UneNewsSociétéPolitiqueReligionsEconomieMédias
Par Clara Murner, le 30/11/2018

Faouzi Skali : « Paradigme de civilisation, le soufisme se réinvente en permanence »

Faouzi Skali est anthropologue, spécialiste du soufisme, fondateur et directeur du Festival de Fès des musiques sacrées du monde et du Festival de Fès de la culture soufie. Très impliqué dans le dialogue et la rencontre des peuples, il considère le riche patrimoine du soufisme comme la matrice culturelle et civilisationnelle de l’islam et de l’humanité tout entière. La « futuwah », ou chevalerie spirituelle, en est une facette éthique qui permet d’améliorer le vivre-ensemble ici et maintenant.

Par Hanan Ben Rhouma, le 29/11/2018

Islam de France : vers une structuration de l’AMIF, une dynamique collective à l’œuvre

C’est à l’Institut des cultures d’islam que Hakim El Karoui a choisi de rassembler, dimanche 25 novembre, quelque 80 personnalités de la société civile et cadres religieux musulmans venus de toute la France pour une réunion inaugurale de travail autour du projet de l’Association musulmane pour l’islam de France (AMIF). Saphirnews fait le point. Une certaine effervescence régnait dimanche 25 novembre à l’Institut des cultures d’islam (ICI), où Hakim El Karoui, qui en a été le président de 2010 à 2011, a décidé d’organiser une session de travail collective visant à structurer le projet de l’Association musulmane pour l’islam de France (AMIF), l’idée étant désormais de « passer de la théorie à la pratique ». À l’issue de cette journée qui a rassemblé près de 80 imams, cadres religieux, responsables associatifs et personnalités de la société civile, dont une petite quinzaine de femmes, l’AMIF est demeurée en l’état de projet. Mais…

Par Huê Trinh Nguyên, le 21/11/2018

En 2018, le Groupe d’amitié islamo-chrétienne fête ses 25 ans (vidéo)

Découvrez le film documentaire retraçant les 25 ans du GAIC. En ce mois de novembre, la 18e édition des Semaines de rencontres islamo-chrétiennes (SERIC) bat son plein. Avec plus de 70 évènements organisés du 13 octobre au 8 décembre, le Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC) a de quoi se réjouir de l’engagement des acteurs associatifs dans le dialogue interreligieux. D’autant qu’il célèbre en cette année 2018 ses 25 années d’existence. L’occasion pour Saphirnews.com, partenaire média de la SERIC depuis 2008, de présenter à ses lecteurs le film documentaire qui retrace l’histoire du GAIC en présentant sa philosophie d’action à travers de nombreux témoignages (à découvrir plus bas).

Par Huê Trinh Nguyên, le 26/10/2018

Interreligieux : « Démontrons par l’exemple que chrétiens et musulmans sont faits pour grandir ensemble »

Les relations islamo-chrétiennes gagnent chaque année en épaisseur et en vivacité. Elles n’impliquent pas seulement les cadres religieux. Elles sont entretenues par celles et ceux qui sont convaincu-e-s que leurs valeurs spirituelles peuvent se rejoindre pour œuvrer ensemble dans la cité. La Semaine de rencontres islamo-chrétiennes (SERIC) en est le cœur vivant. Se déroulant officiellement du 10 au 25 novembre, l’édition 2018 déborde largement en octobre et en décembre, tellement les acteurs locaux veulent y prendre part. Qui est à l’initiative de la SERIC ? Le Groupe d’amitié islamo-chrétienne (GAIC), qui célèbre cette année ses 25 ans. Interview d’Hélène Millet et de Haydar Demiryurek, co-présidents du GAIC.

