Par Pierre Henry

Catherine Wihtol de Wenden : « Les cultures dominantes des pays européens ne sont pas menacées par des contre-cultures issues de l'immigration »

Après être revenu sur l'origine de l’expression « grand remplacement » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po. Spécialiste des migrations internationales, elle est l'auteur de nombreux ouvrages dont le dernier « Atlas des migrations » a été publié en 2021 aux Éditions Autrement. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut de l’expression « grand remplacement »

Par Lionel Lemonier

Une évolution du droit du travail en France favorable aux croyants

Un arrêt de la chambre sociale de la Cour de cassation a récemment modifié, sensiblement, la jurisprudence concernant « le refus d’exécuter une obligation du contrat de travail pour motif religieux ». Détails et explications avec Françoise Curtit, spécialiste en droit des religions. Depuis une décision de la Cour de cassation datée de 1998 et jusqu’au début de 2022, le droit du travail était très clair s’agissant du « refus d’exécuter une obligation du contrat de travail pour motif religieux ». Un salarié ne pouvait pas échapper à ses obligations contractuelles qui primaient sur les obligations religieuses. Une sanction disciplinaire n’était donc pas analysée comme une potentielle discrimination. La seule possibilité de faire reconnaitre ses obligations religieuses pour un croyant était d'avoir fait ajouter une clause spécifique dans son contrat de travail pour indiquer qu’il refusait d’exercer telle ou telle tâche pour raison religieuse. Signé…

Par Pierre Henry

Juliette Méadel : « Face à la défiance à l'égard du système démocratique, élever le niveau du débat public »

Après être revenu sur l'origine du mot « démocratie » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Juliette Méadel est magistrate à la Cour des comptes. Ancienne secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, l’actuelle conseillère municipale de Montrouge a publié aux Éditions de l'Observatoire « Un impérieux besoin d'agir » où elle y raconte son expérience politique. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « démocratie »

Par Hanan Ben Rhouma

Fermeture de la mosquée de Pessac : le Conseil d'Etat rejette le recours du ministère de l'Intérieur

Le recours du ministère de l'Intérieur visant à fermer la mosquée de Pessac a été rejeté, mardi 26 avril, par le Conseil d'Etat, qui a suivi l'avis rendu par le tribunal administratif de Bordeaux. C’est dans la joie que les responsables et les fidèles de la mosquée Al-Farouk de Pessac célèbre la fin du mois du Ramadan 1443. Et pour cause: le lieu de culte girondin a gagné la procédure devant le Conseil d'Etat, a informé son avocat Me Sefen Guez Guez mardi 26 avril. Le recours du ministère de l'Intérieur a ainsi été définitivement rejeté par la plus haute juridiction administrative, qui a examiné le 13 avril le bien-fondé de la fermeture administrative ordonnée par l’Etat via la préfecture de Gironde en mars. La décision avait été contestée devant le tribunal administratif de Bordeaux par le Rassemblement des musulmans de Pessac (RMP). L'association gestionnaire de l'édifice religieux a bien fait puisqu’elle avait obtenu une première fois gain de…

Par Pierre Henry

Amélie Chelly : « Nous sommes bien forcés d'utiliser le pluriel pour considérer les islamismes »

Après être revenu sur l'origine du mot « islamisme » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Amélie Chelly est sociologue, spécialiste de l'Iran et chercheuse associée au Centre d'analyse et d'intervention sociologique (CADIS). Elle est l’auteur de nombreux ouvrages dont le dernier « Dictionnaire des islamismes » publié en novembre 2021 aux éditions du Cerf. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « islamisme »

Par Lina Farelli

« Guerre civile » : vif débat entre Le Pen et Macron autour du voile

A quelques jours du second tour de l'élection présidentielle, la question du voile s'est de nouveau invitée dans le débat public jusqu'à occuper le devant de la scène politico-médiatique au détriment de questions autrement plus prioritaires. Tandis que Marine Le Pen affiche sa volonté ferme d'interdire ce signe religieux dans l'espace public, Emmanuel Macron a réaffirmé les raisons de son opposition totale à cette mesure lors du débat de l'entre-deux tours. Marine Le Pen est décidée à interdire le voile - et aucun autre signe religieux à ce stade - dans l'espace public si elle est élue présidente de la République. Alors que cette mesure discriminatoire fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours, les candidats ont eu l'occasion de revenir dessus au cours du débat de l'entre-deux tours les opposant, mercredi 20 avril, à la télévision. Emmanuel Macron a pointé le risque d'une « guerre civile » si une telle interdiction devait être édictée. « C'est très…

Par Lionel Lemonier

A la manif contre l'extrême droite, les anti-Macron aussi battaient le pavé parisien

