UneNewsSociétéPolitiqueReligionsEconomieMédias
Par Saphirnews, le 13/01/2019

Gilets jaunes : ce que dit Macron dans sa lettre aux Français qui annonce le grand débat national

Face à la contestation des gilets jaunes démarrée depuis le mois de novembre 2018, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de prendre la plume pour écrire une lettre aux Français. Il annonce ainsi le lancement du grand débat national, du 15 janvier au 15 mars, durant lequel quatre grands thèmes, « qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation », seront abordés : « la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté ». Si aucune question ne sera « interdite », indique-t-il, il martèle son exigence de ne pas revenir sur la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF), figurant parmi les grandes revendications des gilets jaunes. La lettre, diffusée par voie de presse dimanche 13 janvier et dans laquelle une trentaine de questions sont posées, est reproduite sur Saphirnews. Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes, Dans une…

Par Hanan Ben Rhouma, le 11/01/2019

A la Mosquée de Paris, une exposition hommage aux soldats musulmans morts pour la France inaugurée

La Grande Mosquée de Paris a été bâtie au lendemain de la Grande Guerre pour marquer la reconnaissance de la nation à l’endroit des soldats musulmans morts pour la France. Cette institution centenaire a ainsi été le lieu tout trouvé pour inaugurer, jeudi 10 janvier, l’exposition historique retraçant deux siècles d'engagement de ces hommes sous le drapeau tricolore. L’initiative hommage, portée par l’aumônerie musulmane aux armées, entend ainsi « valoriser dans le récit national une histoire peu enseignée » auprès de la jeunesse française. C’est un grand soir pour l’aumônerie musulmane aux armées. La dernière-née des structures cultuelles militaires, créée en 2006, a inauguré en grande pompe, jeudi 10 janvier, son exposition « Soldats de France : l’engagement des soldats musulmans de 1802 à 1962 » à la Grande Mosquée de Paris, en présence de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées. « Il est dans…

Par Hanan Ben Rhouma, le 10/01/2019

Laïcité et service national universel : l'Observatoire au cœur d'une polémique, autopsie d'une contre-vérité

Le rapport sur l’application du principe de laïcité dans le cadre du nouveau service national universel (SNU), rendu public récemment par l’Observatoire de la laïcité, est au cœur d’une bien triste polémique. Lire aussi : Service national universel : cessons d’utiliser la laïcité comme prétexte pour nous écharper Depuis la publication le 6 janvier d’un article de Marianne qui a mis le feu aux poudres, l’une des seules conclusions tirées par les détracteurs de l’Observatoire de la laïcité se résume en cette phrase : l’institution présidée par Jean-Louis Bianco « recommande d’autoriser aux jeunes de 14 à 16 ans le port des signes religieux » et, par-là... « préconise un recul du principe qu'il est censé défendre ». Vraiment ?

Par Clara Murner, le 09/01/2019

Denis Gril : Oser le savoir et la foi

Denis Gril est un intellectuel français impliqué à la fois dans un discours scientifique et dans sa foi musulmane. Professeur émérite à l'université d'Aix-Marseille, il est membre de l’Institut de recherches sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Savant accompli en langue arabe et en islamologie, il est spécialiste du soufisme. Il est ainsi auteur ou co-auteur de plusieurs études consacrées au soufisme, parmi lesquels « Les Illuminations de La Mecque » (sous la direction de Michel Chodkiewicz) et « Le soufisme à l'époque ottomane ». Sa profonde humilité et sa grande simplicité signent un double engagement dans la voie académique et la voie initiatique. C’est d’abord dans son milieu familial, puis dans ses rencontres au cours de séjours en pays arabes que ses recherches se sont particulièrement orientées vers les fondements scripturaires et l’œuvre d’Ibn 'Arabi (1165-1240) dont Denis Gril, qui a réalisé des traductions de ses œuvres, est un grand

