Par Lionel Lemonier

Un petit frère, une plongée sensible dans la vie complexe d'une famille noire immigrée en France

En France, dans les années 1980 et 1990, portrait d'une famille monoparentale originaires des côtes africaines. La maman tente de vivre sa vie malgré les charges familiales qui pèsent sur elle et les difficultés communes aux immigrés sans diplôme. Les deux garçons se construisent dans la solitude et le déracinement. Un film subtil et sensible. Rose est une jeune femme très indépendante et bien dans sa peau. Elle débarque en France après une séparation et s’installe en banlieue parisienne avec ses deux enfants issus de deux lits différents. Autre caractéristique, Rose est Ivoirienne et noire, ce qui n’est pas un détail. Dans son nouveau pays, elle va rapidement trouver du travail comme femme de ménage. Pendant de nombreuses années, elle fera partie de celles et ceux qui seront reconnus, plus tard, comme des « travailleurs de première ligne », tout en vivant sa vie de femme libre. Et, « accessoirement », en éduquant ses deux garçons. Comme la vraie vie, Un…

Par Lionel Lemonier

Dounia et la princesse d’Alep : une histoire d’exil racontée aux enfants

En s’appuyant sur son talent de dessinatrice et les contes et mythes de son pays d’origine, Marya Zarif trouve le moyen d’évoquer la tragédie d’Alep et de la guerre en Syrie, sans effrayer ou traumatiser les petits spectateurs auxquels ce film d’animation est destiné. Une performance pleine de poésie et de magie. C’est l’histoire d’une petite fille, issue d’un mariage heureux, sur laquelle tombe tous les malheurs possibles. La disparition de sa maman, l’emprisonnement de son papa, la guerre, la méchanceté humaine et l’exil. Fort heureusement, elle a la chance d’avoir des grands-parents adorables : sa Téta Mouné, passionnée par la cuisine et les recettes traditionnelles et son papi Jeddo, fidèle à ses traditions mais ayant suffisamment vécu pour avoir accumulé une sagesse et une gaité à toute épreuve. Ils habitent à Alep et Dounia est née six ans avant le démarrage de la guerre civile et l’arrivée de Daesh. Chassés par les bombes et les…

Par Lionel Lemonier

Tirailleurs, une histoire de France vue par des soldats africains qui l’ont écrite pendant la Grande Guerre

Film co-produit par Omar Sy, « Tirailleurs » revient sur la présence des soldats africains dans les tranchées de l'est de la France pendant la Première Guerre mondiale. Un film de guerre intimiste porté par un récit d'amour paternel et qui couvre une histoire encore rarement retracée dans le cinéma français. Tirailleurs est un film historique, un film documentaire aussi en cela qu'il revient sur un aspect de l’histoire de France trop peu enseigné dans les écoles de l’Hexagone. Au nom de la « Mère Patrie », près de 200 000 soldats venus du Sénégal mais aussi de toute l’Afrique de l’Ouest ont combattu dans les tranchées françaises pendant la Grande Guerre. Quelque 30 000 d’entre eux sont morts au combat et beaucoup sont rentrés chez eux blessés ou invalides. Tirailleurs, c’est aussi l’histoire d’un père aimant qui veut protéger son adolescent de fils, incorporé de force dans les troupes coloniales, malgré les dangers encourus. Dans le rôle du…

Par Lionel Lemonier

Nos frangins : l'hommage cinématographique - contesté - rendu à Malik Oussekine et Abdel Benyahia

Avec « Nos Frangins », le réalisateur Rachid Bouchareb revient avec délicatesse sur deux disparitions prématurées qui ont secoué la France des années 1980. Deux personnes tuées par des membres de la police française. Une chronique glaçante sur un passé qui entre en résonance avec la société française d’aujourd’hui où le fonctionnement des forces de l’ordre est toujours sujet à de nombreuses critiques. Mais à quelques jours de sa sortie, le film est ouvertement contesté par la famille d'une des deux victimes. Malik et Abdel, deux jeunes Maghrébins « victimes d’une intervention policière ». Avec Nos frangins, Rachid Bouchareb revient sur deux drames d’une nuit de décembre 1986 au cours de laquelle Malik Oussekine a été battu à mort par des policiers à Paris, tandis qu'Abdel Benyahia a été abattu à Pantin par un policier. La première affaire occultera, sur le temps long, la seconde, mais elles sont toutes mises sur un même pied d'égalité dans…

