Présidence de la FFF : Noël Le Graët poussé vers la sortie

Présidence de la FFF : Noël Le Graët poussé vers la sortie

Rédigé le 12/01/2023
Lionel Lemonier

Il a finalement lâché la barre. Momentanément. Le comité exécutif de la Fédération française de football (FFF), qui s’est réuni mercredi 11 janvier 2023, a acté « la mise en retrait » du président, présent à la tête de l'instance depuis 2011. Mais pour « le vilain monsieur » dénoncé par le basketteur Evan Fournier, les apparences sont sauves. « En accord avec le Comité exécutif de la FFF réuni ce jour à Paris, Noël Le Graët a choisi de se mettre en retrait de ses fonctions de président de la Fédération jusqu’à la communication définitive de l’audit diligenté par le ministère des Sports, et dans l’attente de son analyse par le Comex de la FFF », indique le communiqué de la première fédération sportive de France.

Ironie du sort, la réunion du Comex avait été convoquée par le patriarche de 81 ans, aussi appelé « le Menhir » en interne, pour « améliorer le mode de fonctionnement » de l’organisation, avant d’être détournée de son objet initial. Le sort du président en exercice est donc suspendu à l’audit du ministère des Sports et aux conclusions que le Comex en tirera.

La plupart des membres du Comex ont quitté le siège de la FFF sans faire de commentaire. Selon un participant, la discussion a été « très franche ». Noël Le Graët aurait « compris que le statu quo était impossible vu l’emballement médiatique, vu les attentes politiques notamment du ministère et vu l’état de l’opinion publique. Donc, il a proposé de se mettre en retrait jusqu’à ce que le rapport d’audit soit rendu public et étudié par le comité exécutif ».

Des conclusions de l'audit désormais très attendues

A ce stade, personne ne connait le contenu de ce futur document. Lundi 9 janvier, la ministre des Sport, Amélie Oudéa-Castéra, avait indiqué que l’audit porterait sur un large panel de sujets allant des accusations de harcèlement à la gouvernance de la fédération. Elle a assuré qu’il serait rendu public fin janvier. Le lendemain, le témoignage de l’agente Sonia Souid sur BFM TV, accusant le président de chantage sexuel, a fait réagir la ministre : « Bravo Sonia Souid pour votre courage et votre témoignage. Notre audit en sera digne. » Une promesse qui ne dit pas grand chose sur le fond.

Les 14 membres du Comex ont donc réussi à obtenir un temps de répit. Leur décision devenue inéluctable après trois jours de vacarme a mis Philippe Diallo, le vice-président de la fédération, sur le devant de la scène puisqu’il prend le poste de président par intérim. Une fonction qu'il cumulera avec la direction générale, le Comex ayant également décidé la mise à pied à titre conservatoire de la directrice générale de l'instance, Florence Hardouin.

Selon Le Parisien, aucun des faits collectés et recoupés par les enquêteurs n’est pénalement répréhensible. Libération rappelle, de son côté, que 12 des 14 membres du Comex ont été élus grâce à Noël Le Graët et qu’ils ne souhaitent pas remettre leur poste en cause avec une démission collective, un moyen efficace d’obliger le Menhir à sortir définitivement de scène avant la fin de son mandat prévue fin 2024.

Lire aussi :
Zidane méprisé par le président de la FFF : des excuses publiques après le tollé général