Par Mustapha Cherif

Contre l'islamophobie, valeurs républicaines et valeurs spirituelles convergent

Il n’y a pas d’alternative au vivre-ensemble en paix et en justice. Le mois de Ramadan devrait être propice à l’éveil des consciences, à la réalisation spirituelle et au renforcement du vivre-ensemble. Le racisme, l’antisémitisme et l’islamophobie sont des fléaux qu’il faut dénoncer et combattre. Les discours islamophobes sont une grossière provocation. Ils attaquent l’islam du fait que l’éthique, la culture et la religion musulmanes résistent à la marche du temps, alors que d’autres succombent. Reste à faire la part des choses et à pratiquer l’autocritique. Pour ne pas prêter le flanc, il faut mettre fin aux aspects archaïques et dépassés d’une partie des constructions humaines en fiqh (jurisprudence) et des pratiques crispées. Se réformer et s’ouvrir est vital. Les dérives fondamentalistes et obscurantistes sont l’anti-islam. Comme l’exigent le Coran et le Sunna, la majorité des musulmans lit les textes et vit sa foi en fonction de…

M Mustapha Cherif
Par Gabriel Hagaï

Le don, témoignage de notre essence divine

La religion est un chemin de transformation personnelle. Lorsque quelqu’un est spirituel, il ne vit pas seulement pour lui-même mais surtout pour autrui. Ce service désintéressé à l’autre, enseigné dans nos Écritures saintes, c’est cela le don – selon son sens moral plutôt que matériel. L’exemple nous est donné par Dieu Lui-même dans son don de la Torah aux enfants d’Israël. Ce cadeau gratuit – fondation de notre vie de la naissance à la mort, et même au-delà – est appelé en hébreu mattana (don, cadeau) – qu’on retrouve dans le verbe natan (donner, offrir) – de la racine sémitique exclusivement hébraïque n-t-n. De même, Dieu accorde la vie à toutes Ses créatures, gratuitement, sans conditions aucunes, qu’elles soient méritantes ou non. Ainsi, il nous est demandé de fonder nos vertus morales sur celles de Dieu. Essentiellement sur Ses « 13 attributs de miséricorde » qu’Il a enseignés à Moïse (Exode 34:6-7) – telles que la…

G Gabriel Hagaï
Par Vincent Feroldi

Soyons tous des champions du don, avec joie et en abondance

Voilà peu, le pape François a publié un beau texte sur la joie et l’allégresse où il écrivait que Dieu n’attendait pas de nous que « nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance ». Il veut donc que notre vie soit vivante, dynamique, active et belle. Cela passe avant tout par se donner à Dieu et se donner aux autres, par faire du don l’un des essentiels de notre vie. Pour un croyant, il est de son devoir de donner de son temps à Dieu en le priant, chez lui ou à l’église, à la mosquée, au temple ou à la synagogue. Heureux est-il s’il rythme sa vie par la prière à l’image des moines dans les monastères qui récitent laudes, vêpres ou complies et du musulman qui se rend à la mosquée à l’appel du muezzin. Mais, nous dit le pape François, « la prière a de la valeur si elle alimente un don de soi quotidien par amour. Notre culte plait à Dieu quand nous y mettons la volonté de vivre avec générosité et quand nous…

V Vincent Feroldi
Par Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (PCDI)

Ramadan – Aïd al-Fitr 2018 : passer de la compétition à la collaboration entre chrétiens et musulmans

Chers frères et sœurs musulmans, Dans sa Providence, Dieu le Tout-Puissant vous a donné à nouveau l’occasion d’observer le jeûne du Ramadan et de célébrer l'Aïd al-Fitr. Le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux sait l’importance de ce mois et les efforts déployés par les musulmans à travers le monde pour jeûner, prier et partager les dons du Tout-Puissant avec les pauvres. Conscients des dons du Ramadan, nous, chrétiens, nous vous rejoignons dans votre action de grâce au Dieu Miséricordieux pour sa bienveillance, sa générosité, et nous vous présentons, en cette occasion, nos meilleurs vœux. En la circonstance, les pensées que nous aimerions partager avec vous, chers frères et sœurs musulmans, concernent un aspect essentiel des relations entre chrétiens et musulmans : la nécessité de passer de la compétition à la collaboration. Lire aussi : Ramadan-Pentecôte : musulmans et chrétiens, prions beaucoup les uns pour les autres En effet,…

C Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (PCDI)
Par Henry Fautrad

Ramadan-Pentecôte : musulmans et chrétiens, prions beaucoup les uns pour les autres

Parce que nous sommes croyants et quoique notre foi diffère en bien des points de doctrine, nous avons une conscience aigüe de notre rôle à jouer dans les sociétés contemporaines. Souvent, lorsque nous nous rencontrons sur le marché, dans nos maisons ou à l’occasion d’un repas solidaire, nous aimons à nous souhaiter la paix et aussi la bénédiction de Dieu. Cette forme de fraternité, de communion spirituelle, oserais-je dire, n’est pas sans conséquences à l’égard des autres communautés humaines dont beaucoup de membres sont en recherche. Notre prière et l’extension de nos échanges apportent beaucoup de fruits pour la société tout entière, car ils manifestent de la bonté et de l’amour qui sont comme un ciment social. Nous avons tous besoin de ce ciment de l’amour mutuel dans notre monde, c’est certain. La rencontre interreligieuse, sous forme de conférence, de débat ou de recherche, n’est pas un « entre-deux » ni une confusion des genres en…

H Henry Fautrad
Par Collectif de fédérations musulmanes de France

Ramadan, Palestine, islamophobie... Les fédérations musulmanes de France affichent leur unité

Au lendemain de l'annonce du Conseil français du culte musulman (CFCM) fixant jeudi 17 mai comme premier jour du mois du Ramadan, les représentants des principales fédérations musulmanes ont cosigné une déclaration la veille du mois du jeûne pour dénoncer la montée des actes islamophobes et saluer le rôle « capital » des responsables de mosquées et imams « aux comportements exemplaires pour transmettre le message d’humanité et de fraternité de l’islam ». Ils appellent également « l’ensemble des mosquées de France à multiplier ce vendredi 18 mai 2018 des prières pour les victimes palestiniennes et toutes les victimes de la haine et de la violence partout dans le monde ». Saphirnews vous livre leur déclaration dans son intégralité. En cette veille du premier jour du mois sacré du Ramadan 1439/2018, l’ensemble des fédérations musulmanes de France et les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM) se sont réunis ce jour à la Grande…

C Collectif de fédérations musulmanes de France
Par Samia Hathroubi

Gaza, l’Eurovision et nous

BERLIN. — C’est entourée d’amis, de connaissances et d’inconnus que j’ai regardé curieuse l’ascension et la victoire de la chanteuse et représentante israélienne lors de l’Eurovision, rendez-vous et compétition regardée par des millions d’Européens. J’avais déjà eu vent de Netta Barzilai, partie favorite selon les articles que j’avais lus sur les réseaux sociaux publiés par des journalistes israéliens. Cela n’a pas raté. Arrivée à la fin de la compétition, les commentateurs et le public ont succombé au charme de l’artiste, exploitant avec quelque succès la vague #Metoo qui s’est déversé ces derniers mois. Le public à mes côtés avait aussi l’air ravi et s’est très vite mis à clamer le nom de l’Etat hébreu. Plutôt de gauche, Allemands et venant d’autres pays d’Europe, la seule chose qui les préoccupait était de voir gagner l’artiste non conventionnelle et féministe. Entendre la chanteuse israélienne déclarer après sa…

  Samia Hathroubi
Par Ziad Medoukh

70 ans de la Nakba : l’injustice se poursuit pour les Palestiniens

C’est dans une conjoncture locale, régionale et internationale très particulière, mais avec beaucoup d’espérance et de détermination que le 70e anniversaire de la Nakba - la catastrophe - est commémoré par tous les Palestiniens, où qu’ils résident. 15 mai 1948 - 15 mai 2018 : 70 ans déjà ! 70 ans depuis le début du drame des Palestiniens ; 70 ans de souffrance, de malheurs et de massacres pour un peuple ; 70 ans depuis le début de cette injustice imposée à un peuple sur sa terre ; 70 ans de déportation d’un peuple pour le remplacer par un autre ; 70 ans d’exil forcé, d’expulsions, de confiscation des terres, de privation de droits élémentaires des Palestiniens. Mais 70 ans de résistance, de patience, de détermination, de courage, et de persévérance pour un peuple toujours debout. Un peuple toujours attaché à sa terre et à ses racines en dépit de toutes les mesures de cette occupation illégale et qui dure. Lire aussi : Israël réprime Gaza dans…