Par Lionel Lemonier

Avec le Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec, la promesse d'un grand voyage cinématographique

La 11e édition du festival du film franco-algérien, organisée par la ville de Noisy-le-Sec et le territoire d'Est Ensemble, démarre ce vendredi 18 novembre. Un festival passeur de culture et de mémoire entre deux mondes, si proches et pourtant trop éloignés. La 11e édition du Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, se tiendra du 18 novembre au 1er décembre 2022. La soirée d'ouverture se tiendra au cinéma Le Trianon avec la projection d'un film inédit de Darin J. Sallam, Farha, qui nous emmène en Palestine, en 1948, avec l'histoire d'une jeune fille de 14 ans qui assiste depuis une pièce fermée à clé à la catastrophe qui consume sa maison... Cette projection aura lieu en présence de Costa-Gavras, parrain d'honneur du festival depuis des années, et de Erige Sehiri, réalisatrice franco-tunisienne et marraine de l'édition 2022. « Parrainer le Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec, c'est lui donner ma caution, comme cinéaste et…

Par Lionel Lemonier

La Conspiration du Caire : Al-Azhar, théâtre d'un polar haletant entre ferveur religieuse et impératif politique

En Egypte, de nos jours, l’université Al-Azhar tente de garder son indépendance alors que les services de l’Etat font tout pour la contrôler. Adam, fils de pêcheur et croyant sincère, obtient une bourse pour étudier dans ce haut lieu de l’islam sunnite depuis le Xe siècle. Il va se retrouver au cœur d’une lutte de pouvoir entre élites religieuse et politique. Au péril de sa vie. C'est l'histoire du brillant polar à découvrir dans « La Conspiration du Caire ». Lorsque le pouvoir religieux et le pouvoir politique s’affrontent, il y a toutes les chances pour que des personnes sincères dans leur engagement en fassent les frais. Croyants sincères ou militants naïfs, ils risquent d’être broyés par les intérêts supérieurs des grands de ce monde. C’est le cas dans La Conspiration du Caire dont le scénario a été écrit par le réalisateur suédois d’origine égyptienne Tarik Saleh. L’intrigue se déroule dans l’Egypte d’aujourd’hui. Adam, un…

Par Lionel Lemonier

Les Harkis, une tragédie construite sur un mensonge d'Etat de la France en pleine guerre d'Algérie

Fin des années 1950, la guerre d’Algérie se prolonge. Alors que le général de Gaulle comprend petit à petit que la réalité lui commande de sortir de ce bourbier politique, économique et humain, de jeunes algériens rejoignent l’armée française. Avec « Les Harkis », on suit leurs histoires individuelles racontées avec sobriété et réalisme, sans illusion sur les tragédies à venir. Ce film est une leçon d’histoire. Sans hémoglobine inutile mais sans complaisance avec la réalité passée, Philippe Faucon retrace les parcours individuels d’un groupe de supplétifs algériens qui s’engagent auprès de l’armée française. Comme dans un documentaire, mais sans oublier qu’il « raconte une histoire », le réalisateur nous fait découvrir les raisons pour lesquels des « indigènes » se sont rangés du côté français. Plus de 15 ans après un premier film sur la guerre d’Algérie intitulé La Trahison, Philippe Faucon nous montre que l’entrainement des…

Par Mohammed Colin

Athena : le choc des images sans le poids des mots

Athena, réalisé par Romain Gavras et co-scénarisé avec Ladj Ly, ne laisse personne indiffèrent depuis sa sortie sur la plateforme Netflix vendredi 23 septembre. Il nous donne à voir une cité fictive en France nommée « Athena » et qui s’embrase suite à la bavure présumée de policiers ayant entraîné la mort d’Idir, un enfant de 13 ans. Les trois frères restants prendront des chemins différents selon leurs codes de valeurs propres, sur fond d’affrontements violents entre forces de l’ordre et ceux qui réclament vengeance. Fatum, mektoub… ce qui est bien dans la tragédie, c’est que tout est écrit à l’avance. Donc spoiler n’est pas si grave. L’important ici n’est pas l’atterrissage mais la chute. Ou la montée pour certains. Qu’importe le sens de la verticalité, cette dernière est tout simplement vertigineuse. La forme est absolument impressionnante. Elle nous laisse en apnée pendant les 97 minutes du film, nous plongeant non pas dans les…