Par Huê Trinh Nguyên, le 17/10/2018

Hakim El Karoui : « Le travail théologique est la mère de toutes les batailles » (2/2)

En deux ans, ce nouvel entrant sur la question de l’organisation de l’islam de France fait parler de lui. Ses deux rapports « Un islam français est possible » (2016) et « La fabrique de l’islamisme » (2018) ainsi que son ouvrage « L’islam, une religion française » (Gallimard, 2018) ont bénéficié d’une large couverture médiatique. Son analyse et ses propositions ne sont pas pour déplaire au ministère de l’Intérieur en charge des cultes. Mais les acteurs historiques de l’islam en France tire à boulets rouges sur lui. Son idée phare : la création d’une Association musulmane pour l’islam de France (AMIF), destinée à récolter des fonds pour financer le culte. Hakim El Karoui livre dans une longue interview accordée à Saphirnews les principes de fonctionnement et de gestion qu’il envisage pour l’AMIF. En associant les Français « musulmans et républicains » et grâce à l’argent récolté dont le montant minimal est estimé par l'essayiste…

Par Huê Trinh Nguyên, le 13/10/2018

Hakim El Karoui : « L’AMIF sera au service des musulmans » (1/2)

En deux ans, ce nouvel entrant sur la question de l’organisation de l’islam de France fait parler de lui. Ses deux rapports « Un islam français est possible » (2016) et « La fabrique de l’islamisme » (2018) ainsi que son ouvrage « L’islam, une religion française » (Gallimard, 2018) ont bénéficié d’une large couverture médiatique. Son analyse et ses propositions ne sont pas pour déplaire au ministère de l’Intérieur en charge des cultes. Mais les acteurs historiques de l’islam en France tire à boulets rouges sur lui. Son idée phare : la création d’une Association musulmane pour l’islam de France (AMIF), destinée à récolter des fonds pour financer le culte. Hakim El Karoui livre dans une longue interview accordée à Saphirnews les principes de fonctionnement et de gestion qu’il envisage pour l’AMIF. En associant les Français « musulmans et républicains » et grâce à l’argent récolté dont le montant minimal est estimé par l'essayiste…

Par Samba Doucouré et Huê Trinh Nguyen, le 02/10/2018

Consultation initiée par Marwan Muhammad : des chiffres... et des luttes

L’Institut du monde arabe accueillait, dimanche 30 septembre, la restitution de la Consultation des musulmans initiée par Marwan Muhammad. Cette initiative vise à inscrire un nouveau rapport de force dans l’organisation de l’islam de France. L’islam de France est un concept sujet à diverses controverses. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a connu un mois de septembre chargé. Après le rapport de l’Institut Montaigne, les rendez-vous institutionnels préfectoraux des Assises territoriales et le colloque du CFCM dans les murs du Sénat, l’heure est à la Consultation des musulmans. Le projet, lancé par l’ancien directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) Marwan Muhammad, a consisté à recueillir l’avis des musulmans, du 10 mai au 20 juin, sur les enjeux de leur présence en France essentiellement via une plateforme Internet, puis par des débats organisés dans 57 mosquées de France. C’est devant une salle comble de plus de 200…

Par Huê Trinh Nguyên, le 26/09/2018

Organisation de l’islam de France : quelles sont les parties prenantes ?

Le calendrier s’accélère. Mardi 25 septembre, le ministre de l’Intérieur en charge des cultes Gérard Collomb a convié lors d’un déjeuner de travail le Conseil français du culte musulman. Objectif : faire le point sur les propositions du CFCM quant à la structuration de l’islam en France. L’instance, vieille de 15 ans, entend montrer haut et fort qu’elle reste incontournable. Car d’autres voix s’élèvent et leur activisme a de quoi chambouler la donne. À quelle sauce les musulmans seront-ils mangés ? C’est tout du moins la question qui flotte en observant la fébrilité avec laquelle les uns et les autres font montre de soudain activisme sur la question de l’organisation de l’islam. L’effet Macron sans doute.