Ils ont défilé contre Marine Le Pen, assurément. Mais souvent aussi contre Emmanuel Macron. Au final, impossible de savoir avec certitude si une majorité de manifestants se déplacera pour le second tour de l'élection présidentielle. Retour en slogans et en photos à la manifestation parisienne du samedi 16 avril. A Paris, deux manifestations partaient de la place de la Nation samedi 16 avril. Organisée par la Marche des solidarités et soutenue par une cinquantaine d’associations, syndicats et partis politiques, la première appelait à combattre l’extrême droite et Marine Le Pen. Elle a rassemblé entre 9 200 (source policière) et 40 000 personnes (organisateurs) qui ont arpenté les boulevards pour rejoindre la place de la République. La seconde, séparée de la première par une bonne vingtaine de véhicules de police et des dizaines de CRS armés et casqués, a suivi le même itinéraire à quelques centaines de mètres d’intervalle. Ce cortège a rassemblé une…

Par Pierre Henry

Christian Silianoff : « La confiance avec les gouvernants, abîmée, peut pallier à l’obscurantisme ambiant »

Après être revenu sur l'origine du mot « obscurantisme » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Christian Silianoff est un ancien haut fonctionnaire, spécialiste du philosophe Jürgen Habermas et membre du comité d'honneur de l’association France Fraternités. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « obscurantisme »

Par Pierre Henry

Pour prévenir la radicalisation, « développer toutes les formes de débat démocratique »

Après être revenu sur l'origine du mot « radicalisation » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Jacqueline Costa-Lascoux est sociologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et chercheure associée au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « radicalisation »

Par Pierre Henry

Didier Leschi : « Le souverainisme est plus attaché à l'idée d'une identité culturelle qui a souvent comme corollaire le racisme »

Après être revenu sur l'origine du mot « souverainisme » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Didier Leschi est directeur général de l'Office français de l'immi-gration et de l'intégration (OFII) et président du conseil de direction de l'Institut d’études des religions et de la laïcité (IREL). Son dernier ouvrage, « République ou barbarie » (Cerf, 2021), a été écrit avec Régis Debray et Jean-François Colosimo. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « souverainisme »

Par Lionel Lemonier

Actes antireligieux : un grave phénomène passé au crible, ce qu'il faut retenir du rapport parlementaire

« Les actes antireligieux ne sont pas une violence comme les autres. Ils sont une atteinte à notre modèle républicain. » C’est dans cet esprit que la mission ministérielle de lutte contre les actes antireligieux a rendu public son rapport jeudi 17 mars. Onze propositions ont été formulées pour endiguer un phénomène d’une « gravité croissante ». Confiée aux députés Isabelle Florennes et Ludovic Mendès en décembre 2021, la mission ministérielle de lutte contre les actes antireligieux a rendu ses conclusions à moins d’un mois de l’élection présidentielle. Elle devait contribuer à mieux comprendre le phénomène et à présenter des propositions pour mieux recenser, prévenir et punir. Avec l’absence d’une « qualification pénale autonome » qui englobe l’ensemble des faits antireligieux et complique le recensement, les deux parlementaires ont d’abord tenu à commencer leur rapport par une clarification de ce qu'est un acte antireligieux : « un…

Par Pierre Henry

Jacqueline Costa-Lascoux : face aux populismes, « les démocraties n'ont pas perdu la partie »

Après être revenu sur l'origine du mot « populisme » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Jacqueline Costa-Lascoux est sociologue, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et chercheure associée au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF). A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « populisme »

Par Pierre Henry

Woke : « Il ne devrait pas suffire d'agiter le hochet de l'injustice pour se prévaloir de l'empire du beau, du bon et du bien »

Après être revenu sur l'origine du mot « woke » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Ruben Rabinovitch est psychanalyste et il a publié, en collaboration avec Renaud Large, une note pour la Fondation Jean-Jaurès intitulée « Des hussards noirs de la République à la Chronique des Bridgerton », du nom d’une série Netflix pour adolescents, qui s'intéresse à l'idéologie woke. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « woke »

Par Pierre Henry

Aliocha Lasowski : « La créolisation, c'est une transformation de soi tout en restant soi »

Après être revenu sur l'origine du mot « créolisation » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Aliocha Lasowski est professeur à l'Université catholique de Lille, chercheur en philosophie, et auteur de plusieurs ouvrages dont le plus récent « Édouard Glissant, Déchiffrer le monde », paru aux éditions Bayard, s'intéresse au grand poète antillais qui a notamment repensé le concept de créolisation. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « créolisation »

Par Hanan Ben Rhouma

Lille : l'interdiction des signes religieux pour les avocats en robe confirmée en cassation

La Cour de cassation a tranché : un barreau peut interdire le port des signes religieux pour les avocats en robe. Explications. La Cour de cassation a confirmé, mercredi 2 mars, l'interdiction des signes religieux pour les avocats en robe. Cette décision fait suite au recours déposé par une élève-avocate et son maître de stage, avocat, qui s'opposaient au changement du règlement intérieur imposé en juin 2019 par le conseil de l'ordre du barreau de Lille. Celui-ci avait décidé, par 18 voix pour sur 21, de prohiber formellement le port de tout signe religieux par les avocats en exercice au tribunal après que l'élève avait exigé de prêter serment avec son foulard en fin d'année 2018. « L’avocat ne peut porter avec la robe ni décoration, ni signe manifestant ostensiblement une appartenance ou une opinion religieuse, philosophique, communautaire ou politique », est-il depuis signifié dans le règlement. Un point que les plaignants ont considéré comme une atteinte…