Par Lionel Lemonier

Citoyen d’honneur, le retour du fils prodigue dans l’Algérie d’aujourd’hui

Prix Nobel de littérature, Samir Amin vit à Paris, loin de son pays natal, l'Algérie. Il décide d'accepter d'être fait « citoyen d'honneur » de Sidi Mimoun, la petite ville où il est né. Mais est-ce vraiment une bonne idée que de revoir les habitants de cette ville qui sont devenus, d'année en année, les personnages de ses différents romans ? Écrivain comblé, Samir Amin vient de recevoir le prix Nobel de littérature pour son œuvre largement inspirée de sa vie d’enfant et d’adolescent à Sidi Mimoun. Mais il ne vit plus dans cette petite ville de Kabylie ni dans son pays d’origine depuis longtemps. Il en est parti à 19 ans pour éviter de faire son service militaire. Son succès grandissant en tant qu’écrivain l’a aussi habitué à bénéficier d’une aisance matérielle plus que confortable, à mille lieux des conditions de vie de ses anciens voisins. Ours mal léché, il refuse systématiquement les invitations qui lui sont envoyées. Pour autant, un…

Par Lionel Lemonier

La cour des miracles, une comédie douce-amère sur la vie des enseignants de banlieue

Le film de Carine May et Hakim Zouhani est une comédie douce-amère mettant en scène un groupe d'enseignants de banlieue confrontés aux stigmates d'une ghetthoïsation du quartier de leur école. Un film sans misérabilisme, ni manichéisme dans le scénario, juste la volonté de sourire malgré les difficultés engendrées par la situation socio-économique. Marion arrive dans un coin de banlieue criblé de chantiers où les noms des rues sont invisibles. Où les rues elles-mêmes sont transformées en passages entre deux barricades en attendant que les immeubles soient construits. Elle se perd, croise un collègue aussi affolé qu’elle d’arriver en retard un matin de rentrée scolaire… et le voit partir en courant dans la bonne direction. Sans l’attendre. Elle finit par découvrir l’école Jacques Prévert dont les murs sont bien fatigués. Construite à la va-vite dans les années 1960 pour répondre aux besoins d’une population scolaire en croissance, l’école…

Par Hanan Ben Rhouma

Laal Singh Chaddha : Forrest Gump sauce Bollywood

« Laal Singh Chaddha », la version indienne de « Forrest Gump », bénéficie d'une sortie mondiale simultanée jeudi 11 août. « La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. » Qui ne connaît pas Forrest Gump ? Si vous avez aimé ce célèbre film multi-récompensé de Robert Zemeckis, vous aimerez assurément Laal Singh Chaddha, de Advait Chandan. Avec, à la place des chocolats, des golgappas, ces petites boules farcies populaires en Inde. Les ingrédients qui ont fait le succès du film américain sont présents dans l’adaptation indienne de la comédie dramatique. A la place de Tom Hanks, qui crevait l’écran à sa sortie en 1994, on y trouve Aamir Khan, superstar à Bollywood qui est également le producteur du film. Et c’est au cours d’un voyage en train que Laal, un sikh simple d’esprit, raconte son incroyable histoire aux passagers autour de lui. Son lien indéfectible avec sa mère célibataire, une femme battante dont…

Par Lionel Lemonier

Rebel, un drame musical qui nous plonge dans la guerre et les horreurs de Daesh

Pendant les mois qui ont précédé l’irruption de Daesh en Syrie, de jeunes Européens musulmans sont allés de bonne foi aider les populations martyrisées par Bachar Al-Assad en Syrie. « Rebel » est l’histoire de l’un d’entre eux, entrainé malgré lui dans la guerre menée par l'organisation État islamique. Il croisera des victimes et des bourreaux et devra faire un choix personnel entre les uns et les autres… Un film à la fois poétique et cruel, mais indispensable. Kamal est un jeune homme un peu « rebelle », un peu délinquant mais plutôt sympathique. Un amoureux de grosses bécanes très affectueux avec sa maman, Leïla, et son petit frère, Nassim. Mais il deale et finit par être recherché par la police de son pays, la Belgique. Alors il s’exile. Et pour se racheter une conduite aux yeux de sa mère, il décide de se rendre en Syrie pour venir en aide aux victimes de la guerre civile. Nous sommes en 2013, avant que l’organisation État islamique ne…

