UneNewsSociétéPolitiqueReligionsEconomieMédiasLa Casa del Hikma
Par Lina Farelli

Elections européennes : les listes d’extrême droite et les Verts mettent fin au bipartisme

Un nouveau paysage politique se dessine au Parlement européen après les élections organisées du 23 au 26 mai à travers les 28 Etats membres de l’Unions européenne. Avec un taux de participation bien plus élevé en France que ce qui avait été craint (50,1 %),* la liste du Rassemblement national (RN, ex-FN) menée par Jordan Bardella a caracolé en tête du scrutin avec 23,3 % des voix, contre 22,4 % pour la liste de la majorité présidentielle (LREM-Modem) menée par Nathalie Loiseau. Le RN intégrera donc l’hémicycle avec 22 eurodéputés, renforçant ainsi le groupe Europe des nations et des libertés (ENL) rassemblant depuis 2015 plusieurs formations d’extrême droite au Parlement européen. Les territoires d'Outre-mer ne sont pas épargnés par la montée de l'extrême droite. A Mayotte, La Réunion ou encore en Guyane, le RN est même arrivé en tête avec respectivement 45,5 %, 31,2 % et 27,5 % des suffrages. Dans le même temps, ces territoires sont marquées par…

Par Hanan Ben Rhouma

Elections européennes : l'appel du CFCM aux musulmans contre « le jeûne du vote »

Les élections européennes se sont invitées aux tables de l'iftar organisé jeudi 23 mai par la fédération turque du CCMTF présidée par Ahmet Ogras. A quelques jours du scrutin, le Conseil français du culte musulman (CFCM) qu'il préside a lancé un appel à la mobilisation de tous les citoyens, y compris musulmans, pour faire barrage aux listes d'extrême droite. Pour la 7e année consécutive, les locaux du Ditib, l’Union des affaires culturelles turco-islamiques, à Bagnolet, ont accueilli, jeudi 23 mai, l'iftar annuel du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF). Un dîner de rupture du jeûne du Ramadan présidé par Ahmet Ogras dont le mandat en tant que président du Conseil français du culte musulman (CFCM) s'achève le 30 juin. Au cœur de son bref discours : les élections européennes, appelées à se tenir en France dimanche 26 mai et auxquelles Ahmet Ogras appelle à participer, à l'heure où les observateurs craignent un fort taux…

Par Linda Lefebvre

L’extrême droite en Europe : des visages multiples pour des risques communs

Du 23 au 26 mai 2019, les citoyens européens sont invités à se rendre aux urnes afin d’élire les députés qui les représenteront au Parlement européen. L’hémicycle, qui a connu une poussée des partis d’extrême droite en 2014 est, de nouveau, confronté au risque populiste. Une tendance européenne qui croît depuis des décennies et qui inquiète, notamment en France. « Est-ce qu’on veut encore construire ensemble l’Europe, même différemment et en améliorant les choses, ou est-ce qu’on veut la déconstruire ou la détruire et revenir au nationalisme ? » A deux semaines des élections européennes prévues le 26 mai en France, Emmanuel Macron a affirmé, jeudi 9 mai depuis la Roumanie, être « prêt à tout » pour empêcher la liste du Rassemblement national (RN) d’arriver en tête du scrutin. Un engagement à la hauteur de l'inquiétude que nourrit, sur le sujet, la majorité présidentielle dont la liste se dispute la tête avec celle de l'extrême…

Par Hanan Ben Rhouma

Réforme du CFCM : l’Union des mosquées de France mène la fronde

Les nouveaux statuts adoptés par le Conseil français du culte musulman (CFCM) ne sont pas pour plaire à l’Union des mosquées de France (UMF), présidée par Mohammed Moussaoui. Sa fédération, qui a choisi de boycotter l’assemblée générale extraordinaire dimanche 7 avril, a décidé, avec plusieurs grandes mosquées, de s’attaquer ouvertement au CFCM et à son projet de réforme. La réaction de l’instance ne s’est pas faite attendre. Au lendemain de l’adoption des nouveaux statuts du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France (UMF), monte au créneau contre l’institution qu’il a présidé entre 2008 et 2013. Une institution dont sa fédération n’est officiellement pas membre statutaire. Lire aussi : Une réforme des statuts du CFCM adoptée dans la difficulté Dans une tribune publiée mardi 9 avril sur Saphirnews, initiée par l’UMF et signée par la Fédération nationale des musulmans…