Par Caroline Izambert

Aide médicale d'Etat : l'inévitable politisation d'un dispositif offrant pourtant un double intérêt

L’Aide médicale d’État, dispositif de prise en charge des soins pour les personnes étrangères en situation irrégulière, est au cœur des débats publics depuis plus de 20 ans. Pourtant, un consensus d’experts et de scientifiques existe autour de son intérêt pour la santé publique. Créée en 1999, l’Aide médicale d’État (AME) permet l’accès et la prise en charge des soins dits « de ville », notamment les consultations auprès des médecins libéraux et à l’hôpital, aux personnes étrangères résidentes en situation irrégulière sur le territoire français et pouvant justifier de trois mois de présence. Le panier de soins pris en charge est sensiblement réduit par rapport à celui de la complémentaire santé solidaire (CSS – anciennement CMU‑C). En 2020, environ 383 000 personnes étaient à l’AME et les dépenses s’élevaient à 878 millions, soit moins de 0,5 % des dépenses totales de santé en France (DREES). Financée sur le budget de…

Par Lionel Lemonier

Une expo découverte des mosaïques de la spiritualité sur la route de la soie

Consacrée aux religions installées tout le long de la route de la soie, l’exposition photographique « Les mosaïques de la Spiritualité » sera ouverte au public du 7 mars au 3 avril à Briançon, dans les Hautes-Alpes. Une initiative qui en amène d'autres dans l'optique de « développer la tolérance entre les Hommes ». « Je suis chrétien, mais je suis aussi très intéressé par les autres religions. » De ses cinq années de voyage en Orient et en Extrême-Orient, Florent Grascia a ramené des milliers de photos. Une centaine d’entre elles constituent l’exposition qu’il présente dans l’église Saint Catherine de Briançon à partir du lundi 7 mars. Chrétiens, juifs, musulmans, hindouistes, bouddhistes, sikhs ou zoroastriens, les croyants ne manquent pas dans les pays traversés par les routes de la soie. Cette expression désigne les itinéraires commerciaux entre la Chine et l’Orient méditerranéen. Ces itinéraires ont monopolisé les échanges Est-Ouest…

Par Pierre Henry

Tareq Oubrou : contre l’islamophobie, « rendre visible une certaine intelligence qui permet le dialogue »

Après être revenu sur l'origine du mot « islamophobie » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Tareq Oubrou est un théologien, imam de la mosquée de Bordeaux, et essayiste, dont le dernier essai « Quelle place pour l'islam dans la République ? », aux Editions First, propose une réflexion éclairée sur l'islam et sur les questions soulevées dans le débat politique actuel. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « islamophobie »

Par Pierre Henry

Patrick Klugman : avec Eric Zemmour, « une réécriture par l'extrême droite de l'histoire républicaine »

Après être revenu sur l'origine du mot « antisémitisme » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Patrick Klugman est avocat au barreau de Paris. Il fut également adjoint à la mairie de Paris, chargé des Relations internationales et de la Francophonie. Il s'est notamment illustré en défendant les parties civiles lors des procès des attentats commis par Mohamed Merah contre l'école juive Ozar Hatorah en 2012 et celui commis contre l'Hyper Casher en 2015. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « antisemitisme »

Par Pierre Henry

Saphia Aït Ouarabi : « Le combat du concept de race » comme fil rouge de l’antiracisme

Après être revenu sur l'origine du mot « racisme » et sa balade dans l'actualité, un intervenant nous aide à y voir encore plus clair. Saphia Aït Ouarabi, étudiante en sciences politiques à l'international à l'Université Paris-Est de Créteil, est l'actuelle vice-présidente de l'association SOS Racisme. A lire aussi, Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « racisme »

Par Lina Farelli

La préfecture de police de Paris interdit une manif des Hijabeuses, la justice lui donne tort

Le tribunal administratif de Paris a donné raison, mercredi 9 janvier, aux Hijabeuses dont la manifestation pour soutenir le droit des femmes à participer à des compétitions sportives avait été interdite par la préfecture de police. Pour les Hijabeuses et leurs soutiens, la décision prise mardi 8 février par la préfecture de police de Paris d’interdire leur manifestation consterne, les raisons avancées plus encore. Le collectif, qui milite le droit pour les femmes de pouvoir participer à des comptétitions sportives avec le voile, avait prévu de faire un match de football mercredi 9 février sur l’esplanade des Invalides. Le choix du lieu n’était pas anodin puisque la mobilisation devait se tenir devant l’Assemblée nationale, qui examine la proposition de loi visant à « démocratiser le sport ». Celle-ci avait été entachée d’un débat en janvier au Sénat qui avait abouti à l’adoption d’un amendement interdisant le port des signes religieux pour tous…