Par Lina Farelli

Cinéma : The Lady of Heaven interdit de diffusion dans plusieurs pays musulmans

The Lady of Heaven (La Dame du Paradis) suscite la controverse au Royaume-Uni et dans plusieurs pays musulmans. Des Etats ont décidé d’en interdire la diffusion et la projection dans les cinémas comme l’Egypte, le Pakistan, l’Iraq mais aussi l’Iran, la nation phare du chiisme alors même que le film épouse une ligne proche de ce courant. C’est au tour du Maroc d’interdire le film qui prétend retracer la vie de la fille du Prophète Muhammad, Fatima. Le Conseil supérieur des oulémas, présidé par le roi Mohammed VI, a condamné son contenu, estimant qu’il s’agissait d’une « falsification de faits établis de l’histoire de l’islam » opéré par un scénariste déchu de sa nationalité koweïtienne « pour ses idées extrémistes ». Le film n'a pas fini de faire parler de lui. Dernièrement, un imam a été démis de ses fonctions de conseiller au gouvernement britannique après des commentaires sur les réseaux sociaux condamnant le film. Lire aussi :…

Par Lionel Lemonier

Royaume-Uni : un film sur la fille du Prophète accusé de « blasphème » face à la censure (vidéo)

La sortie de « The lady of Heaven », un long métrage sur la fille du Prophète Muhammad, provoque l'ire de fondamentalistes musulmans en Grande-Bretagne. Les manifestants ont obtenu sa disparition des écrans d’une chaine de cinémas. Une décision très controversée. Faut-il céder à la pression de militants qui exigent la déprogrammation d’un film en le qualifiant de « blasphématoire » et d'« irrespectueux », ou bien doit-on défendre la liberté d’expression ? Face à une foule d’hommes en colère, le manager d’un cinéma de Sheffield, dans le nord de l'Angleterre, ne s’est pas posé la question trop longtemps. Dans une vidéo publiée sur Twitter, on le voit qui annonce dans un premier temps que le film est déprogrammé pour la semaine. Puis, face aux réactions hostiles, qu’il est retiré de façon définitive. Mardi 7 juin, le groupe Cineworld, qui possède les salles concernées, a déprogrammé The Lady of Heaven (La Dame du Paradis), un long-métrage…

Par Mohammed Colin

L’Adrénaline, un film immersif sur le cross-bitume et bien plus, signé Nadir Ioulain

Avec « L’Adrenaline », Nadir Ioulain est l’auteur d’un long-métrage immersif qui nous plonge, grâce à la réalité virtuelle, dans la (dangereuse) passion des rodéos urbains dans les quartiers populaires. Une production bougrement originale qu’il a choisi de faire découvrir aux jeunes de Trappes au cours du mois d'avril. Saphirnews vous raconte. Pas d’avant-première. Pas de carton d’invitation. Vendredi 29 avril, nous débarquons pour voir son film L’Adrénaline par un coup de tête après avoir raccroché sur un tout autre sujet avec le réalisateur Nadir Ioulain, auteur de Français de souche et de Jungle Jihad. Il faut dire qu’en papotant avec lui tout en scrollant son profil Facebook, les images qu’il publie sont intrigantes : des bambins hauts comme trois pommes dont les têtes de désarticulent dans tous les sens... C’est le cas de le dire, ça a de la gueule. Nous décidons de voir par nos propres yeux. Mais le voyage de Carrefour Pleyel à…

Par Lina Farelli

Une mini-série et un film autour de l'assassinat de Malik Oussekine en lumière

Plus de 35 ans après les faits, l'affaire Malik Oussekine est au cœur, cette année 2022, de deux réalisations cinématographiques françaises qui font écho à des combats plus que jamais actuels contre les violences policières et le racisme. Une mini-série événement diffusée depuis mercredi 11 mai sur la plateforme de streaming Disney+ se penche sur l’histoire tragique de Malik Oussekine, un jeune étudiant de 22 ans tué sous les coups de policiers à Paris dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, en marge de la contestation estudiantine contre le projet de réforme universitaire Devaquet, du nom du ministre de l'Enseignement supérieur de l'époque. La mort de ce Français d’origine algérienne, dont le nom est devenu un symbole des violences policières et racistes, continue de résonner plus de 35 ans après. En quatre épisodes, Oussekine, réalisé par Antoine Chevrollier à qui on doit Baron Noir et Le Bureau des Légendes, revient sur le long et bouleversant combat…