Par Hanan Ben Rhouma et Huê Trinh Nguyên, le 25/09/2018

Un Congrès des musulmans de France à la mi-novembre annoncé par le CFCM

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) et les fédérations musulmanes de France ont annoncé, lundi 24 septembre, la tenue d’un « Congrès des musulmans de France » pour la mi-novembre, à Paris, « dans la perspective d’organiser le culte musulman par eux-mêmes et pour eux-mêmes ». Cette annonce intervient trois jours après un colloque organisé au Sénat par le CFCM et la veille d’un déjeuner de travail avec le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. Durant ce colloque, le CFCM avait présenté l’Association pour le financement et le soutien au culte musulman (AFSCM), une structure concurrente d’une AMIF souhaitée par l’essayiste Hakim El Karoui et qui semble avoir la faveur des pouvoirs publics. Rappelant son attachement à la laïcité, mais « une laïcité pour tous, sans ingérence de l’État », comme cela a été martelé à maintes reprises durant le colloque, le CFCM veut, à travers le prochain Congrès des musulmans de France, montrer son…

Par Samba Doucouré, le 24/09/2018

Au Sénat, le CFCM veut réaffirmer son leadership

Régulièrement décrié pour son manque de représentativité et son immobilisme, le Conseil français du culte musulman a organisé un colloque vendredi 21 septembre au Sénat. L’occasion pour l’organisme de présenter ses travaux et ses perspectives à venir. Douze jours après la parution d’un nouveau rapport de l’Institut Montaigne portant sur l’islamisme (et incidemment sur l’organisation de l’islam de France dans sa conclusion), le colloque du Conseil français du culte musulman, intitulé « L’islam en France : bilan et perspectives », ne pouvait mieux tomber. Dans les murs du palais du Luxembourg (Sénat), le CFCM, en partie délégitimé par la publication du think-tank, en a profité pour remettre les points sur les i. Les sénateurs André Reichardt et Nathalie Goulet, auteurs d’un rapport sur la place, l’organisation et le financement de l’islam de France, publié en 2016, ont modéré les débats. Ils ont montré, eux aussi, leur agacement à la…

Par Huê Trinh Nguyên, le 21/09/2018

Assises de l’islam : les musulmans du terrain à l’appel des préfets

Durant la première quinzaine de septembre, recteurs de mosquée, imams, responsables associatifs du culte musulman et acteurs engagés dans l’interreligieux et le culturel ont été conviés à participer aux assises territoriales de l’islam de France. Objectif : faire part aux représentants de l'État du diagnostic qu’ils portent sur l’organisation de la deuxième religion de France. Et surtout faire montre de leur force de propositions s’agissant de la gouvernance et du financement du culte musulman. L’heure a sonné. Avant le 15 septembre, tous les préfets devaient avoir organisé les Assises territoriales de l’islam de France, sur injonction du ministère de l’Intérieur. La feuille de route était claire : il s’agit d’« aborder les thèmes de la représentation institutionnelle de l’islam de France, de la gouvernance des lieux de culte, du financement du culte et de la formation des ministres du culte ». Le 25 juin, Gérard Collomb leur avait ordonné,…

Par Samba Doucouré, le 12/09/2018

Le préfet de Paris à la rencontre d'imams franciliens en formation au français

A quelques jours des Assises territoriales de l’islam de France à Paris et en Seine-Saint-Denis, le préfet de Paris Michel Cadot a souhaité aller à la rencontre d’imams franciliens. Il s’est rendu jeudi 6 septembre à l'Institut Hozes, qui organise depuis 2015 des formations en français pour les imams. Un face-à-face concret et sans faux-semblants, voilà en résumé comment on pourrait qualifier la rencontre organisée entre le préfet de Paris Michel Cadot et les membres de l’Institut Hozes jeudi 6 septembre, à Saint-Denis. Durant un peu plus d’une heure, le haut fonctionnaire représentant de l'Etat a questionné et écouté attentivement ses interlocuteurs. « Je voulais voir par moi-même comment concrètement les choses se passaient et réfléchir avec eux à ce que nous pouvons améliorer dans notre région et dans notre pays sur la formation des imams », témoigne-t-il. Yacine Hilmi est à l’origine de l’ouverture de la formation en français dispensée…

