Nîmes : le gérant d'une épicerie condamné pour discrimination envers les femmes voilées

Par Benjamin Andria, le 12/01/2024

PENDANT LE RAMADAN, SOUTENEZ UNE PRESSE INDÉPENDANTE PAR UN DON DÉFISCALISÉ !
Le gérant d’une supérette à Nîmes (Gard) ayant placardé en octobre 2020 une affiche interdisant l’accès aux femmes musulmanes portant le voile après un attentat à la basilique Notre-Dame de Nice a été condamné, jeudi 11 janvier, par le tribunal correctionnel de Nîmes, pour discrimination et refus de vente à trois mois de prison avec sursis et cinq années d’inéligibilité.

L'homme, qui avait été convoqué à son procès qui s'est tenu à huis clos en décembre 2023, a aussi été condamné à verser un euro symbolique de dommages et intérêts aux parties civiles, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et le Conseil français du culte musulman (CFCM).

« Par ce verdict, la justice vient rappeler à tous que la haine et la discrimination n’ont pas leur place dans notre société », a indiqué dans un communiqué l'instance, qui s'est félicité dans un communiqué de cette condamnation.

Lire aussi :
Pays basque : une restauratrice condamnée pour discrimination après avoir refusé l’entrée à une femme voilée
Attentat de Nice : un magasin refuse l'entrée aux femmes voilées, une enquête ouverte pour discrimination