Z Ziad Medoukh
Par Gabriel Hagaï

Israël-Palestine : simplifications et exclusions meurtrières

Le Proche-Orient fait toujours parler de lui dans l’actualité. Pour le simple citoyen français, il existe toujours une certaine confusion quant à ce qui se passe véritablement là-bas, en Israël-Palestine. Qui est à l’origine de quoi ? Quel camp serait celui des méchants ? Des gentils ? Différents sons de cloche se font entendre selon les communautés qui les relaient, tous plus empreints d’émotion que d’objectivité. La situation proche-orientale est complexe – mais pas exactement de la manière dont elle est présentée ici par les médias occidentaux, acquis à telle ou telle cause, et répondant à des agendas qui leurs sont propres. Trop souvent, sous la plume des journalistes, le conflit israélo-palestinien devient l’objet de généralisations réductrices et approximatives, fruits d’un manichéisme dichotomique primaire, qui ne fait qu’ajouter de l’huile sur feu. Or, rien n’est là-bas ni tout noir ni tout blanc – mais tout est gris de plusieurs…

G Gabriel Hagaï
Par Nassurdine Haidari

Manifeste contre l'antisémitisme : l'impossible union sacrée

Ce texte se veut être une réponse aux différentes calomnies du manifeste contre l'antisémitisme publié le 22 avril. Ancien imam à Marseille et aujourd'hui conférencier à la Seyne-sur-Mer, je puis vous dire que ce manifeste a heurté les musulmans de France. Ancien élu socialiste à Marseille, je suis actuellement le délégué du CRAN PACA et je voulais, au nom de tous mes élèves et de tous les fidèles qui me l'ont demandé, vous donner à travers ce texte le ressenti d'une communauté bafouée.

N Nassurdine Haidari
Par Ahmed Abdouni

Justice, liberté, dignité : de la nécessité de dépasser le local en islam

Le Coran et la Sunna sont-ils anhistoriques ? Autrement dit, le contexte dans lequel ils se sont produits détermine-t-il leur contenu et leur sens ou n’est qu’un prétexte, une occurrence pour édicter des préceptes universels, éternels et immuables ? Telle est la question que tout musulman devrait se poser face à certains énoncés de ces textes scripturaires, qui – il faut le dire en toute honnêteté – jettent le trouble dans tout esprit épris de justice, de rationalité et d’humanisme. Pour éviter tout malentendu, précisons ce que nous en entendons. • La justice suppose l’égalité entre tous les humains, quels que soient leur sexe, la couleur de leur peau, leurs origines, leurs ethnies, bref un être humain, quel qu’il soit, est l’égal de tous les autres êtres humains. • La rationalité, c’est la préséance de la raison pour expliquer, justifier et comprendre tout fait, geste ou parole provenant de l’humain en tant qu’être intelligent ou…

A Ahmed Abdouni
Par Fernando Arlettaz

La liberté de religion en droit international : une protection limitée et variable

Le droit international des droits de l’homme protège la liberté de religion. Or, les instruments internationaux affichent des conceptions différentes de cette liberté, selon les compromis politiques et philosophiques sous-jacents à leur adoption. En outre, les différents degrés d’institutionnalisation des procédures de contrôle mènent à une grande hétérogénéité au niveau de leur efficacité réelle.

F Fernando Arlettaz
Par Samia Hathroubi

« Antisémitisme musulman » : quand la mise en concurrence des communautés et des racismes devient mortifère

PARIS. – La lutte contre l’antisémitisme est une affaire sérieuse. Un combat de chacune et de chacun. Elle n’est absolument pas que l’affaire des juifs. J’en suis depuis longtemps convaincue, depuis que je fus enseignante d'histoire dans le 9-3 puis lors de mes engagements dans le dialogue judéo-musulman en France, en Grande-Bretagne ou encore en Suède. L’actualité récente, aux lendemains de l’assassinat de Mireille Knoll, doit nous obliger à une prise de conscience urgente de la menace qui pèse sur cette communauté en France en 2018. En cela, je partage sincèrement l’inquiétude exprimée par le manifeste de Philippe Val et des 300 signataires. L’antisémitisme est une affaire si sérieuse que refuser de prendre à bras-le-corps le discours et la rhétorique mortifère de jihadistes tels que Mohammed Merah et Amedy Coulibaly serait non seulement un déni de réalité mais surtout une erreur. En tant que Française de confession musulmane, j'en suis…