Par Lina Farelli

« Salam » : le comeback surprise de Diam’s au Festival de Cannes, l'artiste s'explique

Mélanie Georgiades, plus connue sous l'alias Diam’s, fait un retour inattendu sur le devant de la scène avec un documentaire qui raconte « (sa) vérité ». Il sera présenté au Festival de Cannes. Après des années d’absence sous le feu des projecteurs, Diam’s, de son vrai nom Mélanie Georgiades, revient à la lumière pour le plus grand bonheur de ses fans, toujours nombreux. Ce n’est pas avec la musique que l’artiste fait son comeback surprise mais avec un documentaire au nom très évocateur : Salam, qui signifie « paix » en arabe, en référence à la sérénité retrouvée de Diam’s après des années de tourmente subie pendant ses années showbiz. L’annonce a été faite vendredi 29 avril par la plateforme de streaming de Brut qui a coproduit le documentaire avec Black Dynamite. « BrutX est fier de vous annoncer la projection en avant-première mondiale et en séance spéciale au Festival de Cannes du film documentaire Salam, écrit et réalisé par…

Par Heven Armede et Hanan Ben Rhouma

Ma famille afghane : l’Afghanistan par amour, pour le meilleur et pour le pire

Une jeune tchèque décide, par amour, de tout quitter pour suivre celui qui deviendra son mari, en Afghanistan où elle s'y adapte tant bien que mal. Pour le meilleur et pour le pire. C’est l’histoire attachante, par moments bouleversante, de « Ma famille afghane » qui vaut bien un détour au cinéma. Ma famille afghane raconte l’histoire d’Herra, une jeune étudiante tchèque qui tombe amoureuse de Nazir, un Afghan venu faire ses études en République tchèque. Peu importe les mises en garde de ses proches, elle décide de le suivre en Afghanistan. Dès son arrivée au pays des Talibans, alors sous contrôle américain après les attentats du 11-Septembre, Herra se rend compte que la vie à Kaboul ne correspond pas à la vie dont elle rêvait.

Par Lionel Lemonier

Tropique de la violence, à la découverte choquante d’un coin de France au bout du monde

Entre cinéma fantastique et thriller, le film de Manuel Schapira est l’histoire d’une descente aux enfers sur fond de misère morale et matérielle de la jeunesse de Mayotte. Une histoire qui s’inspire de la réalité dans un territoire français dont on entend très peu parler en métropole. Moïse est arrivé dans les bras de sa mère, de nuit, sur une plage de Mayotte. Agé de quelques mois, il est abandonné aux mains d’une secouriste d’origine métropolitaine qui le recueille et l’adopte. A la mort de cette dernière, le jeune Moïse subit un deuxième abandon qui finit de le perturber alors qu’il se pose déjà des questions sur sa différence. Il rejoint des jeunes gens, noirs comme lui. Des mineurs entièrement livrés à eux-mêmes qui vivent dans un bidonville. Il y rencontrera Bruce, chef de clan tyrannique et imprévisible dont la seule différence avec ceux qu’il commande est sa carte d’identité française. Tropique de la violence est adapté du roman…

Par Lina Farelli

La vitalité du cinéma turc mise à l'honneur du PCMMO 2022

La Turquie et ses productions cinématographiques sont à l’honneur de la 17e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO), qui se tient du mardi 15 mars au vendredi 1er avril. Après une édition originale en ligne en 2021 eu égard à la crise sanitaire, le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) fait son grand retour dans les salles obscures où les cinéphiles sont invités à découvrir une quarantaine de fictions et de documentaires parmi lesquelles des avant-premières et de nombreux films inédits projetés à Paris et en Seine-Saint-Denis. Cette année, le cinéma turc est à l’honneur de la 17e édition. Si, à la proclamation de la République de Turquie en 1923, « la culture et les arts sont encouragés », c’est « à partir du coup d’État militaire de 1960 - qui libère la création artistique d’une importante censure – (que) le cinéma turc fait partie intégrante de la culture populaire, au point que, dans les…

