Rola : « Est-ce qu’Allah va m’en vouloir ? »

Rola : « Est-ce qu’Allah va m’en vouloir ? »

Par Lalla Chams En Nour, le 09/04/2022

Je vous écris car je ne sais pas quoi penser. Je suis musulmane de naissance, et pratiquante. Je me suis mariée en 2020 avec une personne que je fréquentais depuis six ans.

Pendant six ans, je lui ai parlé de l’islam, j’avais l’espoir et la patience d’attendre sa conversion pour pouvoir me marier et m’installer avec lui. Ça a été dur car c’est quelqu’un qui s’arrête sur tous les détails. Il a dans un premier temps cherché à trouver la « faille » de la religion sauf qu’avec le temps, il s’est rendu compte de la grandeur et de la puissance d’Allah. Il s’est donc converti début 2020, on s’est mariés puis installés quelques mois après.

Depuis il ne pratique pas du tout la religion, il ne s’y intéresse pas, il dit ne pas avoir le temps pour le moment car il a beaucoup de travail. Quand je lui fais des rappels, il me dit que j’ai raison et qu’il devrait s’y mettre mais ne fait absolument aucun effort... Parfois, il peut mal réagir et m’envoyer balader quand je parle de l’islam.

Je n’ose plus lui en parler car il peut me dire que, pour moi, c’est facile car je suis dedans depuis ma naissance contrairement à lui. Je comprends mais pourquoi s’est-il converti ? Un converti à l’islam a normalement l’envie d’apprendre la religion dans laquelle il vient d’entrer, non ? A moins qu’il soit hypocrite ?

Ma question est : est-ce-qu'Allah va m’en vouloir de m’être mariée avec une personne qui n’avait peut-être pas une foi sincère ? Est-ce qu'Allah va m’en vouloir d’avoir pensé à moi et d’avoir voulu un mari musulman pour que je puisse me marier avec sans forcément creuser à savoir s’il était sincère ? Dois- je continuer ma vie avec cette personne ?

Lalla Chams En Nour, psychanalyste

Chère Rola,

Pour être franche, votre lettre m’embarrasse, pardonnez ma franchise. Vous vous êtes connus six années avant de vous décider à vous marier. Six années, cela permet d’apprendre à connaître à qui l’on a à faire. Or vous avez l’air de découvrir ce que vous appelez son manque de sincérité. Qu’avez-vous échangé pendant ces six ans ?

On peut supposer que cet homme vous aimait assez fort pour accepter d’entrer en islam pour pouvoir vous épouser. C’est là un point important que vous ne pouvez balayer. Vous avez fait ce que vous pouviez, vous avez partagé vos convictions.

A mon avis, peut-être l’avez-vous « fatigué » avec vos remontrances et vos exigences ? Le bel islam, c’est témoigner par son comportement. Si votre propre engagement dans l’islam est sincère et authentique, c’est la meilleure manière de lui faire partager vos convictions, pas en l’accablant de reproches et de leçons de vertu qui ne feront que le décourager. Ce n’est pas votre rôle. Le rapport de chacun à la religion ne regarde que chacun. Peut-être qu’il lui faudra du temps, sachez être patiente.

Quant à votre peur qu’Allah vous punisse de votre décision égoïste, dites-vous en substance, que tout dépend de votre sincérité, de votre intention.

Votre lettre se termine sur une question à laquelle il ne m’appartient pas de répondre. Je peux seulement vous dire que si c’est là une raison de divorcer, elle me paraît bien insuffisante. L’important est que cet homme ait envie de progresser, de s’améliorer, d’assurer ses responsabilités. Le reste est l’affaire de Dieu, qui choisit qui il veut pour le suivre. Remettez-vous en en Son pouvoir. Ce n’est pas le vôtre.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com