UneNewsSociétéPolitiqueReligionsEconomieMédias
Par Lina Farelli, le 18/03/2019

En France, des mobilisations nombreuses contre l’islamophobie après les attentats de Christchurch

Tandis que les Néo-Zélandais multiplient depuis vendredi 15 mars les hommages aux victimes du double attentat à Christchurch, plusieurs rassemblements ont été organisés le week-end du 16 mars à travers la France pour dénoncer l’islamophobie. À Rouen, une centaine de participants ayant répondu à l’appel de l’Union des musulmans de Rouen (UMR) se sont donnés rendez-vous devant la mairie dimanche 17 mars. Le rassemblement a été marqué par la présence de représentants de la communauté juive locale et des élus, dont le maire Yvon Robert qui a plaidé pour l’unité et la fraternité.

Par Lina Farelli, le 15/03/2019

Nouvelle-Zélande : après les attentats de Christchurch, la théorie du grand remplacement sur le grill

La haine, profonde, contre les musulmans a résolument guidé les gestes criminels de Brenton Tarrant, qui ont plongé la Nouvelle-Zélande dans l'horreur et la tristesse. Mais qu'a fait valoir le principal auteur des attentats de Christchurch dans son manifeste islamophobe ? Il ne fait aucun doute que les attentats islamophobes perpétrés à Christchurch vendredi 15 mars ont été prémédités depuis au moins deux ans. A l’origine des pires attaques terroristes de l’histoire de la Nouvelle-Zélande qui ont fait au moins 50 morts, Brenton Tarrant est largement cité.* Ce terroriste australien âgé de 28 ans s’est filmé en direct en train d’ouvrir le feu sur des fidèles, avec des armes sur lesquelles étaient inscrits les noms de terroristes blancs qu'il admire comme Anders Behring Breivik, auteur de l'attentat de Norvège en 2011, Dylan Roof, auteur de l'attaque dans une église de Charleston, aux Etats-Unis, en 2015, Darren Osbourne, auteur de l'attentat devant une…

Par Lina Farelli, le 15/03/2019

Attentats de Christchurch : le témoignage de solidarité des chrétiens et juifs de Nouvelle-Zélande aux musulmans

Les attentats survenus dans deux mosquées de Christchuch sont les pires attaques terroristes commises en Nouvelle-Zélande. Le bilan fait, à ce stade, état d’au moins 49 morts et de plusieurs dizaines de blessés. Depuis, les yeux du monde sont rivés sur ce pays d’Océanie réputé tranquille, et particulièrement sur sa composante musulmane, profondément touchée par ce double attentat. Les représentants des communautés religieuses, parmi lesquelles chrétiennes et juives, ont très rapidement témoigné leur solidarité à l’égard des musulmans. « Les responsables chrétiens de Christchurch (et de la province de Canterbury, ndlr) sont absolument dévastés par cette situation sans précédent », ont-il fait savoir dans une déclaration commune diffusée par l'archevêque anglican Mgr Peter Carrell. « Aucune organisation ou groupe religieux ne mérite d’être la cible de la haine d’une personne, quelles que soient ses croyances. Nous défendons une…

Par Hanan Ben Rhouma, le 15/03/2019

Nouvelle-Zélande : après les attentats contre des mosquées de Christchurch, les appels à la vigilance des organisations musulmanes de France

Après le double attentat perpétré contre deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, l'onde de choc est immense. Tour d'horizon des réactions des organisations musulmanes en France. La Nouvelle-Zélande a été frappée, vendredi 15 mars, par un double attentat sans précédent perpétré contre deux mosquées à Christchurch. C’est depuis une pluie de condamnations à travers le monde qui suit cette tragédie. En France, plusieurs organisations musulmanes ont fait valoir leur indignation, comme la Grande Mosquée de Paris qui condamne l’action d’« un terroriste haineux et raciste, partisan d’une théorie islamophobe des plus dangereuses au monde ». Lire aussi : Nouvelle-Zélande : la Tour Eiffel éteinte en hommage aux victimes des attentats de Christchurch « Cette tragédie abjecte démontre une fois de plus que l'islamophobie est un mal qu'il faut combattre sans relâche. Il n'existe pas de hiérarchie dans les différentes formes de racisme. Les actes…