Par Hanan Ben Rhouma

Une réforme des statuts du CFCM adoptée dans la difficulté

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui se prépare à de nouvelles élections après six ans de mandat, a adopté, dimanche 7 avril, une réforme de ses statuts avec peu de changements fondamentaux au rendez-vous. Il était attendu du Conseil français du culte musulman (CFCM) une réforme en profondeur de son fonctionnement. A l’issue de son assemblée générale extraordinaire tenue dimanche 7 avril, c’est une réforme a minima des statuts qui a été adoptée en vue des prochaines élections (voir encadré), après d'âpres tractations. Les grandes fédérations historiques continuent de garder la main sur le CFCM avec 45 de leurs représentants désignés au conseil d’administration, soit la moitié des 90 sièges. Les 45 autres sièges seront occupés par des représentants des Conseils régionaux du culte musulman (CRCM), issus des prochaines élections.

Par Hanan Ben Rhouma

La renaissance en grande pompe du Conseil des institutions musulmanes des Yvelines

Le Conseil des institutions musulmanes des Yvelines (CIMY) existe depuis 2015. Après une période de crise interne qui a paralysée son fonctionnement, l’association s’est restructurée. Pour marquer sa renaissance, elle a organisé une grande réception, jeudi 25 mars, à Saint-Germain-en-Laye en présence de plusieurs personnalités politiques régionales et locales. Le Conseil des institutions musulmanes des Yvelines (CIMY) a mis les petits plats dans les grands. L’association, qui regroupe plusieurs mosquées importantes du département, a organisé, jeudi 25 mars, sa première réception annuelle dans un salon prestigieux de l’hôtel Le Pavillon Henri VI à Saint-Germain-en-Laye. Autour du CIMY, et dans une ambiance détendue, se sont retrouvés une centaine de convives parmi lesquels la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, celui du conseil départemental Pierre Bédier, le préfet des Yvelines Jean-Jacques Brot, des députés, sénateurs, maires…

Par Amara Bamba

L’Union des démocrates musulmans français au défi des élections européennes

C’est une première pour l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Ce jeune parti, qui s’est fait remarquer aux élections municipales de 2014 dans une alliance victorieuse, à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avec l’Union des démocrates indépendants (UDI), il a joué les trouble-fêtes durant les départementales de 2015. Mais aux élections européennes prévues le 26 mai prochain en France, l’UDMF compte s’affirmer en lançant sa liste « Une Europe au service des peuples ». La grande salle de la Mairie de Vaulx-en-Velin, dans le Rhône, a accueilli, samedi 2 mars, le meeting de lancement de la campagne européenne de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). Pour Nagib Azergui, président du parti, le citoyen français mérite une offre politique plus riche pour une Europe sociale et morale. « Une Europe des peuples face à cette Europe qui assiste impuissante à la montée des mouvements identitaires », indique-il à Saphirnews. Avec un scrutin…

Par Hanan Ben Rhouma

Au dîner du CRIF, Macron en marche pour intégrer l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme

Critiquer Israël sera-t-il toujours possible demain en France, sans entrave et sans que le chantage à l'antisémitisme ne pèse sur les défenseurs des droits des Palestiniens ? L’intégration de l’antisionisme dans la définition de l’antisémitisme est en marche en France. C’est l’annonce phare faite par Emmanuel Macron au dîner annuel du CRIF, organisé mercredi 20 février au lendemain des grandes manifestations contre les actes antisémites, en progression dans le pays. La confusion entretenue entre ce qui relève d'une opinion politique et ce qui relève du délit - le racisme en l'occurrence - inquiète. « Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une bonne solution. » Voici ce que faisait valoir le président de la République Emmanuel Macron, mardi 19 février, en réponse aux députés envisageant de proposer une loi pénalisant l’antisionisme. A l’aune de son discours prononcé mercredi 20 février au dîner annuel du Conseil représentatif des…

Par Lina Farelli

Face à l'antisémitisme, Emmanuel Macron s'oppose à une pénalisation de l'antisionisme

