Obono imaginée en esclave : Valeurs actuelles condamné pour « injures à caractère raciste »

Obono imaginée en esclave : Valeurs actuelles condamné pour « injures à caractère raciste »

Rédigé le 29/09/2021
Lina Farelli

Un an après son récit scandaleux dépeignant Danièle Obono en esclave, l'hebdomadaire Valeurs actuelles a été condamné, mercredi 29 septembre, pour « injure publique envers un particulier à raison de son origine ».

Le directeur de publication du magazine d'extrême droite Erik Monjalous, le directeur de la rédaction Geoffroy Lejeune, et le rédacteur de l'article i[« Obono l'Africaine »], Laurent Jullien, i ont été condamnés à une amende de 1 500 euros chacun et à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la députée LFI de Paris.

Les prévenus avaient expliqué, lors de l'audience fin juin, avoir voulu pointer « le déni » du courant dit racialiste auquel Danièle Obono faisait selon eux partie « vis-à-vis de l'esclavage opéré par des Africains vis-à-vis d'autres Africains ». Sans succès. Le procureur avait estimé que « des injures racistes travesties sous l'apparence de la création » sont « tout aussi dangereuses que l'attaque frontale ».

L'élue a très vite réagi sur ses réseaux sociaux pour saluer la décision. « Justice est rendue. Les racistes sont condamnés. Merci à tous et toutes pour votre soutien », a-t-elle écrit. « Aux fachos, aux haineux, aux rageux : "Obono l'Africaine" insoumise vous emmerde. On y est, on y reste, on ne partira pas. Et à la fin, c'est nous qu'on va gagner. »

4