Par Saphirnews, le 15/03/2019

Nouvelle-Zélande : deux attentats contre des mosquées de Christchurch fait au moins 50 morts

C’est la consternation en Nouvelle-Zélande. Deux mosquées implantées dans la ville de Christchurch ont été la cible d’attaques terroristes, vendredi 15 mars, jour de prière hebdomadaire pour les musulmans. Le bilan, à ce stade, est lourd mais n'est pas définitif : les attentats, survenus vers les coups de 13h30 heure locale (7h30 à Paris), ont fait au moins 49 morts et une vingtaine de blessés graves. Mise à jour : Le bilan fait état depuis samedi 16 mars de 50 morts, un corps supplémentaire ayant été retrouvé dans une des mosquées. « Il est clair qu’on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste. Pour ce que nous en savons, (l’attaque) semble avoir été bien planifiée », a déclaré la Première ministre Jacinda Ardern. « Cela restera comme l’un des jours les plus sombres de la Nouvelle-Zélande. » Plusieurs suspects ont été rapidement interpellés par la police. Parmi les auteurs du massacre, figure un « terroriste extrémiste de droite…

Par Lina Farelli, le 15/03/2019

La Grande Mosquée de Reims inaugurée en grande pompe cinq ans après son ouverture

Cinq ans après son ouverture, la Grande Mosquée de Reims a organisé, jeudi 14 mars, une cérémonie pour inaugurer officiellement l'imposant lieu de culte. « Accomplissement de nombreuses années d’efforts et de travail, la Grande Mosquée de Reims apparaît aujourd’hui comme une des expériences françaises les plus remarquables d’insertion de la communauté musulmane dans la vie d’une ville », se félicite l'Association de la mosquée et du centre islamique de Reims (AMCIR), présente dans la ville depuis 1989. Louant l’existence d’« un bel édifice s’inscrivant dans le patrimoine rémois et qui répond aux besoins des fidèles » musulmans, l’AMCIR ne manque pas de rappeler l’accompagnement - aucunement financier, précise-t-on - dont elle a bénéficié de la mairie sous les mandats de Jean-Louis Schneiter (1999-2008, décédé en 2016) et d’Adeline Hazan (2008-2014) pour voir son projet, dans les cartons depuis 1995, se concrétiser.

Par Lina Farelli, le 14/03/2019

Opération « Mars Bleu », pour promouvoir l'importance du dépistage du cancer colorectal

Avec 18 000 décès répertoriés par an, le cancer colorectal est la deuxième cause de mortalité parmi les personnes atteintes d’un cancer en France. Pourtant, il existe un moyen de réduire significativement le taux de mortalité. Avec « Mars bleu », des opérations de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal sont ainsi organisés à travers la France pendant tout le mois de mars. Explications. Le dépistage du cancer colorectal, c’est important ! C’est le slogan de l’opération « Mars bleu », pilotée chaque année depuis son lancement en 2007 par l'Institut national du cancer (INCa), avec le soutien du ministère de la Santé. Les personnes âgées entre 50 et 74 ans sont incitées à faire un test de dépistage tous les deux ans afin de détecter des cancers, le plus souvent à un stade précoce. Car dépisté tôt, le cancer du côlon (dit aussi le cancer de l’intestin) se guérit neuf fois sur dix, rappellent les professionnels de santé mobilisés sur…

Par Benjamin Andria, le 12/03/2019

Le Défenseur des droits alerte contre le recul des services publics et le renforcement de la répression en France

Le Défenseur des droits est toujours plus sollicité. A l’occasion de la sortie de son rapport annuel mardi 12 mars, l’institution, créée en 2008 et dirigée par Jacques Toubon depuis 2014, indique avoir reçu 95 836 dossiers de réclamations en 2018, soit 6% de plus par rapport à 2017 et 13 % sur les deux dernières années, et ceci « dans l’ensemble de ses cinq domaines de compétence que sont la défense des droits des usagers des services publics, la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité, la défense des droits de l’enfant, la déontologie de la sécurité et l’orientation et la protection des lanceurs d’alerte ».