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que le député LREM Sylvain Maillard, qui souhaitait proposer avec le groupe d’étude parlementaire sur l’antisémitisme un projet de pénalisation de l’antisionisme, ait un retour du chef de l'Etat sur la delicate question.* Emmanuel Macron, qui avait confondu antisionisme et antisémitisme une fois publiquement en 2017, a, cette fois, aussitôt recadré le débat, mardi 19 février. « Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une bonne solution », a plaidé le président de la République, en marge d’une conférence conjointe donnée par Emmanuel Macron et son homologue géorgienne Salomé Zourabichvili. Estimant que « ceux qui aujourd’hui dans le discours veulent la disparition d’Israël sont ceux qui veulent s’attaquer aux juifs », Emmanuel Macron a soulevé que, « dans le détail, la condamnation pénale de l’antisionisme pose d’autres problèmes ». C’est en sens qu’il a suggéré de « faire…

Par Benjamin Andria

Assimiler l’antisionisme à l'antisémitisme : la dangereuse voie vers une pénalisation dénoncée

Les insultes dont l’académicien Alain Finkielkraut a été la cible en marge d’une manifestation des gilets jaunes samedi 16 février ont soulevé une vague d’indignation unanime dans la classe politique, qui a dénoncé dans son ensemble la résurgence d’un antisémitisme crasse déguisée en antisionisme. Dans la foulée, le député LREM Sylvain Maillard a annoncé sa volonté de réunir le groupe d’étude parlementaire sur l’antisémitisme mardi 19 février en vue de déposer une résolution, voire même une proposition de loi reconnaissant l’antisionisme comme antisémitisme. Une mesure soutenue par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), un soutien invétéré d'Israël qui organise son dîner annuel mercredi 19 février. Aux yeux de la ministre de la Justice Nicole Belloubet, « il faut faire attention à ce que l’on veut condamner » mais la question « mérite un débat au Parlement ».*

Par Hanan Ben Rhouma

Grand débat national : l'appel de Christophe Castaner à la participation des musulmans (vidéo)

Christophe Castaner a été reçu, mercredi 23 janvier, par le Conseil français du culte musulman (CFCM) au sein de la Grande Mosquée de Paris. Le ministre de l’Intérieur, préoccupé comme le gouvernement par le mouvement des gilets jaunes, n'a pas manqué d’avoir un mot dessus pour conclure son discours. « Je compte sur vous pour peser sur les débats qui traversent la société française. Le grand débat national s’ouvre. Vous y avez toute votre place comme citoyens musulmans, toute votre place comme citoyens français. (...) Emparez-vous aussi de ce débat », plaide-t-il, comme en témoigne les images capturées par Saphirnews de ce moment. Lire aussi : Aux vœux du CFCM, Christophe Castaner plaide pour des « représentants puissants » du culte musulman

Par Hanan Ben Rhouma

Aux vœux du CFCM, Christophe Castaner plaide pour des « représentants puissants » du culte musulman

2019 est pour le CFCM une année pleine de défis. L’instance, qui doit urgemment se réformer, a organisé, mercredi 23 janvier, une cérémonie de vœux à la Grande Mosquée de Paris à laquelle s’est joint le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. « Nous avons besoin d'avoir des représentants puissants » du culte musulman, a-t-il fait savoir à cette occasion. « Vous êtes ici dans la maison de l'islam de France. » C’est par ces mots que Dalil Boubakeur choisit d’accueillir son hôte de marque, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nunez, mercredi 23 janvier, à la Grande Mosquée de Paris, là même où a été inaugurée une exposition sur l’engagement historique des soldats musulmans pour la France. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) y a organisé une cérémonie de vœux, une première sous cette forme pour l’institution, en présence de nombreuses personnalités à l’instar de…

Par Saphirnews

Gilets jaunes : ce que dit Macron dans sa lettre aux Français qui annonce le grand débat national

Face à la contestation des gilets jaunes démarrée depuis le mois de novembre 2018, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de prendre la plume pour écrire une lettre aux Français. Il annonce ainsi le lancement du grand débat national, du 15 janvier au 15 mars, durant lequel quatre grands thèmes, « qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation », seront abordés : « la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté ». Si aucune question ne sera « interdite », indique-t-il, il martèle son exigence de ne pas revenir sur la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF), figurant parmi les grandes revendications des gilets jaunes. La lettre, diffusée par voie de presse dimanche 13 janvier et dans laquelle une trentaine de questions sont posées, est reproduite sur Saphirnews. Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes, Dans une…