Par Hanan Ben Rhouma, le 07/01/2019

Loi 1905 : en plein chantier sur la réforme, le CFCM reçu à l’Elysée, sorti « rassuré » par Macron

Les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont été reçus à l'Elysée dans la matinée du lundi 7 janvier. Le président de l'instance Ahmet Ogras et son vice-président Anouar Kbibech font le point sur cette rencontre durant laquelle le projet de réforme de la loi de 1905 a occupé les discussions. Annoncée au second semestre de 2018 en marge de la restructuration de l’organisation de l’islam de France soutenue par Emmanuel Macron, la réforme de la loi de 1905 figure parmi les chantiers phares de l’exécutif pour l’année 2019. Encore faut-il l’assentiment de tous les représentants des cultes avec lesquels l’Elysée a prévu, à l’agenda, une rencontre jeudi 10 janvier. C’est tout de même le culte musulman que le président de la République a choisi de recevoir le premier en 2019 ce lundi 7 janvier. Une délégation du Conseil français du culte musulman (CFCM), emmenée par son président Ahmet Ogras et accompagné de ses deux…

Par Hanan Ben Rhouma, le 04/01/2019

Service national universel et gestion pratique du fait religieux : ce que préconise l'Observatoire de la laïcité

Quelle application du principe de laïcité dans le cadre du futur service national universel (SNU) ? C'est sur cette question que s'est penchée l'Observatoire de la laïcité. Alors qu'une phase pilote est appelée à être mise en œuvre en juin 2019, l'institution présidée par Jean-Louis Bianco a rendu public, mardi 2 janvier, son rapport délivrant ses préconisations. Saphirnews en délivre les principales conclusions. Figurant parmi les promesses de campagne d’Emmanuel Macron, le service national universel (SNU) a été présenté pour la première fois au Conseil des ministres le 27 juin 2018 où les grandes lignes ont été définies. Comme le rappelle le rapport relatif à la création du SNU remis au président en novembre 2018, « le projet de créer un service national universel n'est en aucune manière une tentative de recréer le service militaire », suspendu sous le mandat de Jacques Chirac en 1997. « La professionnalisation des armées ne nécessite plus de…

Par Lina Farelli, le 31/12/2018

« Monuments sacrés » sur Arte, un voyage à la découverte des plus belles mosquées, églises et synagogues du monde (replay)

Avec « Monuments sacrés », Arte nous invite à un voyage autour du monde à la découverte des édifices cultuels les plus beaux des différentes religions à travers le monde. La série de quatre épisodes, réalisée par l’Allemand Bruno Ulmer et diffusée depuis le mois de décembre 2018, nous amène à découvrir des joyaux des cultes chrétiens, juif, musulman, bouddhiste et hindouiste.

Par Hanan Ben Rhouma, le 28/12/2018

Intox : la CEDH n’a pas ouvert la voie à l’application de la charia en Europe

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a-t-elle ouvert la voie à l’application de la charia en France et en Europe ? Depuis la publication jeudi 27 décembre d’une tribune sur le Figaro Vox, l'extrême droite s’est enflammée sur les réseaux sociaux pour dénoncer une décision rendue par la juridiction européenne dans une affaire d’héritage en Grèce impliquant des membres de la communauté musulmane. Pourtant, le contenu de l’arrêt ne dit rien des intox relayées par l’extrême droite. Retour aux faits. Depuis le Traité de Lausanne de 1923 fixant les frontières entre la Grèce et la nouvelle Turquie issue de l'empire ottoman, une dérogation du droit commun existe pour les minorités musulmanes de Thrace. Afin de préserver les us et coutumes locales, ses membres pouvaient avoir recours à la législation islamique (charia) pour le règlement des affaires familiales (mariage, divorce, héritage). Ce recours spécifique, hier obligatoire, est désormais…

Par Huê Trinh Nguyên, le 22/12/2018

Nayla Tabbara : « Islam : laissons le Coran vibrer en nous ! »