Par Lina Farelli, le 07/03/2019

Des « courses pour la dignité » organisées en réponse à la polémique du hijab de Décathlon

« Venez comme vous êtes. » C'est autour de ce slogan que des « courses pour la dignité » sont organisées à travers la France, dernièrement en région parisienne. Une initiative qui offre une belle réponse à la triste polémique entourant le hijab sportif de Decathlon, à la source d'une nouvelle stigmatisation des femmes musulmanes en France. Dans la foulée de la polémique née autour du hijab de running de Décathlon, et après la décision de la marque de renoncer temporairement à vendre ce produit en France, une initiative citoyenne sous le nom de « courses pour la dignité » (Run for dignity) a vu le jour. Après Grenoble et Clermont-Ferrand les 2 et 3 mars, une course a été organisée ce mercredi 6 mars en région parisienne au parc interdépartemental des sports Choisy-Créteil, un rendez-vous qui a réuni une quinzaine de personnes malgré le temps pluvieux, le tout pour un parcours de quatre kilomètres.

Par Hanan Ben Rhouma, le 07/03/2019

Le prix du Jeune européen de l'année 2019 décerné à Yasmine Ouirhrane

Tous les ans depuis 1997, la fondation Schwarzkopf attribue le prix Young European of the Year à de jeunes européens âgés entre 18 et 28 ans et qui se sont distingués pour leur engagement en faveur de la compréhension mutuelle entre les peuples et l’intégration européenne.* Pour l’édition 2019, ce prix a été attribué à Yasmine Ouirhrane, une Italienne âgée de 23 ans, « pour son engagement en faveur de l'égalité hommes - femmes et de l'égalité des chances pour les migrants en Europe ». Cette nomination, qui ne manque pas de faire grincer des dents du côté des mouvements d’extrême droite européenne, est « une victoire collective pour les jeunes femmes, les filles d’immigrants, pour l’Europe, pour l’Unité dans la Diversité (la devise de l’Union européenne, ndlr), pour la paix », selon les mots de Yasmine Ouirhrane relayés après l’annonce de la nouvelle samedi 2 mars. « Nous sommes aussi Européens, aujourd’hui plus que jamais. »

Par Amara Bamba, le 04/03/2019

L’Union des démocrates musulmans français au défi des élections européennes

C’est une première pour l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Ce jeune parti, qui s’est fait remarquer aux élections municipales de 2014 dans une alliance victorieuse, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec l’Union des démocrates indépendants (UDI), il a joué les trouble-fêtes durant les départementales de 2015. Mais aux élections européennes prévues le 26 mai prochain en France, l’UDMF compte s’affirmer en lançant sa liste « Une Europe au service des peuples ». La grande salle de la Mairie de Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, a accueilli, samedi 2 mars, le meeting de lancement de la campagne européenne de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Pour Nagib Azergui, président du parti, le citoyen français mérite une offre politique plus riche pour une Europe sociale et morale. « Une Europe des peuples face à cette Europe qui assiste impuissante à la montée des mouvements identitaires », indique-il à Saphirnews. Avec un scrutin…

Par Hanan Ben Rhouma, le 01/03/2019

Pourquoi la justice européenne s'oppose à l’apposition du label bio sur les viandes halal (et casher)

Les viandes issus de l'abattage rituel sans étourdissement préalable ne seraient pas compatibles avec les exigences du bio. Tel est l'avis rendu en cette fin du mois de février par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Le fondateur de la société Bionoor, détentrice d'une marque halal et bio et une des premières concernées par l'affaire, réagit. Dans un avis rendu public mardi 26 février, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), saisie par la Cour d’appel administrative de Versailles, estime que « le logo de production biologique européen ne peut être apposé sur les viandes issues de l’abattage rituel sans étourdissement préalable » au motif que cette « pratique ne respecte pas les normes les plus élevées de bien-être animal ». Cet avis de la CJUE fait suite à une requête soumise en 2012 par l’association Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA) contre la marque Bionoor, l'organisme de certification Ecocert, l'Institut…

Par Lina Farelli, le 25/02/2019

L'Eglise catholique face à la pédophilie: les victimes de prêtres, dépités, dans l'attente de « mesures concrètes »

