SaphirNews.com

Aïd Mabrouk ! Eid Mubarak !

Par Samuel Grzybowski, le 05/06/2019

Aïd Mabrouk ! Eid Mubarak ! Aujourd’hui 5 juin, depuis hier le 4, et jusqu’à demain le 6 : nous célébrons pendant trois jours la « fête du déjeuner », plus connue sous le nom de l'Aïd al-Fitr !

Lire aussi : Fin du Ramadan 2019 : le CFCM officialise la date de l'Aïd al-Fitr en France

Aïd, c’est la fête, en arabe. On comprendra donc qu’il n’y a aucun sens à souhaiter une « bonne fête de l’Aïd ». Autrement dit, si vous dites « bonne fête de l’Aïd » à certains vos amis musulmanes ou musulmans, ils peuvent entendre « bonne fête de la fête ». C’est comme dire « bonne fête de la party » à des anglais ! Bref, ça n’a aucun sens.

On privilégiera donc « bon Aïd », ou pour les experts les plus aguerris, « Aïd Mubarak », soit « Que la fête soit bénie de Dieu » en y ajoutant Mubarak.

Enfin, puisqu'on parle bien de l'Aïd al-Fitr, il nous manque d'expliquer l’autre moitié du titre.

Al-fitr, dérivé du ftour ou iftar, est le fait de rompre le jeûne, en latin littéralement dé-jeûner, donc déjeuner tout simplement. Cet iftar se reproduisait déjà tous les soirs pendant le mois de Ramadan lorsque, la nuit tombée, il est possible de dé-jeûner, c’est-à-dire d'arrêter le jeûne commencé à l’aube. Sauf qu’aujourd’hui et depuis hier, ce dé-jeûnage (si l’on invente le néologisme) n’est pas réservé qu’à la tombée de la nuit mais il est valable tout au long de la journée de cette fête, de cet Aïd.

Le Ramadan comme fil rouge convictionnel des musulmans

L’Aïd al-Fitr, la fête du déjeuner, est très connue en ce sens où elle célèbre la fin du mois de Ramadan, qui est l’une des rares pratiques communes à une immense majorité de musulmans indépendamment de leurs croyances, appartenances, pratiques ou convictions respectives. Comme s’il s’agissait d’un fil rouge convictionnel et culturel qui transcende les divergences au sein de l’immense communauté musulmane, la oumma, soit 1,6 milliard d’être humains !

Il existe dans l’islam un deuxième Aïd, soit une deuxième fête. Et il s’agit bien là des deux seules fêtes religieuses de la deuxième religion du monde. L’autre Aïd, c’est l’Aïd al-Adha, soit la fête du sacrifice, en arabe. Cet Aïd là est aussi surnommé Aïd el-Kébir, soit la grande fête. C’est cet Aïd, al-Adha ou el-Kébir, le grand et celui du sacrifice, qui est surnommé à tort dans les médias et le sens commun la fête du mouton !

Cet Aïd là commémore la tentative de sacrifice d’Ismaël par Abraham, interrompu par Dieu pour sa fidélité. Vous remarquerez qu’il s’agit dans le Coran d'Ismaël, pour un récit identique à celui qui existe dans la Bible. Sauf que pour juifs et chrétiens, il s’agit de son frère Isaac !

Bref. Joyeuse fête à toutes les musulmanes et tous les musulmans. Merci pour votre témoignage de foi dans la fidélité à vos convictions, merci d’être pour nous toutes et tous un visage de la miséricorde, merci pour votre persévérance et votre transformation du cœur par la pratique du jeûne comme moyen de se rapprocher de Lui avec un grand L et donc de la paix la plus profonde en chacun de nous.