Par Samia Hathroubi

Le sel de la vie : ode aux infiniment petits moments heureux de l’existence

Assise devant une énième tasse de café, dans un aéroport européen, j’écoute sur une des radios publiques françaises l’hommage rendu à Françoise Héritier (15 nov. 1933 - 15 nov. 2017), qui fut titulaire de la chaire d’anthropologie du Collège de France succédant ainsi à Claude Lévi-Strauss. Je connaissais quelques-uns de ces travaux sur le féminin et le masculin. Un peu comme tout le monde. Cette semaine-là, je passe quelques heures en plus à l’écouter parler de ses théories, de ses voyages en Afrique, des explications sur les origines des inégalités entre le masculin et le féminin et aussi à parler du Sel de la vie (éd. Odile Jacob, 2012, prix Simone-Veil 2012), livre sur la « légèreté et la grâce dans le simple fait d’exister ».

  Samia Hathroubi
Par Irénée Régnauld et Yaël Benayoun

Révolutions arabes : regards distanciés sur le rôle ambigu du numérique

Le Mouton Numérique est une jeune association qui interroge notre rapport aux technologies en organisant des évènements publics autour de sujets de société touchés par la « transition numérique ». Après tout un cycle de débats portant sur des thématiques variées (liberté, éducation, transport ou encore imaginaire et écologie), l’association a décidé de décentrer son regard en clôturant cette saison avec un sujet qui a souvent été malmené : le rôle ambigu des réseaux sociaux – et plus globalement des technologies numériques – lors des Printemps arabes. La rencontre « Les révolutions arabes, une révolution 2.0 ? » aura lieu ce samedi 16 décembre, à l’Institut du monde arabe, en présence du cyberactiviste tunisien Sami Ben Gharbia et du chercheur Yves Gonzalez-Quijano.

I Irénée Régnauld et Yaël Benayoun
Par Nawfal Jorio

Arabie Saoudite : pourquoi le prince héritier veut réviser les hadiths

L’Arabie saoudite a annoncé en octobre, et de manière plutôt discrète, la création d’un Centre des hadiths du Prophète. Avec cet événement peu anodin et aussi peu médiatisé, le royaume wahhabite semble vouloir opérer un véritable saut quantique dans les mentalités, sous l’impulsion du jeune prince héritier Mohamed Ben Salmane. En effet, la mission de ce centre serait, ni plus ni moins, d’« expurger les compilations des faux hadiths, de ceux qui sont en contradiction avec le Coran ou de ceux qui sont utilisés pour justifier et alimenter le terrorisme ». Lire aussi : Islam : les bigots et la femme

N Nawfal Jorio
Par Association internationale soufie alâwiyya (AISA)

L’ONU adopte la Journée internationale du vivre ensemble en paix

A l’unanimité des 193 pays, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, vendredi 8 décembre, la résolution instituant la Journée internationale du vivre ensemble en paix (JIVEP). Initiatrice de cette journée mondiale soutenue, entre autres, par l'Algérie, l'Association internationale soufie alâwiyya (AISA), par la voix de son président d’honneur Cheikh Khaled Bentounès, et de son président Hamid Demmou, s’est félicité d’une décision « historique » de l’ONU. Depuis son lancement en novembre 2014, à l’issue du premier congrès international féminin a organisé à Oran (Algérie), AISA a porté le projet de Journée internationale du vivre ensemble en paix (JIVEP) et a déployé toute son énergie pour le faire aboutir en s’appuyant sur de nombreux partenaires qui ont grandement participé à ce succès et que nous remercions chaleureusement, tout particulièrement l’Algérie, la communauté européenne, l’UNESCO ainsi que de nombreuses ONG. …

A Association internationale soufie alâwiyya (AISA)
Par Ismahen Khan

Harcèlement psychologique des femmes musulmanes : brisons l'omerta !

