Vœux de Macron aux cultes : la fin de vie au cœur des préoccupations

Vœux de Macron aux cultes : la fin de vie au cœur des préoccupations

Rédigé le 10/01/2023
Lina Farelli

A l'heure où les membres de la Convention citoyenne sur la fin de vie ont entamé les consultations, les représentants des religions ont appelé, lundi 9 janvier, au respect « absolu » de la vie au chef de l'État, lors de la cérémonie des voeux aux cultes organisée à l'Élysée en présence de la Première ministre Élisabeth Borne et du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Officiellement, sur cette question hautement sensible, Emmanuel Macron attend le rendu des travaux de la Convention citoyenne pour trancher.

Pour leur part, les responsables religieux ont senti « qu'il voulait absolument avancer de manière respectueuse » et « dans la complexité, il cherche à trouver une voie moyenne », a indiqué à l'AFP le pasteur Christian Krieger. Le président leur a aussi assuré qu'il consulterait « personnellement toutes les autorités religieuses, une fois que la convention citoyenne aura fait son travail », « vers avril », selon le président de la Fédération protestante de France (FPF).

Avec lui, figuraient le président de la Conférence des évêques de France, Éric de Moulins-Beaufort, le grand rabbin de France, Haïm Korsia, le recteur de la Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz, et une participante au Forum de l'islam de France (Forif), qui est aumonière dans l'ouest de la France.*

Le président de la République a indiqué que 2023 serait, selon Chems-Eddine Hafiz, « l'année du Forif », désormais l'interlocuteur de l'Etat, signe d'une confiance de l'Elysée dans ce nouveau format de dialogue avec les acteurs musulmans. Des mots qui ont un écho tout particulier à l'heure où le Conseil français du culte musulman (CFCM) a exprimé son désir de redevenir un interlocuteur de premier plan des pouvoirs publics. Des fédérations l'ont fait savoir à l'issue d'une Assemblée générale organisée la veille des voeux d'Emmanuel Macron aux cultes.

*Phrase mise à jour

Lire aussi :
Islam de France : la dissolution du CFCM n’est plus sur la table
Droit vers 2023 : islam de France, qu'en retenir de cette année 2022 ?

Et aussi :
Fin de vie : responsables religieux et médecins manifestent leurs craintes à Sciences Po
Fin de vie : « L’aide active à mourir crée une brèche dangereuse et irréversible dans l’interdit de donner la mort »

3