  Samia Hathroubi
Par Asif Arif et Mehdi Thomas Allal

Nous, juristes, nous opposons au projet de loi sur l’asile et l’immigration

Monsieur le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, Nous avons entendu et écouté tous les débats relatifs au projet de loi relatif à l’asile et à l’immigration qui est actuellement en discussion devant l’Assemblée nationale. Nous comprenons que, face à une situation géopolitique mondiale en pleine mutation, notre législation doit faire face à des réformes et doit évoluer. Or, faire face aux enjeux de migrations mondiales impose qu’on le fasse sans amalgamer les problématiques, et, surtout, avec une vision tant juridique que stratégique. D’abord, l’évolution de nos législations impose que l’on se pose la question de savoir si nous avons toujours les moyens d’intervenir dans des conflits internationaux qui, manifestement, poussent les populations concernées à devenir des « déplacés ». Ces déplacements se matérialisent en un appel d’air à l’immigration en France, souvent composée de personnes qui n’ont pas réussi à s’en sortir dans…

A Asif Arif et Mehdi Thomas Allal
Par Asif Arif

Sorties scolaires, laïcité et islam : Macron sort de son silence et rappelle la loi de 1905

Les propos du président de la République tenus dimanche 15 avril lors de son interview télévisée étaient encourageants sur les questions d'islam et de laïcité, bien que nous puissions trouver des éléments de réflexion à creuser. D’abord, concernant les parents accompagnateurs, le président est revenu sur la position de son ministre de l'Edication nationale Jean-Michel Blanquer, tout en le défendant, et estime qu’il faut se conformer à la « jurisprudence ». Pour être précis, deux éléments corroborent juridiquement la position du président de la République : une étude claire et précise du Conseil d’Etat (qui ne s’est pas prononcé par voie de décision sur la question) et un arrêt du tribunal administratif de Nice qui a tranché la question via la motivation d’une décision de refus. Ces deux éléments étaient également appuyés par la position de l’ancienne ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem qui avait estimé, lors…

A Asif Arif
Par Ahmed Abdouni

Musulman-e-s à la croisée des chemins : que faire ?

Des terroristes qui tuent des innocents au nom du « vrai islam » ou de l’« islam authentique ». Des autorités religieuses et même politiques qui se prévalent tout autant du « vrai islam », de l’« universel », s’affichant comme étant des précurseurs en matière des droits de l’homme, tout en n’hésitant pas, cependant, à canoniser l’injustice en maints domaines : héritage, condition féminine, prêt (rémunéré) à intérêt, matière pénale, etc. Il y a vraiment de quoi désorienter un-e musulman-e simple qui ne saurait se départir de l’usage de sa raison dans sa vie banale et quotidienne. Il/elle adhère avec force conviction à son héritage culturel et religieux qui entre dans la définition de son identité et la constitution de sa personnalité individuelle et collective. Il/elle ne nie pas pour autant son acquis, obtenu grâce à l’instruction, à la réflexion fondée sur la raison critique, à la fréquentation d’autres cultures, à son…

A Ahmed Abdouni
Par Asif Arif et Mehdi Thomas Allal

Laïcité : Emmanuel Macron aux Bernardins, halte à l'hystérie politique

Le discours d’Emmanuel Macron au Collège des Bernardins (dès 1h13 sur la vidéo) semble faire parler de lui. D’aucuns parmi ses détracteurs n’hésitent à brandir les grands sentiments pour fustiger ses déclarations : violation du principe de laïcité, accointances avec l’Eglise, retour vers un Etat où l’Eglise et l’Etat seraient des amis et non plus des ennemis. Toutes ces positions, dictées davantage par les passions respectives que par une approche rationnelle du principe de laïcité, méritent d’être clarifiées.

A Asif Arif et Mehdi Thomas Allal
Par Marc Knobel

Néonazis, Daesh et cyberterrorisme : vers une « démocratisation » de la haine ?