Nayla Tabbara a la voix douce, mais le propos ferme et convaincu. Dans son ouvrage « L’islam pensé par une femme » (Bayard, 2018), la théologienne libanaise ne se pose pas seulement comme une féministe qui décortiquerait le Coran pour revendiquer l’égalité des droits. Elle outrepasse cet horizon, allant vers plus d’universel, en s’intéressant à ce que l’on nomme les « autres » (les minorités, les marginalisé-e-s, les personnes atteintes de handicap...), pour prôner plus d’inclusion et plus de justice. À travers l’analyse des 99 Noms divins, elle déconstruit la vision patriarcale que nous avons de Dieu, en distinguant les noms de majesté (plutôt masculins) et les noms de beauté (plutôt féminins), pour en déduire un Dieu qui va au-delà du genre. À partir de ses recherches herméneutiques et de son expérience en tant que vice-présidente de la fondation Adyan (qui promeut le vivre-ensemble dans des sociétés pluralistes et la solidarité…

Par Clara Murner, le 21/12/2018

Manuscrits hébraïques et arabes : un art en miroir

Dans le cadre du Festival soufi de Paris, deux savants passionnés par l’art calligraphique, le rabbin Gabriel Hagaï et le chercheur Karim Ifrak , ont partagé leur savoir sur les manuscrits de traditions juive et musulmane, devant un public avide de connaissances. Ils ont montré les convergences des deux religions monothéistes autour de la transmission par l’écrit, de l’interdiction de la représentation d’êtres vivants, et du rapport entre art et religion. Docteur de l’École pratique des hautes études (EPHE), Karim Ifrak est islamologue, coranologue et codicologue. Spécialiste de l’histoire des Textes et de la vie de la pensée dans les mondes musulmans. ce chercheur du CNRS, qui prépare la sortie de son livre Du Coran au Mushaf. Histoire d’un livre né sacré, était, lundi 3 décembre, aux côtés du rabbin orthodoxe Gabriel Hagaï, enseignant-chercheur très investi dans le dialogue interreligieux, pour parler de l’art dans les manuscrits hébraïques et…

Par Clara Murner, le 17/12/2018

Al-Qandusi, le calligraphe au miroir du Prophète

Francesco Chiabotti profite du mois du Mawlid pour sortir de l’ombre une grande figure de maître soufi méconnu, calligraphe, herboriste et médecin à Fès au XIXe siècle. Pour Muhammad Ibn Qasim al-Qandusi, personnage hors du commun, la calligraphie est une voie initiatique qui émane directement du Prophète et reflète la Réalité muhammadienne. Un public averti a découvert, à l’occasion du Festival Soufi de Paris, l’art étonnant et subtil de ce maître majdoub et malamati qui a consacré sa vie à voir le Prophète et à le faire voir. Francesco Chiabotti est maître de conférences en islamologie à l’INALCO. Il est actuellement membre du projet international ANR-DFG « PROPHET – Muhammad au miroir de sa communauté » qui essaie de saisir la relation que les musulmans ont développé avec leur Prophète dans l’islam moderne et contemporain

Par Hanan Ben Rhouma, le 15/12/2018

Des maires de Seine-Saint-Denis attaquent l'Etat pour « rupture d’égalité »

Ils en ont assez de voir la Seine-Saint-Denis subir depuis des décennies un traitement inégalitaire en matière d'éducation, de sécurité et de justice. Huit mairies de ce département francilien très mal doté ont annoncé, samedi 16 décembre, leur intention de porter plainte contre l'Etat pour « rupture d’égalité républicaine ». Aubervilliers, Bondy, Montreuil, Pré-Saint-Gervais, Romainville, Saint-Denis, L'Île-Saint-Denis, Stains: les maires et leurs adjoints de ces huit villes de Seine-Saint-Denis, avec le soutien de la députée (PCF) Marie-Georges Buffet, ont annoncé, samedi 16 décembre, qu'ils attaquent l’Etat en justice pour « rupture d’égalité républicaine ». Leurs mots d'ordre : « pas d'égalité réelle sans égalité territoriale ! » Ce recours judiciaire, inédit en France, qui va être déposé devant le tribunal administratif d'ici au mois d'avril selon la réponse que formulerai l'Etat à la demande indemnitaire des maires, vise à mettre…