Oui aux « mesures concrètes et efficaces » contre les abus sexuels commis au sein de l'Eglise catholique. C'est ce qu'attendaient urgemment les victimes de prêtres du sommet sur les abus sexuels organisé au Vatican du 21 au 24 février. Cependant, le pape François, qui a décrit les actes pédophiles et autres agressions sexuelles de « crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la Terre », a peiné à les convaincre. L'issue du sommet a même été jugé décevante tant les attentes étaient fortes. Le sommet pontifical autour de « la protection des mineurs dans l’Eglise » organisée du 21 au 24 février par le Vatican fut historique. C'est la première fois que le Saint-Siège prend ainsi à bras le corps la mesure du problème que constituent les crimes pédophiles et les abus sexuels commis par des hommes d'Eglise. Lors de la messe de clôture d'une rencontre qui a réuni près de 200 membres du clergé venus du monde entier, le pape François a comparé,…

Par Hanan Ben Rhouma et Huê Trinh Nguyên, le 22/02/2019

Nayla Tabbara : « L'islam est un abandon confiant en Dieu qui est aussi engagé » (entretien vidéo)

Nayla Tabbara est une théologienne libanaise engagée. Avant de se voir décerner le prix Jacques Hamel 2019 pour le dialogue interreligieux avec la journaliste Marie Malzac pour son livre « L’islam pensé par une femme » (Bayard, 2018), la vice-présidente de la fondation interreligieuse Adyan, a répondu à quatre questions face caméra pour Saphirnews. Vidéo. « Islam : laissons le Coran vibrer en nous ! » : la grand entretien de Nayla Tabbara sur Saphirnews à lire ici

Par Lina Farelli, le 22/02/2019

La mosquée Maryam, la première édifiée à Caen, ouvre ses portes aux fidèles

Après des années de travaux, synonyme d'attente pour les musulmans caennais, la mosquée Maryam est désormais prête à accueillir les fidèles. Une nouvelle page de l'histoire s'ouvre à Caen pour l'association gestionnaire de ce lieu de culte. La toute première mosquée édifiée dans la ville portuaire de Caen, dans le Calvados (Basse-Normandie), ouvre officiellement ses portes aux fidèles ce vendredi 22 février suivi, le lendemain, d’une journée de fête pour célébrer l’ouverture. Un événement empreint de « partage » et de « convivialité » annoncé par l’association Bras Ouverts, fondée en 1978 sous un autre nom, qui a initié et coordonné les travaux de construction du lieu de culte depuis 2010. Baptisée Maryam (en référence à la Vierge Marie, en arabe), la mosquée voit le jour après six ans de travaux, entamés peu après l’acquisition du terrain en 2012. Entièrement financés par des dons privés de particuliers, les coûts des travaux ont été…

Par Lina Farelli, le 21/02/2019

« Plus d’enfants juifs dans les écoles du 9-3 » dû à un « antisémitisme musulman » : la FCPE hausse le ton

La Fédération des conseils des parents d’élèves (FCPE) hausse le ton après les propos mensongers portés, entre autres, par le député Éric Ciotti et le polémiste Éric Zemmour selon lesquels il n’y aurait plus d’enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis. Le co-président de la FCPE Rodrigo Arenas dément cette infox, déclarant à Regards, que la fédération envisage de porter plainte contre Eric Ciotti pour « incitation à la haine raciale » et « injure ». « Il y a des enfants juifs scolarisés dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis. Ceux qui disent le contraire mentent », déclare-t-il. Tout en soulignant qu’il existe bien « une recrudescence d’enfants scolarisés dans le privé » à l’échelle nationale à cause de la « perte de confiance » entre l’école de la République et les parents, ce responsable du FCPE dénonce le « pot pourri » des identitaires qui lient les enfants musulmans et les actes –…

Par Lina Farelli, le 21/02/2019

Pourquoi l'affaire Shamima Begum, l'ado partisane de Daesh, passionne le Royaume-Uni

Shamima Begum, une jeune Britannique qui a rejoint les rangs de Daesh après avoir fugué en Syrie en 2015 alors qu’elle n’avait que 15 ans, peut-elle rentrer au Royaume-Uni ? Cette question se situe au cœur des débats outre-Manche où les avis sont divisés. « Mon message au clair : si vous avez soutenu des organisations terroristes à l’étranger, je n’hésiterai pas à empêcher votre retour. » Ces mots catégoriques du ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, témoignent de la position du gouvernement britannique sur l’éventualité du retour de Shamima Begum. « Si vous parvenez à revenir, vous devez vous attendre à être interrogé, à faire l’objet d’une enquête et à être éventuellement poursuivi », a-t-il ajouté. Signe de sa fermeté, Londres a décidé de déchoir de la citoyenneté britannique la jeune femme, qui se trouve avec son bébé récemment né dans un camp de réfugiés au nord-est de la Syrie avec plusieurs centaines de proches des…