Pour l’historien Marc Knobel, directeur des études au CRIF, Internet n’a certes pas inventé la propagande, mais il a permis de rendre accessibles massivement les discours de haine en ligne, qu’ils proviennent des extrémistes néonazis ou de Daesh. Une cyberhaine qui a longtemps proliféré, sans rencontrer de contre-feux. Dans les années 1990, les militants extrémistes ne pouvaient compter que sur eux-mêmes. Ils devaient se déplacer, aller à la rencontre de sympathisants en quelques lieux, souvent surveillés par la police. Ils adressaient du courrier, publiaient de petites revues et des tracts grossiers. Le tirage était réduit, les publications illicites étaient vendues chez quelques dépositaires ou dans des librairies peu achalandées, et peu nombreuses au demeurant. Et quelquefois, pour les distribuer ou les vendre, des militants parcouraient le monde entier.

M Marc Knobel
Par Michaël Privot et Sébastien Boussois

Le parti Islam ou l’histoire du thermomètre à briser

A six mois des élections communales belges en octobre 2018, le parti Islam fait parler de lui six ans après sa création. Très loin de fédérer les musulmans de Belgique, il cristallise même de nombreuses critiques après les récentes déclarations de son fondateur, au point d'engager un débat sur l'interdiction du parti. Alors faut-il interdire ce petit mouvement qui a annoncé se présenter à Bruxelles et dans une vingtaine de communes de Wallonie ? Et surtout, est-ce une alternative à considérer sérieusement pour les électeurs ? « Laissons retourner les responsables du parti Islam à leur anonymat, c’est le meilleur service que l’on puisse rendre à la démocratie. Mais ne négligeons pas d’ores et déjà le temps de l’analyse », répondent ici Michaël Privot et Sébastien Boussois. Si le parti Islam est bon à quelque chose depuis six ans, c’est bien à générer du buzz. Soit autour de leur existence, soit autour de leurs idées rétrogrades. A chaque…

M Michaël Privot et Sébastien Boussois
Par Fouad Benyekhlef et Oumayma Hammadi

Oublier Allah pour le musulman dans une société laïque

Et si l'on oubliait Allah pour se centrer sur une réalité de référence qui est l'individu ? Cela afin de s’inscrire dans une optique profane qui fait abstraction de la religion en tant que système de pensée dogmatique lorsque l'on pense « le musulman » dans notre société. Certainement, il est important de sortir d’une forme de théocentrisme qui condamne tout musulman à une relation permanente à Allah, jusqu’à ce que ce dernier finisse par éclipser l’individu. Voilà pourquoi il est primordial de bien replacer le curseur, surtout s’il s’agit de luttes pour l’auto-émancipation et les libertés individuelles. Ne plus penser être cantonné aux espaces de libertés déterminés par ce que l’on nomme « l’islam » mais plutôt laisser libre cours à l’individu, sa curiosité, ses choix et sa raison. Favoriser donc le développement de résistances critiques mais surtout entreprendre un travail de désacralisation du patrimoine historique et scripturaire…

F Fouad Benyekhlef et Oumayma Hammadi
Par Abdennour Bidar, Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay

Quelles pratiques islamiques pour notre temps ? De la nécessité de repenser sa vie spirituelle avec l’islam

Comment parler de i[« réforme de l’islam »]i sans oser renouveler les pratiques religieuses ? La vie spirituelle parle du quotidien, de ce que chacun et chacune peut comprendre et faire pour approfondir sa quête personnelle de sens. Pour s’épanouir, elle a besoin aujourd’hui d’un ensemble de pratiques adaptées à notre temps. C’est justement ce travail que nous souhaitons initier lors d’une journée d’étude et de dialogue qui se déroulera samedi 21 avril à Paris* sur le thème suivant : i[« Repenser sa vie spirituelle avec l’islam. Quelles pratiques islamiques pour notre temps ? »]i.

A Abdennour Bidar, Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay
Par Carole Latifa Ameer

Le soufisme : quand la spiritualité libère la femme

L’image de la femme dans l’islam est souvent dégradée par des pratiques séculaires, toujours d’actualité dans certains pays, assombrissant un riche patrimoine culturel et spirituel où le féminin est magnifié puisque partie intégrante du divin.

C Carole Latifa Ameer
Par William Lacy Swing

Diversité de la migration : hommage aux femmes et aux filles migrantes

Les femmes et les filles représentent une part importante des migrants dans le monde ; toutes nourrissent des espoirs, débordent d’idées et reflètent diverses expériences de la migration. L’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, est aux côtés de chacune d’elles en cette Journée internationale de la femme 2018 et adhère au thème officiel choisi par les Nations Unies : i[« L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes. »]i Nous faisons front commun avec elles et soutenons toutes les femmes et filles migrantes.

W William Lacy Swing