Par Hanan Ben Rhouma

Loi 1905 : en plein chantier sur la réforme, le CFCM reçu à l’Elysée, sorti « rassuré » par Macron

Les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont été reçus à l'Elysée dans la matinée du lundi 7 janvier. Le président de l'instance Ahmet Ogras et son vice-président Anouar Kbibech font le point sur cette rencontre durant laquelle le projet de réforme de la loi de 1905 a occupé les discussions. Annoncée au second semestre de 2018 en marge de la restructuration de l’organisation de l’islam de France soutenue par Emmanuel Macron, la réforme de la loi de 1905 figure parmi les chantiers phares de l’exécutif pour l’année 2019. Encore faut-il l’assentiment de tous les représentants des cultes avec lesquels l’Elysée a prévu, à l’agenda, une rencontre jeudi 10 janvier. C’est tout de même le culte musulman que le président de la République a choisi de recevoir le premier en 2019 ce lundi 7 janvier. Une délégation du Conseil français du culte musulman (CFCM), emmenée par son président Ahmet Ogras et accompagné de ses deux…

Par Hanan Ben Rhouma

Des maires de Seine-Saint-Denis attaquent l'Etat pour « rupture d’égalité »

Ils en ont assez de voir la Seine-Saint-Denis subir depuis des décennies un traitement inégalitaire en matière d'éducation, de sécurité et de justice. Huit mairies de ce département francilien très mal doté ont annoncé, samedi 16 décembre, leur intention de porter plainte contre l'Etat pour « rupture d’égalité républicaine ». Aubervilliers, Bondy, Montreuil, Pré-Saint-Gervais, Romainville, Saint-Denis, L'Île-Saint-Denis, Stains: les maires et leurs adjoints de ces huit villes de Seine-Saint-Denis, avec le soutien de la députée (PCF) Marie-Georges Buffet, ont annoncé, samedi 16 décembre, qu'ils attaquent l’Etat en justice pour « rupture d’égalité républicaine ». Leurs mots d'ordre : « pas d'égalité réelle sans égalité territoriale ! » Ce recours judiciaire, inédit en France, qui va être déposé devant le tribunal administratif d'ici au mois d'avril selon la réponse que formulerai l'Etat à la demande indemnitaire des maires, vise à mettre…

Par Hanan Ben Rhouma

Au congrès du CFCM, les fédérations musulmanes s'efforcent à faire valoir leur légitimité auprès de l'Etat

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) s’est livré, dimanche 9 décembre, à une relative démonstration d'unité et de force dans le débat sur la restructuration de l’islam de France, avec l’objectif affiché d’être l’interlocuteur privilégié – si ce n'est l'unique – de l’Etat sur tous les sujets relatifs au culte musulman. A cette fin, l’instance a organisé son congrès des musulmans de France à l’Institut du monde arabe, à Paris ; un congrès conclu par le ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Christophe Castaner dont le gouvernement est en pleine réflexion pour faire évoluer la loi de 1905 relative à la laïcité. Retour sur les temps forts de ce rassemblement durant lequel quelques contours de la réforme du CFCM ont été dessinés. C’est un auditorium de l’Institut du monde arabe plein – entre 350 et 400 personnes – qui a accueilli le congrès des musulmans de France, organisé sous l’égide du Conseil français du culte…

Par Hanan Ben Rhouma

Allemagne : le ministre de l'Intérieur change de ton envers les musulmans

Le ministre de l’Intérieur allemand Hort Seehofer affirmait, au mois de mars 2018, que « l’islam ne fait pas partie de l’Allemagne » qui « a été façonnée par le christianisme ». La 12e édition de la Conférence islamique (DIK), organisée chaque année à Berlin depuis 2006, a été marquée par un changement de ton de ce membre du gouvernement, en passe de quitter, en janvier 2019, la direction de l’Union chrétienne-sociale (CSU) après l'échec subi lors des dernières élections organisées en octobre en Bavière. Il a déclaré, mercredi 28 novembre, que « les musulmans font partie intégrante de l’Allemagne ». Pour lui, les musulmans « ont les mêmes droits et devoirs que tous les citoyens de ce pays ». Il ne pourrait y avoir « de doute raisonnable » sur ce sujet, a poursuivi Hort Seehofer. La Conférence islamique a aussi été marquée par une forte présence de personnalités musulmanes indépendantes de fédérations et d'associations pour discuter…