Nous entendons souvent parler du harcèlement sexuel comme étant le summum de ce que pourraient subir les femmes. Dire cela, c'est oublier les autres. Les minimiser alors que beaucoup de femmes en sont victimes. Il y a des femmes qui souffrent en silence. Non pas d'être battues. Non pas d'être harcelées sexuellement. Mais d'être harcelées psychologiquement. Et ça aussi, ça tue. Plus insidieusement. Être rabaissées par des mots parfois plus violents que des gestes, c'est le quotidien de ces femmes qui sont souvent définies comme des moins que rien car elles ne sont pas mariées ou, tout simplement, parce qu'elles souhaitent devenir autre chose que ce qu'on souhaite pour elles. Dans encore nombre de familles, musulmanes en particulier, cette manière de contrôler leur vie commence dès le plus jeune âge et continue tout au long de leur vie de femme. Une vie où les tâches domestiques et la tenue d'un foyer sont la pierre angulaire d'une éducation destinée uniquement…

I Ismahen Khan
Par Samia Hathroubi

Tariq, #MeToo et nous

Je déteste l’emballement médiatique, celui qui nous fait passer d’une polémique à une autre. Celui qui nous oblige à répondre en un temps record au tutoiement de Jupiter adressé au Président burkinabé, celui qui nous oblige à nous intéresser aux énièmes propos vains d’un ancien Premier Ministre qui tente désespérement d’exister médiatiquement. Ce spectacle m’a étouffée, frustrée et a réduit à néant ma confiance envers les médias, sauf exceptions de quelques résistants. Quand on est militant.e antiraciste, musulman.e, engagé.e, et juste un.e français.e désireux.se de voir se concrétiser la devise républicaine autrement que sur le papier ou tout simplement présente dans les sphères de débats que nous offrent les réseaux sociaux, l’emballement est toujours plus grand. Parce que, vous le vouliez ou non, vous êtes trainé.e.s sur la place publique de façon si récurrente que vous avez oublié que ce que pouvaient être la France et les médias…

  Samia Hathroubi
Par Bariza Khiari

Islam : les trois espérances majeures du soufisme

Le texte qui suit est un extrait du discours prononcé par l’ex-sénatrice Bariza Khiari lors de l’ouverture de la 1re édition du Festival soufi de Paris, le 24 novembre, en partenariat avec Saphirnews. Sous le thème « La cité au cœur », le Festival soufi propose des concerts, des conférences et des projections-débats jusqu’au 17 décembre. C’est un vrai bonheur d’être avec vous ce soir. D’être aux côtés d’Abd el Hafid Benchouk et Amel Boutouchent, les deux initiateurs de ce premier festival soufi de Paris. Je tiens en premier lieu à saluer la belle initiative de la confrérie naqshbandi d’avoir créé « la première maison soufie » de France. C’est à beaucoup d’égards très important car c’est un lieu ouvert à tous. Geste d’ouverture, s’il en est, pour permettre aux voisins, aux habitants de découvrir les cultures d’Islam notamment celles qui sont liées au soufisme. C’est devenue aussi la maison commune de tous les cheminants sur la…

B Bariza Khiari
Par Nawfal Jorio

Le soufisme, un danger pour les idéologues du terrorisme

Le soufisme (tassawuf en arabe) est le cœur de l’islam, sa dimension mystique et spirituelle. S’incarnant peu dans les mots, c’est davantage un état d’esprit qui prend notamment forme dans la musique, la poésie et l’humour. A ce titre, les enseignements soufis sont aux antipodes des dogmatismes extrêmes nés de l’histoire des hommes et des religions. Le soufisme est un chant d’amour plutôt que des injonctions formulées en permissions de faire (halal) ou de ne pas faire (haram). Les idéologies dogmatiques manipulent, menacent et culpabilisent. Parfois, elles détruisent, tandis que l’esprit du soufisme met l’accent, quant à lui, sur l’intériorité de l’humain, en enseignant la miséricorde, l’introspection, la contemplation, le développement personnel et l’humilité. Le soufisme est la recherche de la perfection dans l’union. Il s’agit d’un idéal à atteindre qui transparaît dans les actes. Ce n’est ni une secte, ni un groupe spécifique.…