Par Hanan Ben Rhouma, le 10/09/2018

1440, la nouvelle année musulmane est arrivée

La nouvelle année 1440 du calendrier musulman débute cette année mardi 11 septembre 2018. Ce 1er jour du Muharram est de nouveau célébrée à la même période que Rosh Hashana, le nouvel an juif 5779. 1439 fini, voici venu 1440. La nouvelle année du calendrier musulman est fixée cette année au mardi 11 septembre, correspondant au 1er jour du Muharram, un des quatre mois islamiques sacrés, ont annoncé l'Arabie Saoudite et plusieurs pays musulmans. Le Conseil français du culte français (CFCM) devrait, en conséquence, faire une annonce similaire. Une date qui rappelle l’épisode de l’émigration (Hégire) du Prophète Muhammad et de ses proches compagnons de La Mecque vers Médine en l’an 622 de l’ère chrétienne. « Cet événement historique doit nous rappeler le grand élan de solidarité et de générosité qui a permis aux migrants mecquois de trouver, auprès de leurs frères et sœurs médinois, refuge, réconfort et respect de leur dignité », rappelle…

Par Hanan Ben Rhouma, le 30/08/2018

Quand la France organisait le Hajj : asseoir sa « légitimité aux yeux des musulmans de l’empire » (2/2)

Il fut un temps où la France organisait le grand pèlerinage à La Mecque. Une époque pas si lointaine que raconte auprès de Saphirnews l’historien Luc Chantre, chercheur au Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Koweït et auteur de l’ouvrage « Pèlerinages d’empire », à paraître en septembre 2018 aux Editions de la Sorbonne. Dans cette seconde partie de l'interview, Luc Chantre explique l'apogée de l’organisation du hajj avant que la montée des nationalismes et le processus de décolonisation mettent un coup d'arrêt à cette gestion coloniale. Lire la première partie de l'interview : Quand la France organisait le Hajj : face à la contestation de la tutelle coloniale, « montrer qu’elle n’est pas hostile à l’islam » (1/2)

Par Hanan Ben Rhouma, le 28/08/2018

Quand la France organisait le Hajj : face à la contestation de la tutelle coloniale, « montrer qu’elle n’est pas hostile à l’islam » (1/2)

Il fut un temps où la France organisait le grand pèlerinage à La Mecque. Une époque pas si lointaine que raconte auprès de Saphirnews l’historien Luc Chantre, chercheur au Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Koweït et auteur de l’ouvrage « Pèlerinages d’empire », à paraître en septembre 2018 aux Editions de la Sorbonne. Dans cette première partie d'une interview passionnante, Luc Chantre explique les débuts de l’ingérence française dans les affaires du hajj, la manière dont elle gérait l’organisation de ce pilier et les bénéfices que celle-ci pouvait apporter au pouvoir colonial.

Par Hanan Ben Rhouma, le 13/08/2018

Quand la France organisait le Hajj : zoom sur un reportage de 1946 et ses dessous (vidéo)

Il fut un temps où la France s’immisçait dans l'organisation du grand pèlerinage dans ses colonies comme en témoigne une des archives de l’Institut national de l'audiovisuel (INA) vieille de plus de 70 ans que Saphirnews vous fait découvrir. Pour l’historien Luc Chantre qui a consacré sa thèse sur le pèlerinage à La Mecque à l’époque coloniale, la France « a réussi à bâtir une véritable culture coloniale du Hajj ». Explications. A l'approche du Hajj, et alors que des millions de musulmans du monde entier convergent vers la terre sacrée de La Mecque pour accomplir l’un des cinq piliers de l’islam, des archives viennent nous rappeler d'une époque où la France organisait le grand pèlerinage pour ses « sujets » vivant dans ses anciennes colonies d'Afrique. Lire aussi : La date de l'Aïd al-Adha 2018 est connue Un reportage produit par Les Actualités Françaises, une émission diffusée dans les cinémas, et intitulé « Aux lieux saints de l’islam »…

