etats-Unis : des détenus musulmans forcés à manger du porc, du halal avarié ou à mourir de faim
Le CAIR offre des bureaux au CCIF pour qu'elle installe son siège social aux Etats-Unis

1