N Nawfal Jorio
Par Jean-François Legrain

Palestine : la religion, objet de consensus

A l’heure où le Hamas vient de renoncer à la gestion unilatérale de la bande de Gaza, il est temps de revenir sur les informations alarmistes qui ont circulé tant sur de prétendues persécutions dont auraient été victimes les chrétiens que sur l’adoption de la charia. On s’apercevra qu’en Palestine en général les relations interconfessionnelles sont traditionnellement pacifiques quand aucune majorité ne souhaite une remise en question du statut institutionnel de la religion. La liberté religieuse n’est donc pas une question d’actualité quand celle de la liberté tout court, tant face à l’occupant qu’aux Autorités palestiniennes, en constitue véritablement une.

J Jean-François Legrain
Par Olivier Roy

Le jihadisme et la rupture du lien entre religion et culture

Durant ces vingt dernières années, on constate que la grande majorité des terroristes se réclamant de l’islam est composée de deux groupes : les secondes générations, à savoir les jeunes nés de parents immigrés en Europe, et les convertis. Selon Olivier Roy, politologue et auteur notamment Le Djihad et la mort (Le Seuil, 2016), le point commun entre secondes générations et convertis est la rupture avec la culture des parents. Les formes contemporaines de violence auxquelles nous assistons aujourd’hui, c’est-à-dire le jihadisme global et le terrorisme, sont nouvelles dans leur conceptualisation, dans leur idéologisation et dans leur esthétisation, mais pas dans les termes qui les qualifient : jihad est en effet un terme aussi vieux que l’Islam. Toutefois, abstraction faite des écrits d’idéologues tels que Sayyid Qutb et Muhammad ‘Abd al-Salam Faraj [1], c’est ‘Abdallah ‘Azzam (1941-1989) qui, le premier, a vraiment tenté de mettre en place un jihad…

O Olivier Roy
Par Ousmane Timera

Il faut une véritable stratégie de lutte contre l’esclavage dans le monde musulman

La vision d’hommes d’Afrique subsaharienne vendus comme esclaves en Libye suscite, avec raison, une vive émotion et une douleur sans nom. Car c’est l’humanité entière qui se fait ici violer. La mobilisation contre cette barbarie doit en conséquence être profonde et totale. C’est la raison d’être de cet appel contre l’esclavage, le racisme, les discriminations et l’exploitation dans le monde musulman. Cette question dépasse le cas extrême de ce qui se passe en Libye. C’est un problème global qui exige une réponse globale. En effet, de nombreux pays majoritairement musulmans, notamment du Maghreb, du Moyen-Orient et du Sahel sont concernés par les phénomènes d’esclavage, de racisme, de discrimination et d’exploitation envers les noirs, les étrangers, les enfants et les femmes. Lire aussi : L’esclavage, un fléau mondial qui ne se concentre pas qu'en Libye

O Ousmane Timera
Par Samia Hathroubi

Victime ou bourreau, personne n’est prémuni contre l’oppression

Depuis quelques années, ma mère, pourtant peu friande de télévision dans mes souvenirs d’enfance et d'adolescence, s’adonne à un nouveau plaisir : regarder des talk-show et autres émissions venus de Tunisie. Ainsi nous retrouvons-nous souvent toutes les deux devant cette petite lucarne. Depuis la révolution tunisienne, le ton utilisé sur les chaines a beaucoup changé, pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur, c’est d’avoir vu l’entrée fulgurante des petites gens dont les histoires sont enfin sous la lumière des projecteurs. Le pire, c’est l’absence de limites. Je garde ce souvenir amer d’un présentateur vedette qui, face à une femme battue par son mari, l’enjoignait de mettre de l’eau dans son vin et de lui pardonner. Quelques semaines après l’émission, cette pauvre femme se retrouvait à l’hôpital, de nouveau battue par son mari, provoquant un tollé chez les spectateurs et journalistes de la presse indignés. Lors de mon dernier passage…

