Marseille : une avenue Ibrahim Ali inaugurée, bientôt une journée municipale contre le racisme et pour l'égalité ?

Marseille : une avenue Ibrahim Ali inaugurée, bientôt une journée municipale contre le racisme et pour l'égalité ?

Rédigé le 22/02/2021
Lina Farelli

Le maire de Marseille, Benoît Payan, a officiellement inauguré, dimanche 21 février, une avenue portant le nom d'Ibrahim Ali, tué à l'âge de 17 ans par un militant du Front national le 21 février 1995. « Il fait désormais partie de notre patrimoine commun, de notre identité et de l'histoire de notre ville », a déclaré, face à la famille du jeune homme, l’édile, signifiant avec force que « la ville de Marseille rend justice en honorant un de ses enfants ».

Vingt-six ans après cette tragédie, le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) de la région PACA s’est félicité de cette inauguration. « Nombreuses furent les interpellations directes à l'ancienne équipe municipale et à l'ancien Maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui n'a jamais pris la peine d'accéder aux différentes doléances de ces associations », a souligné l’association, présidée par Nassurdine Haidari, pour qui justice a en partie été faite au travers de cette action.

Cette justice « ne redonnera pas vie au jeune Marseillais (…) mais redonnera probablement sens à un combat, porté par l'ensemble de toutes ces associations qui à Marseille, comme ailleurs luttent contre le racisme et pour l'égalité », indique son président.

Dans ce combat, « il faudra souligner l'abnégation des associations, le courage des ami(e)s, la force et la dignité des familles » ainsi que « la pudeur d'une communauté, ô combien marseillaise, d'origine comorienne (…) qui, avec détermination, a patienté pour qu'un jour ce crime puisse être gravé dans les mémoires et que le nom d'Ibrahim Ali soit apposé sur cette triste avenue », indique le CRAN, qui souhaite que la date du 21 février puisse devenir « une journée municipale contre le racisme et pour l'égalité ».

Lire aussi :
Marseille : 20 ans après le meurtre d'Ibrahim Ali, le difficile combat contre le FN
Ibrahim Ali : voter FN, c'est le tuer une seconde fois