Par Hanan Ben Rhouma, le 14/12/2018

Ghaleb Bencheikh : Avec la FIF, « je m'engage à venir à bout de l'extrémisme par la culture et l'éducation »

Ghaleb Bencheikh succède à Jean-Pierre Chevènement à la présidence de la Fondation de l'islam de France (FIF), qui fête aujourd'hui ses deux ans d'existence. A 58 ans, la réputation du théologien et philosophe musulman, fils de l'ancien recteur de la Grande Mosquée de Paris cheikh Abbas Bencheikh El Hocine (1982-1989), n'est plus à faire tant il est respecté pour la qualité de ses nombreux travaux et ses prises de positions responsables. Pour sa première interview accordée à Saphirnews depuis son élection à la tête de la FIF jeudi 13 décembre, il revient sur le sens qu'il donne à ses nouvelles responsabilités et fait part des chantiers qui l'attendent. « Le travail est colossal, la tâche est immense et les chantiers sont titanesques, mais le plus grand voyage commence par un pas », fait valoir l'islamologue. Entretien. Lire aussi : Ghaleb Bencheikh succède à Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation de l’islam de France

Par Clara Murner, le 14/12/2018

L’héritage de l’émir Abdelkader, entre tradition et modernité

Dans le cadre du Festival soufi de Paris, l'historien Ahmad Bouyerdene, spécialiste de l’émir Abdelkader (1808-1883) révèle au public quelques-uns des aspects remarquables de ce grand personnage aux multiples facettes. Au-delà de la lecture historique des portraits photographiques qu’il donne à voir de l’émir, il lève le voile sur l’aspect mystique de sa vision de la technologie. Un grand penseur soufi à méditer en période de crise.

Par Hanan Ben Rhouma, le 13/12/2018

Ghaleb Bencheikh succède à Jean-Pierre Chevènement à la tête de la Fondation de l’islam de France

Ghaleb Bencheikh est désormais le nouveau président de la Fondation de l’islam de France (FIF). Il succède ainsi à Jean-Pierre Chevènement, qui avait pris la tête de cette instance à son lancement en décembre 2016, non sans critiques du fait notamment de sa non-appartenance à l’islam. « Il me paraît normal qu’un renouvellement s’opère à la tête de la Fondation, comme je l’avais annoncé lors de mon élection il y a deux ans. Il paraît normal qu’une fondation culturelle respectant les règles de la laïcité mais néanmoins adossée à une religion soit dorénavant présidée par un citoyen français de confession musulmane sensible aux enjeux culturels que comporte l’émergence d’un islam de France », a fait savoir l’ancien ministre de l’Intérieur, désormais président d'honneur de la FIF. C’est Ghaleb Bencheikh qui a emporté les faveurs du conseil d’administration de la FIF. Le théologien musulman, physicien de formation, qui faisait partie…

Par Hanan Ben Rhouma, le 12/12/2018

Attaque de Strasbourg : un fidèle d'une mosquée locale parmi les victimes

La Grande Mosquée de Strasbourg a appelé les mosquées de la ville à observer une prière et une minute de silence en mémoire à toutes les victimes de la fusillade à l'occasion de la prière hebdomadaire du vendredi. Au lendemain de la fusillade à Strasbourg qui a causé la mort de trois personnes, les condamnations se sont bousculées, parmi lesquelles celles issues d'organisations musulmanes en France. Alors que l’auteur présumé de l'attaque est toujours en cavale,* la Grande Mosquée de Strasbourg a dénoncé, par la voix de son président Saïd Aalla, un « acte infâme, lâche et barbare ». Exprimant ses « sincères condoléances aux familles des victimes » et souhaitant « un prompt rétablissement aux nombreux blessés », la Grande Mosquée de Strasbourg a appelé, mercredi 12 décembre, tous les lieux de culte musulman locaux à « consacrer un moment de prière lors du prêche du vendredi » et à observer « une minute de silence et de recueillement (…) en…