  Samia Hathroubi
Par Mohamed Sghir-Janjar

Liberté religieuse au Maroc, un processus inachevé

Face au défi politique du « Printemps arabe », la monarchie marocaine a répondu par une révision constitutionnelle qui, tout en réaffirmant l’attachement du pays aux libertés fondamentales, est restée muette sur la question de la liberté de conscience. Contrairement à la Tunisie où le long et intense débat public avait permis d’inscrire « la liberté de croyance, de conscience et de l’exercice des cultes » dans l’article 6 de la Constitution, les auteurs de la nouvelle Constitution marocaine se sont limités à la garantie par l’Etat du « libre exercice des cultes » (article 3). La virulente opposition d’une large coalition conservatrice opposée à toute reconnaissance légale de la liberté de conscience, la faible structuration du courant moderniste et la volonté du pouvoir politique d’écourter le temps du débat public en soumettant rapidement la nouvelle réforme au référendum, y ont été pour quelque chose. Six années après, quelle est la…

M Mohamed Sghir-Janjar
Par Mohamed Bajrafil

Ni ange ni démon : juste un être humain

Mohamed Bajrafil, théologien et imam à la mosquée d'Ivry-sur-Seine, avait produit un texte le 25 septembre à la suite d'accusations de pratiques de harcèlements sexuels contre des leaders religieux musulmans outre-Atlantique et outre-Manche. Compte tenu de l'actualité française s'agissant de l'affaire Tariq Ramadan, l'auteur a souhaité faire paraître cette tribune sur Saphirnews, afin d'aller au-delà de l'émotion et de la vindicte populaire. Depuis la nuit des temps, l'homme qui prêche la parole de Dieu, quelle que soit la religion dans laquelle il le fait, reçoit de la part des gens une considération qui lui octroie un certain pouvoir. Cette considération est d'autant plus forte qu'elle confond souvent la parole prêchée avec le prêcheur. La sainteté de celle-ci est transposée sur sa personnalité et il finit par être adulé, parfois même adoré, par les gens de son obédience. C'est un fait anthropologique dont les temps ne semblent pas avoir raison. On continue…

M Mohamed Bajrafil
Par Fatima Adamou

Viols et harcèlements : des Weinstein dans les communautés musulmanes ?

Le pouvoir immense de Harvey Weinstein dans l’industrie du cinéma a réduit ses victimes de harcèlement et de violences sexuels au silence durant de longues années. Est-ce qu’un tel pouvoir peut avoir cours dans des communautés musulmanes ? Bien sûr. Avant que l’affaire Weinstein n’éclate, les communautés musulmanes outre-Atlantique ont été secouées par divers scandales de harcèlement sexuels et de violences sexuelles. Un dirigeant d’un institut d’enseignements religieux réputé a été condamné pour abus sexuels sur des jeunes hommes et femmes musulman-e-s. Plus récemment, des accusations de pratiques de harcèlement sexuel ont visé un prêcheur de renom, dans les communautés anglophones. En France, c'est l'un des plus grands islamologues européens, professeur d’études islamiques contemporaines à l’Université d’Oxford et directeur du Centre de recherche sur la législation islamique et l'éthique (CILE) qui est accusé de viols. Au-delà de ces…

F Fatima Adamou
Par Hanan Ben Rhouma et Huê Trinh Nguyen

Affaire Tariq Ramadan : en appeler à la justice en portant haut le combat contre les violences sexuelles

C’est l’affaire du moment qui agite les musulmans de France : Tariq Ramadan serait-il le Harvey Weinstein des milieux musulmans ? Deux plaintes ont été déposées contre l’intellectuel suisse pour viols. D’autres pourraient suivre, non sans conséquences sur l’image déjà controversée que génère Tariq Ramadan en France. Les accusations portées contre l’islamologue – et que la justice devra désormais examiner – ont provoqué une pluie de réactions sur les réseaux sociaux, aussi diverses que l’est le degré d’appréciation ou de détestation porté envers l’intellectuel en France, qui a dénoncé pour sa part une campagne calomnieuse à son égard. Aussi graves que soient les accusations, tout justiciable est encore présumé innocent tant qu’il n’a pas été condamné. Pourquoi cela ne vaudrait-il pas pour Tariq Ramadan ? Défendre cette position revient non pas à défendre dans l’absolu l’intellectuel contre les plaignantes, mais à rappeler…