Par Hanan Ben Rhouma

Congrès du CFCM, loi 1905... ce qu'il faut retenir des échanges entre le CFCM et Christophe Castaner

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a choisi de reporter son congrès des musulmans au 8 décembre, date à laquelle le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a confirmé sa présence lors d'une rencontre organisée Place Beauvau jeudi 22 novembre au soir avec la direction de l'instance musulmane. Mise à jour jeudi 29 novembre : Le CFCM décale la date de son congrès des musulmans Le congrès devait initialement se tenir dimanche 25 novembre à l’Institut du monde arabe (IMA) mais ce fut l’absence au programme du ministre également chargé des Cultes qui a fini par convaincre la direction du CFCM d’organiser l’événement ultérieurement. Un report sans lien, nous assure-t-on, avec Hakim El Karoui. Car les critiques régulièrement lancées contre l'essayiste n’ont en rien entamé la détermination de ce dernier à vouloir créer l’Association musulmane pour l’islam de France (AMIF). Il entend en effet réunir dimanche 25 novembre, à Paris, des acteurs…

Par Hanan Ben Rhouma

Les maires mieux informés des risques de radicalisation dans leurs communes : ce que fixe la circulaire

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a signé, mardi 13 novembre, jour de l’hommage national aux victimes des attentats survenus en 2015 à Paris et à Saint-Denis, une circulaire visant à informer les maires des risques de radicalisation d’agents publics, de particuliers, de lieux de culte ou encore de structures associatives. Que fixe-t-elle ? Mieux informer les maires des risques de radicalisation dans leurs communes, c’est l’objet d’une circulaire qui vient d’être signée par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Une mesure suggérée par le plan national de prévention de la radicalisation dévoilé en février 2018 par le gouvernement français. La circulaire, « adressée à tous les préfets de France pour organiser l’information des maires à tous les niveaux », indique néanmoins que le renforcement des échanges entre acteurs concernés « ne doit pas conduire à systématiser la transmission d'informations nominatives…

Par Lina Farelli

Belgique : un anthropologue dévoile les dessous du parti Islam

À moins d’une semaine des élections communales prévues dimanche 14 octobre en Belgique, un ouvrage consacré au parti Islam vient de paraître chez L’Harmattan cette semaine. Dans Le Parti Islam. Filiations politiques, références et stratégies, l’anthropologue au sein du Centre interdisciplinaire d'études de l'islam dans le monde contemporain (CISMOC) de l’Université catholique de Louvain (UCL) Lionel Remy raconte ses cinq mois passés au sein de ce mouvement. Celui-ci, fondé à Bruxelles en 2012, s’est retrouvé, à diverses reprises ces derniers mois, au cœur de débats autour de son interdiction, après des déclarations polémiques. Après des mois passés à assister, en tant qu’observateur, à des réunions du mouvement et après plusieurs entretiens avec les leaders d’Islam, l’anthropologue n’est pas tendre dans ses conclusions : il met en avant le caractère amateur du parti, qui « semble être un club de pieds nickelés » sur le plan

Par Hanan Ben Rhouma

Ce que Force Républicaine propose contre l'institutionnalisation d'un islam de France et « l'islamisme »

Force Républicaine a rendu public, lundi 17 septembre, un rapport contenant une série de propositions visant à écarter l’institutionnalisation d'un islam de France mais aussi faire reculer « l’islamisme en France ». Le point sur ce que contient le document. Alors que les annonces d’Emmanuel Macron visant à « poser les jalons de toute l’organisation » de l’islam en France se font attendre, Force Républicaine, un groupe de réflexion crée par François Fillon en 2002 et aujourd’hui présidé par le sénateur LR Bruno Retailleau, a rendu public un document exposant 30 propositions pour lutter contre « l’islamisme en France ». Force Républicaine, qui décrit la France comme « le pays européen le plus aux prises avec l’islamisme, qu’il soit djihadiste à travers les multiples attentats sur notre sol depuis 2015, ou uniquement séparatiste avec la communautarisation d’une partie de l’islam », y dénonce « l’illusion dangereuse » qui découlerait du…