Par Clara Murner, le 12/12/2018

Avicenne, un philosophe influent en Orient et en Occident

Chercheuse au CNRS, Meryem Sebti* travaille sur l’œuvre du philosophe d’origine iranienne Ibn Sîna, connu sous le nom d’Avicenne en Occident. Invitée dans le cadre du Festival soufi de Paris pour parler du « miroir dans la théorie de la connaissance d’Avicenne » , elle nous livre quelques clés pour mieux situer ce grand penseur musulman.

Par Hanan Ben Rhouma, le 11/12/2018

Au Sénat, les liens entre religions et droits de l’homme discutés par les représentants de cultes en France

Pour les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), la Conférence des responsables de culte en France (CRCF) s’est réuni au Sénat lors un colloque pour interroger les rapports entre droits humains et religions. C’est sous les ors de la République, au Sénat, que s’est tenue, mardi 4 décembre, le colloque sur les droits de l'homme et les religions sous l’égide de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF). L’instance, qui réunit des représentants des trois cultes chrétiens (catholique, protestant et orthodoxe) ainsi que des religions juive, musulmane et bouddhiste, a ainsi voulu marqué, à sa façon, les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), proclamée à Paris le 10 décembre 1948. « C’est non seulement parce que les droits de l’homme sont bafoués dans le monde que les confessions doivent prendre à bras le corps cette question », affirme François Clavairoly, président de la…

Par Hanan Ben Rhouma, le 10/12/2018

Au congrès du CFCM, les fédérations musulmanes s'efforcent à faire valoir leur légitimité auprès de l'Etat

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est livré, dimanche 9 décembre, à une relative démonstration d'unité et de force dans le débat sur la restructuration de l’islam de France, avec l’objectif affiché d’être l’interlocuteur privilégié – si ce n'est l'unique – de l’Etat sur tous les sujets relatifs au culte musulman. A cette fin, l’instance a organisé son congrès des musulmans de France à l’Institut du monde arabe, à Paris ; un congrès conclu par le ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Christophe Castaner dont le gouvernement est en pleine réflexion pour faire évoluer la loi de 1905 relative à la laïcité. Retour sur les temps forts de ce rassemblement durant lequel quelques contours de la réforme du CFCM ont été dessinés. C’est un auditorium de l’Institut du monde arabe plein – entre 350 et 400 personnes – qui a accueilli le congrès des musulmans de France, organisé sous l’égide du Conseil français du culte…

Par Hanan Ben Rhouma, le 10/12/2018

Droits humains : la protection des minorités en faillite

Quels pays peuvent se prévaloir d’être celui des droits de l’homme ? Aucun, bien qu’il soit vrai, des Etats sont davantage à la traîne que d’autres. Les minorités demeurent parmi les populations pour qui les droits fondamentaux sont les moins garantis, y compris dans les démocraties occidentales où l’essor des populismes et ladite guerre contre le terrorisme menacent des populations souvent parmi les plus fragiles. Un état des lieux s’impose et doit nous alerter à l'heure où la Déclaration universelle des droits de l’homme célèbre ses 70 ans. « Alors que nous sommes dans l’année du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, il est on ne peut plus clair que personne parmi nous ne peut considérer un seul de ses droits fondamentaux comme acquis. » Tels sont les propos de Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International, qui ouvre son rapport 2018 sur la situation des droits humains à travers la planète en…