Tunisie : une blogueuse en prison pour avoir partagé une « sourate corona » qui parle Covid-19

Tunisie : une blogueuse en prison pour avoir partagé une « sourate corona » qui parle Covid-19

Rédigé le 15/07/2020
Benjamin Andria

Le verdict est tombé mardi 14 juillet. Emna Chargui a été condamnée par le tribunal de première instance de Tunis à six mois de prison ferme pour « incitation à la haine entre les religions » après avoir partagé le 4 mai sur Facebook la parodie d’une sourate du Coran baptisée « Sourate Corona » pour parler du Covid-19 en imitant le style du Coran sans, précisons-le, moquer le Livre saint. Sa peine a été assorti d'une amende de 2 000 dinars (650 €).

Voici traduite la « Sourate Corona » qui a tant fait parler d’elle :

« Covid / Et le virus exterminateur / Ils sont étonnés qu’il leur soit venu de la Chine lointaine / Les mécréants disent que c’est une maladie tenace / Non, mais c’est la mort certaine / Il n’y a point de différence entre les rois et les esclaves / Accrochez-vous à la science et laisser tomber les traditions / Ne sortez pas pour acheter la semoule / Et restez chez vous, car c’est un malheur terrible / Et lavez-vous les mains avec un savon neuf / Ainsi, le grand Jilou (une fausse divinité, ndlr) dit vrai. »

Rien donc de bien méchant dans le fond, d’autant que le texte dont Emna Chargui qui n’est pas l’auteure incite au bout à adopter des mesures barrières pour limiter la propagation du Covid-19. Néanmoins, de nombreux internautes ne l’ont pas vu sous l'œil humoristique, dénonçant violemment le texte jusqu'à finir par attirer ainsi l’attention des autorités.

Amnesty International dénonce

La blogueuse âgée de 27 ans, qui était poursuivie par la justice tunisienne depuis le 5 mai, a été soutenue par plusieurs associations de défense des droits humains dont Amnesty International qui appelait fin mai les autorités tunisiennes à « abandonner immédiatement les poursuites visant Emna Chargui, à enquêter sur les menaces inquiétantes de mort et de viol qu’elle reçoit et à assurer sa protection ».

« J’ai vraiment peur car je n’avais aucune mauvaise intention, je ne pensais pas que cela prendrait une telle ampleur et qu’on en arriverait à des menaces », avait confié la blogueuse à France 24 avant sa condamnation. « Je ne bénéficie d’aucune protection donc j’en suis arrivée au point d’avoir peur pour ma propre vie. Je n’ai plus d’avenir en Tunisie. Je n’y suis plus en sécurité. »

« Les poursuites intentées contre Emna Chargui illustrent une nouvelle fois la manière dont les autorités, malgré les progrès démocratiques enregistrés en Tunisie, continuent de s’appuyer sur des lois répressives pour saper la liberté d’expression », a estimé Amna Guellali, directrice adjointe pour l’Afrique du Nord à Amnesty international.

Mise à jour : Emna Chargui est actuellement libre et compte faire appel du verdict, fait savoir, au lendemain du verdict, Amnesty International, pour qui « cette condamnation est un coup dur pour la liberté d’expression en Tunisie. Elle aura un effet paralysant en dissuadant d’autres personnes d’oser exprimer leurs opinions en ligne ».

Lire aussi :
Covid-19 en Algérie : la barre des 1 000 morts franchie, une situation « alarmante »
Dossier spécial coronavirus : retrouvez tous nos articles sur la pandémie de Covid-19

5