En Belgique, Ihsane Haouach nommée commissaire du gouvernement chargée de l’Egalité femmes-hommes

En Belgique, Ihsane Haouach nommée commissaire du gouvernement chargée de l’Egalité femmes-hommes

Rédigé le 01/06/2021
Lina Farelli

C’est une nomination sans précédent en Belgique. Dans le plat pays où les polémiques stériles autour du voile peuvent malheureusement vite prendre, tout autant qu'en France, l'inclusion des femmes dans leur diversité est en marche jusqu'au niveau gouvernemental. Ihsane Haouach a, en effet, été désignée, lundi 31 mai, par Ecolo au poste de commissaire du gouvernement auprès de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes. Cette nomination, effective depuis le 25 mai, émane de Sarah Schlitz, secrétaire d'Etat à l'Egalite hommes-femmes.

« Ihsane Haouach est titulaire d'un master d'ingénieur de gestion. Sa formation et ses expériences professionnelles et associatives attestent de connaissances et d'expérience dans les matières de la gestion publique ainsi que l'égalité des genres », souligne l'arrête royal actant sa nomination.

« Cette fonction me permettra de continuer mon travail pour une société plus inclusive, en collaborant directement avec une institution au niveau fédéral. Je remercie la Secrétaire d'Etat Sarah Schlitz pour sa confiance et j'ai hâte d'entamer mon mandat ! », a réagi Ihsane Haouach, qui avait été nommée en 2020 administratrice au sein du Brugel, l’autorité bruxelloise de régulation pour les marchés de l’électricité, du gaz et de l’eau.

« Elle est la meilleure personne pour occuper ce poste »

La classe politique belge est apparue, sans surprise, divisée à l’annonce de cette désignation. « La désignation d'une femme portant un signe convictionnel comme commissaire du gouvernement de l'Institut de l'égalité hommes-femmes est totalement contraire au principe de neutralité de l'Etat », a dénoncé Georges-Louis Bouchez, président du Mouvement réformateur (MR, libéraux), qui estime que « pour des raisons électorales, Écolo bafoue un principe fondamental d'une démocratie libérale ». Son parti entend déposer une proposition de loi visant à interdire le port de signes religieux dans la fonction publique.

Le cabinet de Sarah Schlitz assume, pour sa part, son choix, indiquant qu'Ihsane Haouach a été choisie « pour ses compétences » et « qu’elle est la meilleure personne pour occuper ce poste », rapporte Sud Info. Ecolo rappelle aussi qu'elle est désignée à une fonction où le port du foulard est autorisé : « La commissaire de gouvernement n’est pas soumise aux règles spécifiques de la fonction publique car elle n’est pas fonctionnaire. »

Cette nomination intervient à l'heure où une décision de justice liée au port du voile à la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) suscite des remous. « Le commissaire du gouvernement de la STIB a été confronté à la question d'une décision de justice sur le voile. Comment assurer la neutralité de traitement du dossier ici ? », s’inquiète MR. Mais pour Ecolo, la crainte n’est pas fondée. « Rappelons qu’un commissaire de gouvernement ne vote pas au conseil d’administration et qu’il n’y a pas de volonté de Sarah Schlitz de pousser un agenda politique. Cette désignation avait été décidée avant la condamnation de la STIB pour discrimination », indique-t-on.

Pour rappel, la STIB a été condamnée en mai pour double discrimination envers une femme portant le voile. Le comité de gestion de la société de transports a récemment fait savoir qu'elle ne fera pas faire appel du jugement lui ordonnant d'autoriser le port du voile. C'est désormais au gouvernement bruxellois de trancher sur l'issue à donner à cette affaire d'ici la fin du mois de juin.

Mise à jour : Le Premier ministre, Alexander De Croo, a défendu, jeudi 3 juin, la nomination d'Ihsane Haouach devant les députés, indiquant que la jeune femme dispose d'« un CV en béton ». « Le point de vue du gouvernement est que cette personne dispose de l’expertise et de l’expérience pour exercer cette fonction comme elle le fait », a conclu le chef du gouvernement.

Lire aussi :
Belgique : une femme voilée fait condamner la STIB pour double discrimination, une première
Belgique : le voile autorisé dans l'enseignement supérieur en Wallonie dès la rentrée 2021
« Mosaïque », une exposition pour valoriser la diversité des musulmans de Belgique
Belgique : l'opposition à l'interdiction du voile dans les universités se manifeste pour l'inclusion