Haine des musulmans : l’Union des mosquées de France dépose deux plaintes, son président s'explique

Haine des musulmans : l’Union des mosquées de France dépose deux plaintes, son président s'explique

Par Lionel Lemonier le 31/12/2022

L’Union des mosquées de France (UMF) dépose plainte contre Jean-Claude Dassier et Michel Houellebecq, auteurs de propos jugés injurieux et diffamatoires à l’encontre des musulmans de France. Son président Mohamed Moussaoui précise les raisons de cette initiative auprès de Saphirnews et explique, à l'aube de la nouvelle année 2023, les raisons de son inquiétude pour l’avenir.

Face aux « polémiques incessantes, insidieuses et sans limites autour de l’islam et des musulmans ou de l’immigration », l'Union des mosquées de France (UMF) choisit de riposter. La fédération musulmane a annoncé, vendredi 30 décembre, son intention de déposer plainte contre l'écrivain Michel Houellebecq et le chroniqueur de CNews, Jean-Claude Dassier, auteurs de propos haineux contre la composante musulmane du pays.

Son président Mohammed Moussaoui s’inquiète ouvertement d’une « recrudescence d’actes racistes et antimusulmans » qui pourraient accompagner le bavardage odieux des polémistes, à l'instar de celui de Jean-Claude Dassier dont les déclarations sur CNews sont « choquantes et diffamatoires ».

Parce que « l’idéologie qui a inspiré le terroriste de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a été malheureusement théorisée par des intellectuels de notre pays », l’UMF condamne aussi fermement les déclarations de Michel Houellebecq, parues dans la revue Front Populaire, et « qui constituent pour nous un véritable appel à la haine des musulmans ». A ce titre, la Grande Mosquée de Paris, qui a repéré les propos « inacceptables et d’une brutalité sidérante » de l'écrivain, a annoncé un dépôt de plainte plus tôt dans la semaine.

Une libération de la haine qui monte « en intensité et en violence »

« Le terroriste qui a commis les massacres dans les deux mosquées de Christchurch, le 15 mars 2019, avait posté un manifeste de 74 pages intitulé "Grand remplacement", précise le président de l’UMF à Saphirnews. Il y fait référence à la situation française et aux polémiques sur l’islam et l’immigration ainsi qu’à la théorie forgée par Maurice Barrès dans L'appel au soldat publié en 1900. Cette théorie antisémite a été développée en France après la seconde guerre mondiale par les néonazis et adaptée dans les années 2000 par l’écrivain français d’extrême droite Renaud Camus qui a remplacé le juif par le musulman ».

« La présence de la théorie du grand remplacement est incontestablement diffuse dans le débat français », dénonce Mohamed Moussaoui, pour qui « ceux qui tiennent ouvertement et sans limite des propos racistes et antimusulmans participent à la banalisation de ces propos ». Pointant du doigt Eric Zemmour, Alain Finkielkraut et Michel Houellebecq, il souligne que des responsables politiques n’hésitent plus à reprendre à leur compte les principes de la théorie complotiste et raciste d`extrême droite. Et puis, il y a « ceux qui distillent leur poison de façon insidieuse en jouant sur les mots et les esprits pour éviter les condamnations ». Le président de l’UMF s’inquiète de la libéralisation progressive de « la parole raciste » qui « donne lieu à de véritables déchainements tant médiatiques que politiques » et craint que « les actes racistes ou antimusulmans se libèrent à leur tour progressivement et montent en intensité et en violence ».

Mohamed Moussaoui note que les services de renseignement français estiment que « le risque d’attentat lié à l’extrême droite radicale en France est de plus en plus élevé ». Entre 1 500 et 2 000 individus nationalistes, "accélérationnistes" – c'est à dire ceux qui souhaitent provoquer une guerre civile – ou néonazis « sont considérés comme potentiellement violents et parmi eux, une frange serait susceptible de fomenter des attentats ».

Lire aussi : Pourquoi la menace du terrorisme d’extrême droite risque de s'accentuer après 2020

« Il ne faut pas oublier que le 28 octobre 2019, un individu a prémédité l’incendie de la mosquée de Bayonne et ouvert le feu, blessant deux fidèles âgés de 74 et 75 ans. Le décès de l’auteur de cet attentat avant son procès n’a pas permis de faire toute la lumière sur cette attaque », ajoute le président de l’UMF, qui s’est récemment rendu à Bayonne et a trouvé des fidèles encore sous le choc. « Je suis également inquiet face au silence d’une partie de la classe politique sur ce qui devrait être une véritable préoccupation collective et non seulement l’affaire des musulmans. Ce silence crée de la frustration, l’incompréhension et exacerbe le sentiment de "deux poids-deux mesures" chez les Français de confession musulmane ».

Lire aussi : Dans l'attaque de la mosquée de Bayonne, un non-lieu définitif prononcé

« Que toutes les institutions musulmanes habilitées à ester en justice puissent le faire »

« La liberté d’expression est fondamentale, rappelle l’UMF. Elle est un rempart contre des formes d’aliénation. Nous acceptons que l’islam soit critiqué y compris dans ses principes et fondements. Cependant, et avec la même fermeté, nous devons, quand la liberté de critiquer devient une claire incitation à la haine et à la discrimination, nous défendre par les moyens que confère notre État de droit. L’insulte, l’injure et l’incitation à la haine ne seront jamais des expressions respectables ou acceptables ».

Or, pour la fédération musulmane, « nous estimons que la frontière entre l’expression libre et la volonté délibérée de discrimination et d’incitation à la haine a été franchie allègrement sans se soucier des conséquences sur la cohésion et la paix dans notre pays. La xénophobie est en train de se banaliser dangereusement. La parole raciste s’est libérée et fait des victimes. Il est temps que chacun prenne ses responsabilités pour que ceux qui alimentent les haines et soufflent sur les braises soient jugés et condamnés »

S’appuyant sur les trois condamnations à l’encontre d’Eric Zemmour pour « provocation à la haine », qui « doivent nous conforter dans le bien fondé de notre démarche », l’UMF déclare à Saphirnews qu'elle va saisir la justice dès lundi 2 janvier contre Jean-Claude Dassier et Michel Houellebecq, et ce « d’une manière autonome ».

« Nous étudions également avec nos partenaires au sein du CFCM, la possibilité d’une action complémentaire portée par l’instance représentative du culte musulman via l’Observatoire du CFCM de lutte contre l’islamophobie. Il est souhaitable que toutes les institutions musulmanes habilitées à ester en justice puissent le faire », précise Mohamed Moussaoui, qui appelle les musulmans et musulmanes de France à dénoncer les déclarations choquantes et diffamatoires proférées sur les chaines de télévision en les signalant à l’Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) sur son site Internet.

« Nous devons tous agir par tous les moyens que l’État de droit met à notre disposition, faire confiance aux principes et valeurs qui animent l’immense majorité de nos concitoyens et ne jamais céder à la provocation. La haine et la xénophobie peuvent aussi progresser par notre indifférence et notre inaction », conclut Mohamed Moussaoui.

Lire aussi :
Pourquoi la Grande Mosquée de Paris dépose plainte contre Michel Houellebecq
Attaque raciste à Paris : les mosquées du Rhône réclament une intransigeance de l'État face à « l’extrémisme violent »
La CEDH valide la condamnation d’Eric Zemmour pour provocation à la haine envers les musulmans