Par Lionel Lemonier

Ali & Ava, chronique d'un amour qui transcende les identités

Pour des raisons différentes, Ali et Ava se sentent seuls. Ils vont se rencontrer par hasard et s'apprécier alors que tout les sépare. Elle apprécie son humour, il trouve un réconfort dans sa gentillesse. Mais leur histoire personnelle et leur entourage respectif ne facilitent pas les choses. Un film lumineux qui mélange avec bonheur psychologie individuelle et état d'une société déboussolée. Direction Bradford, une petite ville pluvieuse du nord de l’Angleterre qui a connu la révolution industrielle au XVIIIe siècle. Une destination pour nombre d'émigrants, des Irlandais arrivés dès 1840, aux Indo-Pakistanais qui commencent à s’installer un siècle plus tard. L’environnement est typiquement britannique : les maisons en briques, les pubs et leurs buveurs de bière, les « double-decker », ces bus à impériale mondialement connus. Un décor à la Ken Loach bien utilisé par Clio Barnard, la réalisatrice du film Ali & Ava, présenté à Cannes en 2021 pour…

Par Edwy Malonga

Little Palestine, chronique d’un état de siège entre résignation et espoir

En pleine révolution syrienne, le régime de Bachar Al-Assad imposait un siège brutal à Yarmouk. Celui qui était le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Syrie s'était alors retrouvé isolé. Un réalisateur natif de ce quartier de Damas a pris sa caméra pour témoigner des privations quotidiennes dans « Little Palestine ». Un hommage bouleversant au courage des enfants et des habitants du quartier. Intense et poétique. Little Palestine s'ouvre sur l'image d'Abdallah Al-Khatib, réalisateur et personnage principal du documentaire, en train de jeter l'éponge : il montre son badge de l'ONU en revendiquant haut et fort quitter l'organisation, écœuré par l'inaction de celle-ci quant au devenir des habitants de Yarmouk, pris entre deux feux : celui de Bachar Al-Assad et de Daesh. S'ensuit la chronologie d’un siège implacable imposé par le régime syrien entre 2013 et 2015.

Par Lina Farelli

Le Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec fête sa 10e édition

C’est une édition anniversaire que le Festival du film franco-arabe (FFFA) de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, lance vendredi 12 novembre. Après l’annulation du festival en 2020 en raison de la crise sanitaire, l’heure est aux retrouvailles avec le public cette année. Sous le parrainage des réalisateurs Costa-Gavras et Lina Soualem, le festival entend toujours « montrer les productions cinématographiques les plus actuelles des cinéastes originaires des pays arabes et ceux, français, qui ont une part importante de leur parcours et de leurs préoccupations liés à ces régions du monde. Des films qui, loin des préjugés et des visions médiatiques stéréotypées, rendent compte de la multiplicité de points de vue des réalisateurs sur le monde arabe ». Au programme, et jusqu’au mardi 23 novembre, 29 films – fictions et documentaires inédits, en avant-premières ou en sorties récentes – sont à l’affiche du Trianon, le cinéma intercommunal de Noisy-le-Sec

Par Alexandra Dols

Oray, le portrait complexe d’un homme musulman pratiquant porté sur grand écran

« Au début du film, le héros dit que parfois, nous devons choisir entre l’enfer et le paradis. Je pense que l’être humain est trop complexe pour pouvoir choisir entre deux côtés ; nous devons apprendre à combiner plusieurs identités différentes. C’est la chose la plus importante que je voulais dire. » Tels sont les mots du réalisateur turco-allemand de confession musulmane Mehmet Akif Buyutukalay, auteur du film de de fiction Oray, lauréat du prix du meilleur premier long-métrage à la Berlinale et du Grand prix du Festival d'Angers en 2019. Oray, le personnage principal, interprété par Zejhun Demirov, récompensé par le Götz George Young Talent Award, est un Turco-Allemand qui se décrit comme un « Rrom macédonien d’origine ottomane ». Figure dans ce film d’un tiraillement philosophique, ses principes, valeurs et convictions religieuses, ici musulmanes, se télescopent avec ses pulsions, son désir et son amour pour sa femme. Oray, généreux,…