H Hanan Ben Rhouma et Huê Trinh Nguyen
Par Lallab

Pourquoi Lallab s’oppose à la pénalisation du harcèlement de rue

Depuis plusieurs semaines, la pénalisation du harcèlement de rue, défendue par Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, fait débat. L’objectif de ce projet est de donner un nouveau cadre légal au harcèlement de rue et de verbaliser directement les auteurs de ces comportements, notamment en mobilisant 10 000 agent-e-s de police de proximité, déployé-e-s sur tout le territoire. Beaucoup de collectifs, de militant·e·s féministes et de chercheur-se-s ont émis de sérieuses critiques et se sont opposé-e-s fermement à cette proposition. Même si nous saluons l’intérêt porté à ce problème de masse dont sont victimes beaucoup trop de femmes, nous rejoignons les critiques faites à ce projet, et Lallab s'y oppose fermement pour huit raisons.

L Lallab
Par Asif Arif

Extrême droite : l’état d’urgence ne concerne pas seulement les terroristes qui s’affilient à l’islam !

Un projet d’attentats déjoué par les forces de l’ordre fait la Une de la presse française : il s’agirait d’un groupe d’extrême droite qui aurait visiblement planifié et organisé plusieurs attaques contre des lieux de culte musulmans ou encore contre des personnalités politiques et des migrants. On connait cette filière comme étant proche de militants d’Aube dorée, dont on connait le traitement à l’égard des réfugiés en Grèce. Cette tentative d’attentats déjouée, comme les autres attentats perpétrés par les hommes de Daesh, sont graves et appellent nécessairement à une certaine forme d’enquête journalistique. Lorsque les terroristes affiliés à Daesh sont arrêtés, les médias mainstream n’hésitent pas à faire des « éditions spéciales » et à aller chercher les moindres détails sur la vie de ces derniers. Or, un tel effort journalistique n’a pas été vérifié pour ces terroristes qui sont tout aussi dangereux car ils portent…

A Asif Arif
Par Sofiane Meziani

Tradition et modernité : réponse à Omero Marongiu-Perria

Si nous prenons soin de répondre aux critiques que nous a personnellement adressé le sociologue Omero Marongiu-Perria dans sa dernière tribune parue sur Saphirnews, c’est surtout parce qu’elles ont le mérite de nous pousser à mieux préciser notre point de vue qui aurait, selon lui, franchi la barre. Reste à savoir qui fixe la barre ? Que les choses soient claires toutefois : notre réponse aspire uniquement à nourrir la réflexion et le débat d’idées, et n’a aucun intérêt à alimenter la culture puérile du clash et du buzz tant célébrée dans cette société du spectacle. Par le « nous », précisons aussi qu’il n’engage que ma personne et aucunement les autres personnalités citées dans son texte. Nous regrettons, ceci dit, qu’Omero Marongiu-Perria, qui a accoutumé son public à une certaine rigueur intellectuelle, ait emprunté quelques raccourcis en faisant la légitime critique de notre point de vue au sujet du réformisme. En effet, le sociologue…

S Sofiane Meziani
Par Omero Marongiu-Perria

Il faut euthanasier la tradition musulmane hégémonique

À en croire les diatribes récurrentes de leaders religieux musulmans français à propos du « réformisme », celui-ci serait synonyme de fourvoiement, d'asservissement à l’Occident dominateur, ou encore d'une tentative d’individus égarés pour obtenir de quelconques avantages auprès d'institutions et de représentants politiques. Pour ma part, j’y vois plutôt une façon de dédouaner l’islam – dans ses aspects historique, civilisationnel et juridique – de toute interrogation et de toute critique. Après les attentats de janvier 2015, j’avais cosigné plusieurs tribunes appelant à une « réforme islamique » et appelant à un débat sur la façon dont l’héritage musulman médiéval doit être analysé, trié, pour être dépassé par une véritable refonte paradigmatique. C’est une position assumée et elle ne date pas de la période post-attentats. Bien au contraire, cela fait maintenant plus de deux siècles que les pays d’islam se débattent de…

