Vidéo – La Casa del Hikma : le réformisme, un nouveau courant pour pervertir l'islam ?

Vidéo – La Casa del Hikma : le réformisme, un nouveau courant pour pervertir l'islam ?


Le réformisme islamique est trop souvent caricaturé pour être présenté par ses détracteurs comme un courant de pensée moderne visant à dénaturer la religion musulmane dans ses fondements. Qu’en est-il vraiment ? C'est le thème du cinquième épisode de la saison 2 de la série « La Casa del Hikma ». Ciao les préjugés.

Le réformisme est un courant de pensée qui génère de multiples incompréhensions dans les rangs des musulmans. Les caricatures font légion, participant largement à jeter le discrédit sur des penseurs, non moins musulmans, qui travaillent à revisiter les lectures et les interprétations des Textes sacrés afin que l’islam puisse répondre aux défis de notre temps et mieux lutter contre l’obscurantisme religieux.

Or, en décalage avec la réalité, le réformisme islamique est perçu comme une démarche nouvelle visant à dénaturer et à corrompre la religion musulmane dans ses fondements, productrice d’innovations dites blâmables (ou bid’a) à l’instar du soufisme qui serait une secte s’inscrivant hors du champ islamique aux yeux de champions de la caricature (qu’ils déclarent tant détester pourtant).

Son association à l’expression « réforme de l’islam », sans plus d’explications de fond, n’est pas étrangère à la diffusion des préjugés. Parce que l’islam est une religion « parachevée », les détracteurs du réformisme voient toute démarche de « réforme » comme étrangère et hostile à l’islam. Ce courant est alors conçu comme un danger pour « l’islam des origines » contre lequel il faudrait se prémunir, d’autant qu’il répond à des injonctions venues de « l’Occident » et/ou de non-musulmans. Or, la seule injonction à laquelle les penseurs répondent vient de l'esprit du temps, affirment les défenseurs du réformisme.

Ce qu’il faut entendre par « réforme de l’islam », expression qu’il faudrait abandonner au profit de « réforme de la pensée islamique » selon le théologien Mohamed Bajrafil, c’est « réinterroger cette tradition, riche d’au moins 14 siècles à travers les outils que l’on a aujourd’hui » afin de « répondre aux défis contemporains qui n’existaient pas au 7e siècle », appuie Steven Duarte, spécialiste du réformisme religieux en islam contemporain.

A ses yeux, le potentiel de l’islam comme une religion pourvoyeuse de solutions dans le monde d’aujourd’hui « est immense, parce que les défis le sont tout autant », qu’elle a « son mot à dire au XXIe siècle » et, en ce sens, « le réformisme, n’a pas encore donné, véritablement, toute l’envergure de ce qu’il pourrait être et faire ».


Après deux épisodes consacrés à la psychologie c’est avec Steven Duarte, maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord (Villetaneuse), que « La Casa del Hikma » consacre une vidéo sur le réformisme.

Un nouvel épisode qui intervient après la production d’une série de dix vidéos pédagogiques sur les thèmes du soufisme, de la foi face au doute, de l’universalisme, du califat ou encore la culture que vous pouvez (re)voir ici à l’occasion du Ramadan.

Mention spéciale pour Islam School Welkoum, qui a inspiré la création du scénario. Les épisodes de cette série humoristique peuvent être regardés par ici.


Qu'en pensez-vous ? Réagissez sur nos réseaux sociaux avec le hashtag #LaCasaDelHikma.

Téléchargez notre application en un clic pour recevoir chaque semaine les épisodes de « La Casa del Hikma ».