Par Saphirnews, le 12/08/2018

La date de l'Aïd al-Adha 2018 est connue

L'Arabie Saoudite a annoncé dans la soirée du samedi 11 août que le premier jour du mois de Dhul-Hijjah durant lequel est organisé le grand pélerinage (Hajj) est fixé au dimanche 12 août. En conséquence, la date de l'Aïd al-Adha (ou Aïd el-Kébir), au 10e jour de Dhul-Hijjah, est fixée au mardi 21 août, le jour suivant le jour d'Arafat pour les pèlerins à La Mecque lors duquel le jeûne est recommandé. Cette année, point de divergence avec la Turquie, partisane des calculs astronomiques, qui a annoncé la date du 21 août comme date de l'Aïd al-Adha. En revanche, d'autres pays ont annoncé que le 1er jour du mois de Dhul-Hijjah correspond au lundi 13 août, fixant ainsi l'Aïd Al Adha au mercredi 22 août 2018. C'est le cas du Pakistan, de la Malaisie ou encore de l'Indonésie. Le Maroc, contrairement à l'Algérie et à la Tunisie, a également fait une annonce similaire dans la soirée du dimanche 12 août. Lire aussi : Aïd al-Adha 2018 : le CTMF exprime sa…

Par Nathalie Ritzmann, le 30/07/2018

Le franciscain et le soufi : l'esprit de la rencontre entre Saint François d'Assise et le sultan Al-Kâmil vivant

Dans son film Le franciscain et le soufi, Manoël Pénicaud donne la parole au frère franciscain Gwénolé Jeusset qui a passé une dizaine d'années à Istanbul. Spécialiste de la rencontre entre Saint François d'Assise et le sultan Al-Kâmil, neveu de Saladin, en 1219, ce prêtre français d'origine bretonne, qui a passé une bonne partie de sa vie de chrétien au contact avec l'islam, s'est rapproché, durant son séjour en Turquie, d'un groupe de mevlevi (derviches tourneurs) et plus particulièrement de Nail Kesova, le cheikh à la tête de celui-ci. C’est ensemble qu’ils se sont rendus sur la tombe de Rumi à Konya (Turquie) en mai 2014, puis à Assise (Italie) avec d'autres frères franciscains d'Istanbul et derviches du groupe de Nail Dede en avril 2015 pour se recueillir sur la tombe de Saint François. Le film de Manoël Pénicaud, d'une durée de 9 min 30, comporte des images du réalisateur ainsi que des séquences que j'ai tournées en octobre 2017 en l'église…

Par Hanan Ben Rhouma, le 28/07/2018

Aïd al-Adha 2018 : le CTMF exprime sa divergence face à la décision d'AVS de ne pas certifier de moutons

Après la décision de l’agence AVS de ne pas certifier halal les agneaux cette année en vue de l’Aïd al-Adha, le Conseil théologique musulman de France (CTMF) a décidé de sortir du bois un mois après l’annonce afin d'exprimer sa divergence de vue sur le sujet. Pour rappel, AVS a décidé de ne pas assurer de mission de certification des ovins en France pour l'Aïd al-Adha au motif que ces derniers ont de fortes chances de ne pas remplir le critère légal de l'âge minimal pour une bête destinée à l'abattage rituel, à savoir six mois et plus pour les ovins, deux ans et plus pour les bovins, les caprins et les camélidés.

Par Hanan Ben Rhouma, le 18/07/2018

Financement du culte musulman : la Grande Mosquée de Lyon s'oppose au CFCM

L'Association pour le financement et le soutien du culte musulman (AFSCM) annoncée par le Conseil français du culte musulman (CFCM) ne remporte pas du tout l'adhésion de la Grande Mosquée de Lyon, qui a décidé de le faire savoir haut et fort, sans ménagement. La Grande Mosquée de Lyon veut faire entendre sa voix dans la restructuration de l’islam de France. Elle fait savoir haut et fort qu’elle refuse d'adhérer à la nouvelle Association pour le financement et le soutien au culte musulman (AFSCM), annoncée le 7 juillet sous l'égide du Conseil français du culte musulman (CFCM), en dépit d’une place de membre assurée pour Lyon dans la future structure. Plus encore, elle appelle « l’ensemble des institutions musulmanes à la rejeter ».