Par Hanan Ben Rhouma, le 21/02/2019

Au dîner du CRIF, Macron en marche pour intégrer l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme

Critiquer Israël sera-t-il toujours possible demain en France, sans entrave et sans que le chantage à l'antisémitisme ne pèse sur les défenseurs des droits des Palestiniens ? L’intégration de l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme est en marche en France. C’est l’annonce phare faite par Emmanuel Macron au dîner annuel du CRIF, organisé mercredi 20 février au lendemain des grandes manifestations contre les actes antisémites, en progression dans le pays. La confusion entretenue entre ce qui relève d'une opinion politique et ce qui relève du délit - le racisme en l'occurrence - inquiète. « Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une bonne solution. » Voici ce que faisait valoir le président de la République Emmanuel Macron, mardi 19 février, en réponse aux députés envisageant de proposer une loi pénalisant l’antisionisme. A l’aune de son discours prononcé mercredi 20 février au dîner annuel du Conseil représentatif des…

Par Lina Farelli, le 20/02/2019

Débat sur le changement d’heure : les Français favorables à l'abandon du système horaire actuel

« Faut-il mettre fin au changement d’heure ? » Telle est la question à laquelle les Français sont appelés à répondre jusqu'au 3 mars, dans le cadre d'une consultation lancée par la Commission des affaires européennes de l'Assemblée nationale. Si la tendance est clairement au oui, la mesure n'est pas encore prête à être mise en oeuvre. Mise à jour de l'article mercredi 6 mars Plusieurs mois après la préconisation de la Commission européenne de mettre fin au changement d’heure dans l'Union européenne, les portes du débat demeurent grandes ouvertes. En France où le système d’heure d’été - heure d’hiver est en place depuis en 1976, la Commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale a lancé, depuis le 4 février, un questionnaire en ligne pour sonder l’opinion des citoyens sur le sujet, sans que le résultat ne possède de valeur contraignante.

Par Lina Farelli, le 20/02/2019

Face à l'antisémitisme, Emmanuel Macron s'oppose à une pénalisation de l'antisionisme

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que le député LREM Sylvain Maillard, qui souhaitait proposer avec le groupe d’étude parlementaire sur l’antisémitisme un projet de pénalisation de l’antisionisme, ait un retour du chef de l'Etat sur la delicate question.* Emmanuel Macron, qui avait confondu antisionisme et antisémitisme une fois publiquement en 2017, a, cette fois, aussitôt recadré le débat, mardi 19 février. « Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une bonne solution », a plaidé le président de la République, en marge d’une conférence conjointe donnée par Emmanuel Macron et son homologue géorgienne Salomé Zourabichvili. Estimant que « ceux qui aujourd’hui dans le discours veulent la disparition d’Israël sont ceux qui veulent s’attaquer aux juifs », Emmanuel Macron a soulevé que, « dans le détail, la condamnation pénale de l’antisionisme pose d’autres problèmes ». C’est en sens qu’il a suggéré de « faire…

Par Yassin Alami, le 19/02/2019

L’élection de Nayib Bukele à la tête du Salvador : ce qu’il dit de l’intégration des Arabes en Amérique latine

Le Salvador a élu un nouveau président le 3 février dernier en la personne de Nayib Bukele, l'ancien maire de la capitale San Salvador. Retour sur le parcours de ce descendant d’immigrés palestiniens et ce que son élection dit de l’intégration des Arabes en Amérique latine. Le Salvador, petit pays d’Amérique centrale frontalier du Honduras et du Guatemala, a élu un nouveau président le 3 février dernier. C’est l'ancien maire de la capitale San Salvador, Nayib Bukele, qui est devenu le sixième président depuis la signature des accords de paix de Chapultepec en 1992 mettant fin à 12 ans de guerre civile. Son parti Grande Alliance pour l’unité nationale (GANA) a recueilli près de 54 % des voix, propulsant Nayib Bukele à la tête du Salvador dès le premier tour avec, pour programme, l’éradication de la violence et de la corruption qui gangrènent le pays. L’élection de ce publicitaire fortuné tout juste âgé de 37 ans, très suivi sur les réseaux…