O Omero Marongiu-Perria
Par Martino Diez

De la diversité des chrétiens d'Orient : le Who’s who des Églises orientales

Maronites, coptes, melkites, chaldéens… Il n’est pas facile de s’y retrouver entre les différentes communautés chrétiennes du Moyen-Orient. Voici un guide pour aider à s’y reconnaître. On estime qu’entre fidèles autochtones et immigrés, près de 15 millions de chrétiens vivent actuellement au Moyen-Orient. Dans certains pays (Irak, Syrie), les chiffres sont en forte baisse ; il y a même un risque d’extinction. Dans d’autres pays, les chrétiens ont du mal à survivre. Mais ils sont de plus en plus nombreux dans le Golfe et dans la Péninsule arabique, essentiellement du fait de l’afflux de travailleurs importés d’Asie et d’Europe. Lire aussi : Chrétiens d’Orient : 2 000 ans de patrimoine exposés à l’Institut du monde arabe

M Martino Diez
Par Nicolas Bourgoin

État d’urgence dans le droit commun : l’exception devient la règle avec la loi antiterroriste

Le projet de loi « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » a été adopté, mardi 3 octobre, par les députés, qui approuvent ainsi, à une très large majorité, de voir s'inscrire des mesures de l'état d'urgence dans le droit commun. Le démographe Nicolas Bourgoin dénonce « l’exception qui devient la règle » avec la loi antiterroriste, destiné à prendre le relais de l’état d’urgence à partir du 1er novembre 2017. L’état d’urgence est un dispositif d’exception visant à réduire les libertés publiques fondamentales, notamment celles de réunion et de manifestation. Réactivé après les attentats du 13 novembre 2015, il est censé en théorie répondre à la menace terroriste. Dans les faits, il s’applique à ce qu’on appelle les « troubles à l’ordre public » : depuis sa dernière mise en oeuvre, il a permis d’interdire des centaines de manifestations, notamment les mobilisations contre la loi travail,…

N Nicolas Bourgoin
Par Julie Pascoët

Les musulmans ont un fort sentiment d’appartenance à l’Europe. Quand celle-ci va-t-elle leur rendre la pareille ?

De jeunes étudiants musulmans européens ont récemment dialogué avec le vice-président de la Commission européenne et la vice-présidente du Parlement européen, ainsi que plusieurs députés européens sur leur présent et leur futur – et de l’importance de construire ensemble un avenir commun. Ils ont pu insister sur le fait qu’un changement de perspective et des discours et pratiques inclusifs quant à la présence de musulmans en Europe s’imposent. Trop souvent, ils sont considérés comme « un problème à régler ». Malheureusement, l’inclusion reste encore un vœu pieux pour les musulmans d’Europe – que ce soit dans l’emploi, l’éducation, le logement ou l’accès aux services. Les résultats d’une nouvelle enquête sur les expériences de discrimination vécues par les musulmans publiée par l’Agence européenne des droits fondamentaux montrent que les musulmans sont confrontés aux discriminations dans tous les domaines. Ce phénomène européen…

J Julie Pascoët
Par Sofiane Meziani

L’islam, la déconstruction et le redressement de l’Occident

Il est clair que, d’un point de vue métaphysique, la modernité n’est rien d’autre qu’une entreprise de désacralisation, pour ne pas dire de profanation du monde : sous son égide, la création n’est plus un réservoir de signes et de symboles reflétant l’Unité principielle, ou un plan de réflexion de la Beauté divine, mais un simple agrégat d’éléments disparates qui ne disent plus rien de l’Harmonie cosmique. Si, dans la vision traditionnelle, la nature est symboliquement la manifestation du divin Principe, c’est-à-dire le lieu des théophanies divines, elle n’est rien d’autre qu’un instrument d’assouvissement des besoins matériels de l’homme dans la perspective mécaniste de la modernité.

S Sofiane Meziani